Plan de déconfinement : ce que cela implique pour les courses

Courses / 28.04.2020

Plan de déconfinement : ce que cela implique pour les courses

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé ce mardi, devant l’Assemblée nationale, son plan de déconfinement à partir du 11 mai.

Relative bonne nouvelle pour notre secteur : il sera décidé fin mai si les bars, cafés et restaurants pourront rouvrir à partir du 2 juin. Le PMU pourrait donc retrouver une certaine puissance de frappe trois semaines après la reprise des courses à huis-clos. Possiblement seulement, car le 7 mai, le gouvernement annoncera le degré de déconfinement par département, selon trois critères (taux de nouveaux cas de Covid-19, capacités hospitalières, conditions pour mettre en place le système local de tests). On peut imaginer que dans les départements "rouges", la réouverture des bars et restaurants soit plus tardive. On peut aussi se poser la question de savoir si le huis-clos sera autorisé dans les départements critiques – dont l’Île-de-France fera très certainement partie.

L’interdiction de toutes les grandes manifestations sportives (regroupant plus de 5.000 personnes) d’ici septembre remet-elle en question la tenue de courses à huis-clos dès le 11 mai ? Nous sommes tentés de répondre non. Non, parce que les courses ne sont pas considérées comme un "sport" par le pouvoir politique (il faut bien que cela ait quelques avantages, une fois de temps en temps !) et que, dans l’esprit des dirigeants de la Nation, elles n’ont même aucune analogie avec le monde du sport. Non, parce qu’elles ont continué un moment même quand les sports professionnels étaient déjà à l’arrêt. Elles n’ont même jamais été légalement interdites. On peut donc logiquement espérer courir à huis-clos. En revanche, savoir que le football, notamment, ne reprendra pas avant septembre est une opportunité qu’il va falloir saisir pour le PMU.