Philippe Augier : « Il fallait une grande capacité d’écoute de la part d’Emmanuel Macron »

Courses / 09.05.2020

Philippe Augier : « Il fallait une grande capacité d’écoute de la part d’Emmanuel Macron »

Philippe Augier a été le premier à intervenir auprès d’Emmanuel Macron pour que celui-ci autorise la reprise des courses. Le maire de Deauville nous raconte.

« Édouard de Rothschild m’a alerté dès jeudi soir. Vendredi matin, nous avons décidé que je devais appeler Emmanuel Macron, notre dernier recours pour espérer voir les courses reprendre comme prévu le 11 mai. Je l’ai contacté dans la matinée et je lui ai expliqué l’importance économique et sociale de la filière hippique, sa fragilité et sa fragilisation par la crise, ainsi que les conséquences dramatiques qu’aurait un report de la reprise des courses. Je lui ai aussi rappelé que nous avions déjà organisé des courses à huis clos, qui plus est dans l’Oise, sans aucune conséquence néfaste sur le plan sanitaire. Nous savions faire à l’époque, et nous savons encore mieux faire aujourd’hui ! François Bayrou est aussi intervenu auprès de lui dans l’après-midi. Et c’est vers 22 h 45 que j’ai enfin reçu le message tant espéré de sa part, à savoir que les courses pourraient reprendre comme prévu ! Pour changer une décision 48 heures avant qu’elle ne soit appliquée, il fallait une grande capacité d’écoute de la part d’Emmanuel Macron. »