Le mot de la fin : challenge

Le Mot de la Fin / 31.05.2020

Le mot de la fin : challenge

Si vous demandez à un Anglais ou à un Irlandais qui est le plus grand entraîneur de tous les temps, il vous répondra Vincent O’Brien sans hésiter (un sondage du Racing Post en atteste). Il avait pourtant connu une fin de carrière en demi-teinte et Royal Academy fut son dernier très bon cheval, en 1990, alors qu’il avait 73 ans. Comme sa saison 2019 en atteste, André Fabre est toujours le maître du galop français, au moment où il galope vers sa 75e année. Il a été sacré 30 fois tête de liste : cela n'a pas d'équivalent en Angleterre (le recordman, Alec Taylor, a glané 12 titres au début du siècle dernier), en Irlande (mais peut-être qu’Aidan O’Brien y parviendra un jour) ou encore aux États-Unis. Et pour André Fabre, le titre de champion trainer compte beaucoup… mais celui de 2020 ne sera pas facile à décrocher. Il pointe actuellement en 12e position du classement provisoire et, baisse des allocations oblige, les professionnels qui ont beaucoup gagné avant le confinement (Frédéric Rossi en tête) ont un avantage certain. Dans les préparatoires classiques, les chevaux du maître cantilien n’ont pas fait les valeurs attendues. Il va donc falloir sortir le grand jeu pour rattraper le "retard de gains" et retrouver le sommet de la hiérarchie française. La réunion de lundi et le verdict des autres classiques français seront déterminants, alors qu’il n’a aucun pensionnaire à moins de 30/1 dans le betting pour l’Arc 2020. Mais en plus de 40 ans de carrière, il en a vu d’autres…