Intervention d’Édouard Philippe, ce qu’il faut retenir

Courses / 28.05.2020

Intervention d’Édouard Philippe, ce qu’il faut retenir

Édouard Philippe l’a annoncé : les hippodromes n’accueilleront aucun public avant le 22 juin… au mieux. De ce côté, rien ne neuf. C’est clairement une mauvaise nouvelle pour le Grand Steeple, début juin à Auteuil.

Ce qui change positivement, en revanche, c’est que l’Oise est à présent en zone verte. Donc les courses à huis-clos vont pouvoir reprendre à Chantilly et à Compiègne. Et qui sait ? Avec un peu de chance, les amoureux des courses seront peut-être autorisés à assister au Diane et au Jockey Club début juillet, ainsi qu’au meeting de Deauville en août.

De manière pas si anecdotique, on notera avec un certain bonheur que le Premier ministre a prononcé le mot "hippodromes" lors de son allocution. La dernière fois qu’un élu de ce niveau avait parlé de nous dans un discours de cette importance, ça devait être sous De Gaulle !

Hippodrome en… Au 2 juin Au 22 juin
… Zone verte
Huis-clos autorisé Oui Oui
Public autorisé Non Oui ?
… Zone orange
Huis-clos autorisé Non Oui
Public autorisé Non ?

OUI                                                                         NON

Chantilly, Compiègne, Est de la France              Auteuil, ParisLongchamp, Saint-Cloud

En France métropolitaine, toutes les régions passent au vert, sauf l'Île-de-France qui passe en orange. Cela veut dire que les hippodromes des Hauts-de-France (dont l’Oise avec Chantilly et Compiègne) et du Grand Est peuvent rouvrir leurs portes.

Mais la situation reste floue pour Auteuil, Saint-Cloud et ParisLongchamp, en zone orange. Le décret publié par le gouvernement le 21 mai dernier dit : « Par dérogation aux dispositions du dixième alinéa du 1° du présent I, les hippodromes situés dans les départements classés en zone verte au sens de l'article 2 du présent décret peuvent accueillir les seules personnes nécessaires à l'organisation de courses de chevaux en l'absence de tout public, dans des conditions de nature à permettre le respect des dispositions de l'article 1er et de l'article 7. » Le décret parle bien d’un passage en zone verte donc, dans l’immédiat, Auteuil, ParisLongchamp et Saint-Cloud ne devraient pas pouvoir accueillir de réunions de courses.

Clair et net : les hippodromes restent à huis-clos. Le doute ne plane absolument pas sur la poursuite du huis-clos sur les hippodromes. Dans la catégorie "culture, sport, vacances", Édouard Philippe a bien précisé que les stades et les hippodromes resteraient fermés au public jusqu’au 21 juin – troisième stade du déconfinement – au moins !

Théoriquement, le Prix de Diane, le Jockey Club et le meeting de Deauville pourraient donc ouvrir leurs portes au public : reste à savoir dans quelle mesure les rassemblements seront autorisés dès le 21 juin : 100, 500, 1.000 personnes… ?

Réouverture des bars et cafés. Pour les courses, la réouverture des bars et donc des cafés PMU est importante. En zone orange (Île-de-France, Mayotte, Guyane), les cafés et bars ne pourront malheureusement rouvrir qu’en terrasse à cette date du 2 juin. Mais en zone verte, ils vont pouvoir rouvrir dès le mardi 2 juin. Du point de vue des enjeux hippiques, c’est une bonne nouvelle.

Ouverture des frontières intra-européennes le 15 juin. Les frontières de la France resteront fermées (sauf cas particuliers déjà définis), jusqu’au 14 juin inclus. Édouard Philippe a ensuite indiqué deux cas sur l’ouverture des frontières. L’ouverture des frontières, ou non, avec les pays non-européens au 15 juin sera discutée avec l’Union Européenne. En revanche, les frontières intra-européennes devraient être ouvertes dès le 15 juin prochain, sans imposer de quarantaine aux voyageurs.

Il y a cependant un gros "mais" : Édouard Philippe a précisé qu’il pourrait y avoir des mesures de réciprocité dans le cas où des pays européens mettent en place des contraintes aux déplacements. Concrètement, on pense au Royaume-Uni qui met en place dès le 8 juin une quarantaine stricte de 14 jours aux personnes entrant sur son territoire (sauf exception des saisonniers, personnel médical dans la lutte contre le Covid-19, etc.). Les Anglais pourraient bien attendre avant de retenter leur chance dans les courses françaises…