Jacques Détré : « Une large consultation des professionnels a été menée »

Courses / 23.05.2020

Jacques Détré : « Une large consultation des professionnels a été menée »

Vendredi, le conseil d’administration de France Galop a entériné la proposition du conseil de l’obstacle de courir le Grand Steeple-Chase de Paris et la Grande Course de Haies à Auteuil. Jacques Détré, vice-président de France Galop et président du conseil de l’obstacle, explique le mécanisme de cette prise de décision.

Jour de Galop. - Quel est le processus qui a conduit à cette prise de décision ?

Jacques Détré. - Nous avons utilisé la procédure classique, c’est-à-dire un conseil de l’obstacle qui propose et un conseil d’administration qui entérine (ou pas) la proposition faite. Chronologiquement parlant, le conseil de l’obstacle (provisoire, car il n’a pas encore été soumis au vote du comité) s’est réuni mercredi soir. J’avais entre temps consulté de nombreux professionnels qui ne siègent pas à ce conseil, pour recueillir leur avis. Je dois dire qu’à la quasi-unanimité, il nous a semblé inepte de courir le Grand Steeple et la Grande Course de Haies ailleurs qu’à Auteuil… Ce cas de figure, où les courses étaient interdites en zone rouge (une décision complètement irrationnelle !), nous l’avions déjà étudié pendant la période de confinement et avions donc déjà réfléchi à différents plans B. S’il s’avère que le 7 juin Auteuil n’est toujours pas opérationnel, nous avons choisi de transférer la réunion à Pau, sans le Grand Steeple et la Grande Course de Haies, donc, mais avec le Prix Héros XII et Prix Hypothèse en remplacement. Le Grand Steeple et la Grande Course de Haies seraient disputés à l’automne, avec un second semestre remanié.

Comment le consensus s’est-il fait autour de Pau ?

La piste de Pau est magnifique en ce moment. Elle est arrosée régulièrement, et on connaît la qualité des obstacles du site palois. C’est aussi un juste retour des choses pour la société des courses, qui se donne beaucoup de mal, ainsi que pour les collectivités territoriales, qui soutiennent à fond la filière hippique. Mais c’est aussi une mesure juste pour les chevaux, et c’est bien cela le plus important ! Là aussi, je dois dire que les professionnels étaient en phase, même si, pour les entraîneurs parisiens, cela représente des déplacements plus importants et qu’il a fallu se montrer un peu plus persuasifs avec eux. Clairefontaine était plus pratique pour eux d’un point de vue géographique, mais l’hippodrome normand va déjà être beaucoup sollicité, avec trois réunions d’obstacle et cinq de plat qui sont venues s’ajouter au programme initial, ce qui représente un gros surplus de travail pour les équipes locales.

Justement, pour la réunion du 13 juin, marquée par le Ferdinand Dufaure et le Prix Alain du Breil, c’est Clairefontaine qui a été retenu comme plan B, avec l’option de courir ces deux Grs1 sur la piste deauvillaise…

Ces deux Grs1 sont réservés aux 4ans. En cas d’indisponibilité d’Auteuil le 13 juin, tout le monde s’est accordé pour dire que le tracé de Clairefontaine, à condition d’emprunter la piste extérieure pour le steeple, et non le huit, est tout à fait faisable et raisonnable pour de jeunes chevaux. Ils n’ont par définition pas les mêmes « réglages » que les « vieux » du Grand Steeple ou de la Grande Course de Haies. Un changement d’hippodrome n’a donc pas les mêmes conséquences sur eux.