Le haras de l’Ermitage, ou le grand pari français de deux Italiens

Élevage / 24.04.2020

Le haras de l’Ermitage, ou le grand pari français de deux Italiens

Nicola Galli et Maurizio Donzelli ont accompli leur rêve : les 21 poulinières de la Scuderia Micolo vont être réunies dans un seul lieu. Pour cela, les deux Italiens ont acheté le haras de l’Ermitage, près d’Argentan. Deux ressortissants du pays le plus touché par le coronavirus en Europe qui investissent en France, alors que l’économie et les courses italiennes sont touchées de plein fouet… Vu de l’extérieur, cela ressemble à un acte de folie. Ce n’est pourtant pas le point de vue des intéressés.

Nicola Galli nous a récemment confié : « L’achat d’une structure importante comme le haras de l’Ermitage est une démarche logique. Et c’est le projet que je partage avec mon associé, Maurizio Donzelli. Lorsque par le passé il a décidé de s’associer sur quelques chevaux, il ne connaissait rien aux courses. Mais la passion est venue et, sans lui, une opération comme la Scuderia Micolo n’existerait pas. Nous avons actuellement 21 poulinières, 21 chevaux à l’entraînement, dont 15 poulains et pouliches de 2ans. De même, nous avons 17 yearlings et déjà 12 foals nés en 2020. D’autres sont attendus. C’est pour cela, vu la quantité de chevaux que cela représente, que nous avons décidé d’acheter un haras. Les poulinières et leurs produits sont en ce moment au haras des Marais et au haras de Grandcamp. Nous entretenons des relations extraprofessionnelles avec Nicolas Simon et Éric Lhermite. Et nous allons continuer à travailler ensemble une fois que nos poulinières auront rejoint le haras de l’Ermitage. »

Cent dix hectares pour faire naître un rêve. L’investissement est très important et le projet de la Scuderia Micolo sera de longue haleine. Dès 2021, le site va accueillir 90 chevaux… Nicola Galli explique : « Le haras de l’Ermitage est une structure de 110 hectares, avec un très beau manoir, des écuries qui peuvent loger 40 chevaux, cinq étangs et des logements pour le personnel. Nous avons finalisé l’achat début février. Le coronavirus a fait naître un certain retard du côté des travaux. Il y a beaucoup à faire, car il n’y a pas eu de chevaux sur ce site depuis dix-sept ans. Les analyses du terrain sont bonnes, il y a tout ce qu’il faut ici. Les herbages ont eu le temps de se reposer. Il faut refaire les clôtures, aménager beaucoup de choses et construire d’autres boxes. Mais en ces temps de confinement, même obtenir un devis est problématique ! Au départ, nous pensions accueillir les premières poulinières à la fin de l’été ou au début de l’automne. Mais il va falloir être un peu patients. »

La confiance à l’épreuve de la crise. La situation actuelle fait naître des inquiétudes chez tous les professionnels, mais Nicola Galli reste confiant : « L’élevage et les courses restent un univers un peu hors du monde. Je pense que la crise va nous toucher, mais peut-être moins lourdement que d’autres secteurs. Je ne suis pas exagérément inquiet concernant le projet de la Scuderia Micolo. Que pourrions-nous imaginer pour les mois à venir ? Une baisse des allocations et des courses plus difficiles à gagner ? Concernant le premier point, il faut avoir conscience que, malgré la baisse, les allocations et les encouragements français resteront les meilleurs d’Europe. Même avec une baisse, on peut s’en sortir. Concernant le deuxième point, bien sûr, les courses vont être encore plus compétitives. Mais il n’a jamais été facile de gagner. Et c’est le travail de l’entraîneur. Je suis vacciné contre la crise, je nage dedans depuis 2008 en Italie ! Et il y a une grosse différence ici : la France des courses reste solide, elle se tient debout, alors que le système italien n’a plus les jambes nécessaires pour avancer. »

Élever pour courir pendant au moins cinq années. Les effets de la crise vont vraisemblablement se révéler néfastes pour le marché, mais le propriétaire et éleveur italien reste optimiste : « Le marché ne nous concerne pas encore directement, si ce n’est en tant qu’acheteurs pour l’instant. L’idée de base est d’élever et de faire courir nos chevaux pour une période de trois à cinq ans. Le but est d’améliorer notre cheptel de poulinières en se faisant plaisir. Le marché viendra ensuite. Mais je ne sais pas si le commerce va devenir notre principal objectif. Élever un cheval, c’est dur. Et il est difficile de se faire plaisir lors de ses deux minutes de passage sur un ring. Le haras de l’Ermitage reste en tout cas une structure ouverte. Si des éleveurs sans terre nous font confiance, nous serions ravis de les accueillir. »

Un projet 100 % français. Nicola Galli et Maurizio Donzelli sont italiens, mais la Scuderia Micolo est un projet 100 % français. Tous les chevaux sont entraînés à Chantilly. Les poulinières stationnent en France, où elles sont saillies. Nicola Galli nous a confié : « Ce choix de la France est lié à plusieurs éléments. Le premier est très personnel. Je n’aime pas faire voyager à l’étranger les poulinières et les foals pour la saillie. C’est un peu mon côté amateur… En outre, d’un point de vue économique, surtout pour un haras qui fait courir, la différence entre un conçu et un non-conçu est vraiment nette. » La jumenterie de la Scuderia Micolo est très jeune, mais déjà 10 des 21 poulinières sont black types en piste ou ont déjà produit à ce niveau ou sont issues d’une mère ayant du caractère gras. Les saillies de 2019 et de 2020 sont toutes françaises. Nicola Galli ajoute : « L’offre d’étalons est très bonne en France : on a le choix, dans toute la gamme des prix. Ne pas aller à l’étranger, c’est aussi réduire les frais de transport et les risques. Je pense que les étalons français n’ont pas à rougir face aux étrangers. Si on reste dans les tarifs raisonnables, on trouve ici le même niveau qu’ailleurs. »

Pure Zen, la petite étoile. Parmi les 21 chevaux à l’entraînement, on trouve deux pouliches de 2ans tardives qui sont encore au pré-entraînement. Le fer de lance de l’écurie reste Pure Zen (Zoffany). Gagnante du Prix François Boutin (L) à 2ans, elle s’est classée deuxième, battue de très peu par Obligate (Frankel), dans le Prix de Sandringham (Gr2). Nicola Galli nous a dit : « Elle est presque prête pour sa rentrée. Je pense qu’elle va courir dès la réouverture. Tous nos chevaux sont chez Andrea Marcialis, je l’ai connu quand il était gosse et je l’ai retrouvé en tant qu’entraîneur avec 100 chevaux en France ! Nous l’avons choisi pour sa réussite et sa jeunesse. Nous voulons quelqu’un qui puisse nous accompagner pendant des années. Pure Zen est notre favorite, mais j’ai deux autres pouliches qui peuvent gravir les échelons. Il s’agit de Sweet Zen (Dabirsim), sa demi-sœur, qui a ouvert son palmarès à Fontainebleau et peut beaucoup progresser, et de Lady Walli (Anodin), qui a 4ans et vaut plus que ce qu’elle a montré jusqu’à maintenant. » Le gros de l’écurie, ce sont les 2ans : huit pouliches et cinq poulains. Nicola Galli attend avec impatience les premières courses des jeunes chevaux : « L’entraîneur est très confiant, il pense que c’est un bon lot, avec quelques sujets qui se détachent un peu comme Giulio Cesare (Dabirsim), le deuxième produit de Cherie Good (Big Bad Bob), qui avait montré beaucoup de talent à 2ans en remportant une Listed par quatre longueurs. Elle devait partir pour les États Unis mais elle a eu un problème et heureusement est restée chez nous. Il y a aussi une pouliche par l’australien Helmet (Exceed and Excel) et Diva Cattiva (Lujain), gagnante black type et placée de Groupe pour mon ancienne casaque italienne. Et une Tamayuz (Nayef) issue de Pennines (Oasis Dream), une jeune poulinière de la grande souche Juddmonte d’Hasili (Kahyasi), que j’ai achetée pour quatre sous. L’élevage, c’est ma grande passion. J’ai tout mis dans ce projet et, avec l’aide et l’amitié de Maurizio Donzelli, je veux continuer à me faire plaisir. »          

LES POULINIÈRES DE LA SCUDERIA MICOLO

Poulinière

Année

Père

Produit 2019

Produit 2020

Saillie 2020

Alla Lira

2008

High Chaparral

F. Pedro The Great

Myboycharlie

Goken

Allegra Italica

2011

Dylan Thomas

M. Birchwood

F. Myboycharle

Zelzal

Blue Note

2008

Okawango

M. Ectot

M. Zarak

Ultra

Cherie Good

2012

Big Bad Bob

M. Shalaa

F. Dabirsim

Dabirsim

Chieftess

2009

Mr Greeley

F. Pedro the Great

Myboycharlie

Birchwood

Danish Princess

2012

Montjeu

F. Footstepsinthesand

M. Dabirsim

Cloth of Stars

Diva Aggressiva

2007

Tobougg

M. Goken

M. Dariyan

Toronado

Diva Cattiva

2006

Lujain

M. Shamalgan

Zelzal

Dream Ahead

Diva Divina

2006

Touch Gold

M. Goken

Planteur

Goken

Dolce Attesa

2009

Dr Fong

F. Zelzal

Shalaa

Shalaa

Dynamo Ace

2012

Dansili

F. Pedro the Great

Myboycharlie

Lawman

Golden Bottle

2007

Giant's Causeway

F. Bobby's Kitten

Zarak

Olympic Glory

Hadrian's Waltz

2008

Holy Roman Emperor

F. Zoffany

F. Dream Ahead

Garswood

Galaxie Sud

2008

El Prado

vide

F. Olympic Glory

Goken

Miss Mo Brown Bear

2015

Kodiac

M. Olympic Glory

M. Shamalgan

Olympic Glory

Giovanna d'Arco

2013

Zoffany

M. Shamalgan

Elusive City

Garswood

Lady Angele

2003

Ski Chief

vide

M. Dream Ahead

Scissor Kick

Non Piu Diva

2008

Invincible Spirit

M. Birchwood

M. Dream Ahead

Toronado

Pennines

2013

Dansili

F. Dream Ahead

F. Myboycharlie

Toronado

Elusive Pernilla

2014

Mayson

M. Pedro The Great

Toronado

True Caller

2016

Siyouni

Olympic Glory

 (En gras, les juments black types)