Après l’annulation de sa breeze up, BBAG regarde vers l’avenir

International / 20.05.2020

Après l’annulation de sa breeze up, BBAG regarde vers l’avenir

L'agence BBAG avait dans un premier temps prévu de décaler sa breeze up du 22 mai. Ce mercredi, l’agence a officialisé son annulation. La vacation de septembre, celle réservée aux yearlings, est maintenue.

Klaus Eulenberger, directeur de BBAG, explique : « À cette heure, aucune autorisation pour l’organisation d’une vente n’a été délivrée en Allemagne. Il était donc impossible d’organiser notre breeze up prévue au mois de mai. Nous avons donc décidé de l’annuler officiellement aujourd’hui. Notre vente de yearlings, programmée le 4 septembre, est bien sûr maintenue. C’est notre vacation phare et la qualité est vraiment au rendez-vous. Il est important de savoir que l’épidémie de Covid-19 a été bien gérée par les autorités sanitaires allemandes, et dès lors la probabilité est vraiment très élevée pour que cette vente se déroule à la date prévue et sans problème. Je pense pouvoir dire que les précédentes éditions de cette vacation ont offert un rapport qualité-prix extrêmement élevé. Probablement l’un des meilleurs au monde. Tous les ans, cette vente sort des black types ayant été acquis à des prix raisonnables. Et ces chevaux sont capables de briller au niveau Stakes, en Allemagne bien sûr, mais également à l’international, en plat comme sur les obstacles. Un grand homme de cheval comme André Fabre achète régulièrement à BBAG. Le 19 octobre 2018, il a acquis Wangari (Soldier Hollow) pour 43.000 €. Ce fut un achat très inspiré car deux jours plus tard, sa sœur, Whispering Angel (Soldier Hollow), a remporté le Preis der Winterkönigin (Gr3), soit la meilleure course pour femelles de 2ans dans le programme allemand. Depuis le début de la saison, l’Allemagne a organisé quatre Groupes et les quatre sont revenus à des chevaux achetés à BBAG : Wonderful Moon (Sea the Moon), Rubayat (Areion), No Limit Credit (Night of Thunder) et Be my Sheriff (Lawman). Sans compter une victoire de Groupe sur les haies de Pise et le succès d’Aramax (Maxios) dans le Boodles Juvenile Handicap Hurdle (Gr3) durant le festival de Cheltenham. »

Avec à peine 850 naissances par an, l'élevage allemand sort régulièrement des chevaux de Gr1 à l'international, notamment en Australie et aux États-Unis. Sans compter ceux élevés à l'étranger pour des éleveurs allemands (comme Waldgeist (Galileo) par exemple). Klaus Eulenberger détaille : « En Allemagne, un cheval moyen ne rapporte rien à son éleveur car les primes à l’éleveur sont indexées sur les allocations, qui ne sont pas aussi élevées qu’en France. Un éleveur allemand n’a pas d’autre solution que de sortir des bons chevaux pour pouvoir continuer son activité. Et c’est ce noyau de très bons éleveurs qui permet d’expliquer le fort pourcentage de black types élevés en Allemagne. Cette année 2020, malgré toutes les difficultés, atteste de la qualité de l’élevage germanique. André Fabre a évoqué les 2.000 Guinées (Gr1) pour Alson (Areion). Tickle me Green (Sea the Moon), en terminant proche troisième du Prix de la Grotte (Gr3), et Moon a Lisa (Sea the Moon) en échouant de peu dans le Prix Caravelle - Haras des Granges (L)… ont prouvé que le niveau des bonnes pouliches allemandes était comparables avec celui des françaises. »