Un nouveau cas inquiétant de pouliche tuée dans un pré

Courses / 26.04.2020

Un nouveau cas inquiétant de pouliche tuée dans un pré

Le matin du 22 avril, Sainte Rique (Saint des Saints) a été retrouvée sans vie dans son pré à Quierzy-sur-Oise. Stéphanie Gachelin, dirigeante du centre de préentraînement The Dream Horse, nous a expliqué : « C’est ma fille qui a découvert la pouliche vers 7 h 30. Elle était au sol et il y avait du sang partout. J’ai appelé les gendarmes immédiatement. Ils m’ont dit de ne rien toucher car un scientifique allait venir faire des prélèvements. Ils m’ont aussi dit qu’ils allaient faire le rapprochement avec d’autres cas, notamment celui de Philippe Boutin, qui était l’entraîneur et propriétaire de Démon du Médoc. Les enquêteurs pensent à des challenges ou des rituels, mais pour l’instant ils n’ont pas de piste sérieuse. Marc-Élie Uzan, le propriétaire, est effondré. Cette pouliche était la continuité d’un rêve qui avait commencé avec sa mère, Kada Rique (Enrique) [lauréate des Prix d’Iéna, de Chambly, Dawn Run (Ls) et troisième du Prix André Michel (Gr3), ndlr] dont elle était le premier produit. Sainte Rique a été égorgée, poignardée par un épieu de plus de 10 cm au niveau de la fesse et on lui a sectionné une oreille post-mortem. C’était la plus gentille des pouliches et elle ne s’est pas méfiée quand les malfaiteurs ont pénétré dans le pré. Deux autres pouliches ont été blessées : l’une à une entaille à la pointe de la hanche et l’autre à des brûlures au passage du licol. Nous pensons que c’est elle qu’ils ont attrapée en premier, mais elle ne s’est pas laissé faire. Nous avons fait le tour de l’enclos et nous avons vu que le cadenas de la deuxième entrée avait été cassé et que le système électrique avait été endommagé. Si j’ai un conseil à donner à tous ceux qui ont des chevaux en pâture, c’est d’être vraiment vigilant, et surtout, de ne pas laisser les licols la nuit car il est déjà plus difficile d’attraper un cheval sans. Après le confinement, je ferai installer un système de vidéosurveillance autour de mes herbages. J’ai entendu dire qu’il y avait beaucoup de cas similaires. Je pense qu’il est important que les gens victimes de cette atrocité puissent parler pour faire avancer l’enquête. Marc-Élie Uzan prend tellement soins de ses chevaux... Il faut l’aider à retrouver les coupables. Sainte Rique ne doit pas être morte pour rien. »

D’autres chevaux morts et mutilés. Moins d’un an avant les faits, trois autres chevaux ont été retrouvés sans vie, l’oreille découpé post-mortem, dans différentes régions de France. Le 16 juin 2019, c’est le corps d’une jument du nom d’Oasis qui est découvert dans les herbages de l’École nationale d’ostéopathie animale de Châtel-Guyon dans le Puy-de-Dôme. Le 12 février, le cheval Gold des Luthiers est retrouvé dans son pré par un employé du lycée agricole de Château-Salins, en Moselle. Une enquête de la gendarmerie est en cours pour retrouver les auteurs des faits. Le 18 février, sur le centre d’entraînement de Girouard en Vendée, c’est le trotteur Démon du Médoc qui subit le même sort. Son entraîneur et propriétaire, Philippe Boutin, nous a confié : « À ma connaissance, c’est la première fois qu’un cheval est retrouvé mort dans ces circonstances dans la région. Je sais qu’il y a eu un cas similaire en Moselle dans un lycée agricole. Les enquêteurs penchent sur une sorte de jeu satanique. D’après eux, il y a toutes sortes de rituels qui sont fait avec des oreilles coupées d’animaux. » L’homme a porté plainte auprès de la gendarmerie locale et le parquet des Sables-d’Olonne a été saisi.