Mémoire

Le Mot de la Fin / 07.04.2020

Mémoire

Écrire sur l’histoire des courses est un exercice périlleux… surtout si l’on a l’ambition d’être lu ! Depuis qu’Internet existe, les ouvrages qui étaient des empilements de faits et d’anecdotes sont tombés en totale désuétude. Ils n’intéressent plus personne, car leur effet soporifique assomme un lecteur désormais très habitué à avoir un accès instantané à l’information (merci Google). Cela ne veut pourtant pas dire qu’il est désormais impossible de raconter l’histoire du sport hippique et que cela n’intéresse plus personne. Au contraire. Mais à certaines conditions : notamment avoir une certaine qualité littéraire et apporter une véritable analyse. Dans cet exercice, qui n’est pas à la portée du premier venu, il existe un exemple d’un ouvrage exemplaire : In our Time: Memories of Great Racehorses. L’Anglais Tony Morris – le meilleur journaliste d’élevage vu depuis très longtemps en Europe – et l’Américain John P. Sparkman – conseiller en croisements et éditorialiste de renom – ont dressé le portrait des quinze chevaux qui ont marqué leur vie. La richesse du texte et les anecdotes passionnantes n’ont rien d’un inventaire à la Prévert. Au fil des chapitres – bien calibrés, bien illustrés et sans bavardage –, le lecteur découvre les coulisses de la carrière en piste et au haras de légendes comme Ribot, Sea Bird, Northern Dancer, Brigadier Gerard, Nijinsky… soit autant de références dont nous connaissons tous le palmarès, mais plus rarement les défaites, les défauts, les qualités et les coulisses de leurs exploits.

Pour découvrir cet ouvrage (en anglais), cliquez ici https://racinginourtime.com/