Nous ne pouvons nous résigner à une baisse des allocations de 20 % !

Institution / Ventes / 29.04.2020

Nous ne pouvons nous résigner à une baisse des allocations de 20 % !

Par Mathieu Boutin, président de l’A.E.P.

Thierry Doumen, président de l’Aepi

Serge Tardy, président du S.N.P.G

Hubert Tassin, président des P.P.

« Suite à la réunion d’information organisée ce jour pour les membres du Comité de France Galop, les associations de socioprofessionnels souhaitent apporter leur contribution.

La présentation des orientations retenues par le Conseil d'administration de France Galop n'a pas donné tous les éclaircissements nécessaires pour susciter l'adhésion. Les demandes qui ont pu être formulées pour le partenariat avec l'État n'ont pas été communiquées et les retours des ministères de tutelle restent très flous.

Exergue

« Ce schéma porte le risque de plonger la filière dans une crise très profonde. Ceci nous est proposé sans étude d'impact sur l’écosystème, avec un risque important de faillites, de baisse des cheptels et des investisseurs. »

Le schéma proposé actuellement repose pour l'essentiel sur une baisse de 20 % des allocations à venir ce qui, ajoutée à celles non distribuées du 17 mars au 11 mai, conduirait à une baisse globale sur l’année 2020 de 28 %.

Ce schéma porte le risque de plonger la filière dans une crise très profonde. Ceci nous est proposé sans étude d'impact sur l’écosystème, avec un risque important de faillites, de baisse des cheptels et des investisseurs. Au demeurant, les perspectives 2021 ne sont en aucun cas garanties.

Nous refusons d'accepter ce schéma au stade actuel. Une alternative est proposable, basée sur la confiance, en maintenant les allocations et en étudiant toutes les pistes financières possibles, incluant le recours à l’emprunt garanti par l’État – comme le font toutes les entreprises nationales d’envergure –, et/ou un décalage dans les délais de règlement des prélèvements publics sur les paris hippiques.

Exergue

« L’objectif doit être le maintien des allocations de façon à préserver les forces économiques des filières et éviter la spirale de la récession. »

L’objectif doit être le maintien des allocations de façon à préserver les forces économiques des filières et éviter la spirale de la récession.

Si nous sommes solidaires d’une reprise espérée rapide des courses qui devra aussi être mise à profit pour conquérir des parts de marché sur le secteur du jeu, nous ne pouvons nous résigner à une baisse des allocations de 20 % cette année, sans espoir pour 2021. Comme le président de France Galop l'a annoncé, les négociations ne sont pas terminées. Nous demandons qu'elles se poursuivent sur des bases peut-être différentes par l’ouverture de la réflexion à toutes les associations défendant les intérêts des acteurs des courses. »