Disparition de Diamond Green

Élevage / 08.05.2020

Disparition de Diamond Green

Disparition de Diamond Green

Le 8 mai, l’étalon Diamond Green (Green Désert) s’est éteint à l’âge de 19ans au haras des Étincelles. Joint par téléphone, Olivia Saelens nous a confié avec émotion : « Il s’est éteint ce matin d’une crise cardiaque alors qu'il était en train de saillir. Juste après, il est tombé de la jument et ne s’est pas relevé. C’est incroyable… Il était pourtant en pleine forme. Il avait 19ans, mais comme il n’avait sailli que six juments cette année, j’étais confiante pour l’avenir. Juste après sa mort j’ai eu un appel pour réserver une saillie. Avec la situation actuelle en France, son carnet ne s’est pas beaucoup rempli. Il était chez moi depuis six mois et je m’étais vraiment attachée à lui. »

Un étalon polyvalent. Diamond Green commença sa carrière d’étalon en Irlande à Ballyhane Stud. Il y fit la monte de 2007 à 2010. Il rejoignit alors la France pour cinq saisons au haras des Granges, puis deux autres au haras du Lion, avant d’arriver au haras des Étincelles en novembre 2019. L’étalon s’est distingué en donnant des produits black types aussi bien en plat qu’en obstacle. Issue de sa première génération, Watsdachance a remporté le Beverly D. Stakes (Gr1) et s’est classée deuxième de la Breeders’Cup Juvenile Turf (Gr1). En France, il s’est illustré en donnant des chevaux rapides et précoces comme Sexy Métro lauréate du Prix la Flèche (L) et deuxième du Prix Robert Papin (Gr2), ainsi que Strange Magic gagnant du Critérium de Vitesse (L). Sur les obstacles, on lui doit Isabe, gagnante des Prix Dominique Sartini et Gérald de Rochefort (Ls), Full Glass, deuxième du Prix Fleuret (Gr3), mais aussi Albina, troisième du Steeple Chases Di Treviso (L).

Une belle origine Lagardère. Issu de l’élevage Lagardère, Diamond Green est un fils de Diamonaka (Akarad), une jument qui s’est classée deuxième du Prix de Malleret (Gr2). C’est un frère de Diamilina (Linamix), lauréate du Prix de Malleret (Gr2) et deuxième du Prix Vermeille (Gr1), Diamonixa (Linamix), gagnante du Prix Cléopâtre (Gr3), mais aussi de Dali’s Grey (Limanix), la mère de Bauer (Halling), deuxième de la Melbourne Cup (Gr1).

Invaincu à 2ans. Diamond Green est resté invaincu à l’âge de 2ans en remportant trois courses sur les 1.400m de Deauville et ParisLongchamp. Il avait ouvert son palmarès dans le Prix de Marolles (Inédits) où il battait de cinq longueurs Voix du Nord (Valanour), le futur lauréat du Critérium de Saint-Cloud (Gr1) et du Prix Lupin (Gr1). Il avait confirmé sa qualité un mois plus tard dans le Prix des Roches Noires (B à l’époque), puis dans le Prix de la Rochette (Gr3). Ce jour-là, il devançait Charming Prince (Barathéa) futur deuxième du Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1).

Trois fois deuxième de Gr1. Pour sa rentrée à 3ans Diamond Green s’était classé troisième du Prix de Fontainebleau (Gr3). Trois semaines plus tard, il s’était présenté au départ de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1) dans lequel il avait pris la deuxième place derrière American Post (Bering) avant de s’envoler pour Ascot, où il avait terminé également deuxième des St James’s Palces Stakes (Gr1) d’Azamour (Night Shift). C’est le même scénario qui s’est produit à Deauville dans le Prix Messidor (Gr3) et dans le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1) lors de la victoire de Grey Lilas (Danehill). En août 2005, alors âgé de 4ans, Diamond Green a quitté les boxes d’André Fabre pour rejoindre ceux de Robert Frankel, chez qui il fera carrière jusqu’à l’âge de 6ans, en terminant notamment troisième King Edward Breeders' Cup (Gr2) et troisième du Fourstardave Handicap (Gr2).