TRIBUNE LIBRE - Au sujet du programme

Courses / 27.04.2020

TRIBUNE LIBRE - Au sujet du programme

Par Jacques Sorriaux, éleveur et propriétaire

« J’ai lu avec grand intérêt le programme des courses de plat en cas de reprise à partir du 11 mai. Je le trouve très cohérent, d’autant que le calendrier que j’avais moi-même ébauché est quasiment le même. De prime abord, j’étais plutôt pour le maintien du Grand Prix de Paris au 14 juillet, dans la mesure où il est plus un objectif pour les vrais chevaux de 2.400m.

D’ailleurs, seul Reliable Man a tenté le doublé en 15 éditions, et en 2019, seuls deux participants du Jockey Club l’ont couru.

Puis, après réflexion, je le trouve bien positionné le jour du Vermeille. En effet, les mâles ont ainsi leur Gr1 sur la distance dite "classique" lors des trials, et le programme est équilibré avec les femelles.

De plus, les étrangers viendraient plus volontiers. D’ailleurs, en 2019, Japan et Anthony Van Dynck sont restés longtemps engagés dans le Niel avant de se diriger vers des Grs1.

Alors, pourquoi ne pas programmer, dès 2021, le Niel le 14 juillet, il deviendrait le pendant du Malleret, sur la même distance et pour les femelles. Il conviendrait de programmer le Prix du Lys antérieurement ou postérieurement, ce dernier serait aussi une étape vers le Grand Prix de Paris.

Ce Niel estival deviendrait ainsi la première étape d’un programme pour les 2.400m avec le Hocquart en août, et le Grand Prix de Paris en septembre. »