Thierry de Chambord : « Le virus est toujours là et il faut rester vigilant »

Élevage / 21.05.2020

Thierry de Chambord : « Le virus est toujours là et il faut rester vigilant »

À la tête du haras des Cruchettes, Thierry de Chambord nous a détaillé le quotidien de l’équipe française d'Al Shahania Stud pendant cette période si particulière.

« Le déconfinement est, à mes yeux, plus important que le confinement. Le virus est toujours là et il faut rester vigilant. C’est une période d’activité très intense pour le haras et la santé des salariés est primordiale. Quelques jours après le début du confinement, nous avions scindé notre équipe en deux. Les deux équipes ne travaillaient jamais les mêmes jours. Depuis le 11 mai, cela a changé. Elles sont présentes les mêmes jours, mais à des horaires différents. J’ai une équipe "terrain" et une équipe " chevaux", la première arrivant un quart d’heure avant la seconde, pour qu’elles ne se croisent pas. L’équipe arrivée la première fait sa pause un quart d’heure plus tôt que la seconde, reprend un quart plus tôt et finit un quart d’heure plus tôt. Pour ceux qui restent déjeuner sur place, nous avons installés deux zones. L’équipe terrain déjeune dans la cuisine et celle chevaux dans une salle de réunion. J’organise en amont le travail de chacun, tout le monde sait ce qu’il doit faire. Tout se passe bien, les gestes barrière sont respectés, les salariés se lavent régulièrement les mains et le haras est désinfecté très régulièrement. Une vingtaine de masques a été distribuée à chaque membre de l’équipe. Je leur demande de le porter au haras, mais aussi à l’extérieur, même quand ils vont faire leurs courses. Chaque salarié a sa propre longe pour déplacer les chevaux. Depuis le confinement, nous avons des panneaux aux différentes entrées du haras à l’attention des personnes qui ne font pas partie de mes équipes, celles-ci doivent m’appeler avant d’entrer et le port du masque leur est imposé. Pour les camions qui arrivent, seuls une ou deux personnes descendent les chevaux et portent un masque là également. Tout le monde est solidaire et respecte ces consignes. Cette organisation sera maintenue aussi longtemps qu’il le faudra. »