ARKANSAS DERBY (Gr1) - Nadal est bel et bien le meilleur des Baffert

International / 03.05.2020

ARKANSAS DERBY (Gr1) - Nadal est bel et bien le meilleur des Baffert

OAKLAWN PARK (US), SAMEDI

Charlatan (Speightstown) et Nadal (Blame), les deux Baffert Boys, ont dominé comme prévu un Arkansas Derby (Gr1) couru en deux divisions. Ils devancent leurs rivaux d’un total de neuf longueurs et la cote du report des deux gagnants (1,66/1) atteste de la confiance des parieurs. Les deux poulains étaient presque imbattables et l’ont confirmé.

Trois poulains de Derby pour Bob Baffert. L’entraîneur peut aussi compter sur un troisième invaincu, le lauréat de Gr2 Authentic (Into Mischief). Il a assisté aux courses depuis la Californie, confortablement installé sur son célèbre Grade 1 Couch, le canapé des Grs1 : « Ces trois poulains m’enthousiasment. Il est difficile de le séparer. Ils sont bons et j’ai de la chance de les entraîner. J’aimerais bien un Kentucky Derby en juin ! » Malheureusement pour Baffert, il faudra attendre 124 jours d’ici au 5 septembre. Et sans savoir quel programme sera à disposition des 3ans. Le planning évoqué il y a quelques semaines plaçait les deux autres étapes de la Triple couronne, les Preakness Stakes et les Belmont Stakes, respectivement à deux et cinq semaines du Derby. Avec les Travers Stakes et l'Haskell Invitational (Grs1), ainsi que le Santa Anita Derby (Gr1), le 6 juin prochain comme derniers trials avant Churchill Downs (si les courses peuvent reprendre sur l’hippodrome californien). Baffert a ajouté : « J’attends le programme des autres grandes courses. Nous ne connaissons que la date du Derby. »

Difficile de savoir quel est le meilleur. Charlatan et Nadal sont deux chevaux très différents et difficiles à départager. L’alezan Charlatan est une machine de speed et il a imposé le train, laissant à six longueurs le plus proche de ses rivaux, Basin (Liam’s Map), lequel a essayé de lui mettre la pression avant de perdre les pédales à la fin du dernier tournant. Nadal a couru en mettant la pression sur Wells Bayou (Lookin at Lucky) et il l’a mis K.O. à 400m du poteau. King Guillermo (Uncle Mo), bon deuxième à trois longueurs, n’a pas pu remettre en cause sa supériorité. Bob Baffert a dit : « Charlatan est un poulain qui galope à deux vitesses : vite et encore plus vite. C’est une version, en petit, de Justify (Scat Daddy). Nadal possède plus d’expérience et il avait déjà passé un test en dernier lieu. Cet Arkansas Derby nous a appris que Nadal peut aussi attendre. »

Quinze centièmes pour Nadal. Nous avons essayé de départager les deux poulains grâce au chronomètre. Charlatan a galopé les 400 premiers mètres en 22’’88, 20 centièmes de seconde plus vite que dans la deuxième division. Il avait alors deux longueurs d’avance sur Nadal, et dans une course virtuelle, il l’aurait conservé après 800m (46’’08) de course. Charlatan avait encore deux longueurs d’avance à 200m du poteau (1’35’’33) et son jockey a continué à le monter pour terminer le parcours en 1’48’’49.

Mais Nadal a fini plus fort et son chrono sur 1.800m est de 1’48’’34, soit 15 centièmes plus rapide que Charlatan. Il aurait donc battu Charlatan par trois quarts de longueur. Equibase a affiché le même speed rating (105) pour les deux. Nadal a enregistré son meilleur speed rating (107) dans les San Vicente Stakes (Gr2), alors que Charlatan avait affiché 108 lors de son deuxième succès.

Les Américains oublient le poids… Les Américains, quand ils jugent les courses, oublient souvent un facteur : le poids. Nadal portait quatre livres de plus que Charlatan. Nous avons essayé de juger les deux à l’européenne, avec l’aide d’une ligne commune. Nadal avait battu Basin par presque huit longueurs dans les Rebel Stakes (Gr2) à poids égal, Charlatan lui en a mis six avec quatre livres d’avantage. Le résultat avec l’équivalence de 1,75 livre par longueur sur 1.800m donne, pour Nadal, sept livres de plus que Charlatan. La différence entre les deux est plus subtile. D’après le speed rating, Basin a fourni dans les Rebel Stakes (à l’issue d’un parcours perturbé) une performance de sept livres inférieure à celle de l’Arkansas Derby.

Les sept livres calculées à l’européenne représentent environ deux ou trois livres. Avec une autre question : qui avait le plus de ressources à la fin ?

La tenue sera décisive. Les derniers 200m de Nadal sont plus rapides de 45 centièmes de seconde. Et dans quatre mois à Churchill Downs, il y en aura 200 de plus à parcourir… La tenue compte beaucoup dans le Kentucky Derby. Une étude rapide du pedigree donne un petit avantage à Nadal. Son père, Blame (Arch), a gagné la Breeders’ Cup Classic (Gr1), sur 2.000m, en repoussant le finish de Zenyatta (Street Cry). Il a donné cinq gagnants de Gr1, dont quatre sur plus de 1.600m. Le père de Charlatan, Speightstown (Gone West), a gagné le Breeders’ Cup Sprint (Gr1), il a produit 18 lauréats de Gr1 et plusieurs ont brillé sur plus long. La souche de Nadal offre des garanties de tenue mais celle de Charlatan aussi : sa mère, Authenticity (Quiet American), s’est classée troisième dans la Breeders’ Cup Distaff (Gr1).

Chez les bookmakers, c’est avantage Charlatan. Charlatan et Nadal sont donc difficiles à séparer. Les bookmakers anglais ont baissé les cotes des deux pensionnaires de Bob Baffert. Charlatan oscille dans une fourchette entre 4 et 6/1. Alors que Nadal navigue entre 5 et 7,5/1, même si un bookmaker s’est endormi samedi devant sa télé et le propose encore à 10/1. Authentic, le troisième Baffert, doit courir le Santa Anita Derby et il est entre 7 et 8/1.

Le principal danger pour ce trio est Tiz the Law (Constitution), qui est entraîné sur la côte Est. Le gagnant du Florida Derby (Gr1) est entre 5 et 6/1. La seule comparaison avec la ligne de Gulfstream Park et celles de l’Arkansas Derby vient de Gouverneur Morris (Constitution) qui a terminé à plus de cinq longueurs de Tiz the Law et à six de Charlatan. Il s’agit de petits détails. Le vrai point d’interrogation est tout autre : de quelle façon évolueront ces 3ans dans les quatre prochains mois ?