Poule d’Essai des Poulains : Victor Ludorum, l’effet Waouh !

Courses / 02.06.2020

Poule d’Essai des Poulains : Victor Ludorum, l’effet Waouh !

Deauville, lundi

« Waouh ! » C’est le cri de Mickaël Barzalona au passage du poteau dans cette Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1), qui a résonné dans un Deauville désert. Waouh, oui ! Victor Ludorum ** (Shamardal), le si bien nommé, a éclaboussé la course de sa classe. Sa rentrée sous forme de cauchemar dans le Prix de Fontainebleau (Gr3) était à mettre de côté. Nous avons revu le poulain qui nous avait tant impressionnés au cours de son année de 2ans, couronnée par une victoire dans le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1). Le vainqueur des jeux est toujours là !

Un éclair de classe dans un boulevard le long du rail extérieur. Victor Ludorum a du caractère. On l’a vu à 2ans, où il était brillant en se rendant en piste et, parfois, quasiment inarrêtable après le poteau. Ce lundi, en se rendant au départ des 1.600m ligne droite, on a vu un poulain calme, posé. Et, en début de parcours, quasiment endormi en dernière position dans une épreuve emmenée par Reshabar (Iffraaj) ! L’impression visuelle, lorsqu’il est passé à l’attaque à 500m du poteau dans un boulevard ouvert entre le peloton et le rail côté tribunes, est saisissante : le représentant de Godolphin allait au-dessus du lot ! Victor Ludorum s’est porté en tête à 150m du poteau et s’impose d’une longueur et demie – mais d’une classe ! – devant The Summit (Wootton Bassett), vu sur une deuxième ligne et qui a gardé une encolure sur le rentrant Alson (Areion), dans son sillage durant le parcours.

La voie Shamardal toujours ouverte. C’était il y a quinze ans… Shamardal (Giant’s Causeway), mort le 16 avril dernier, remportait la Poule d’Essai des Poulains avant de s’imposer dans le Prix du Jockey Club (Gr1). Ce lundi, son fils Victor Ludorum lui succède au palmarès de ce Gr1 et pourrait tenter de réaliser le doublé "Poule & Jockey Club"… Doublé déjà réalisé par un fils de Shamardal : Lope de Vega **. C’était il y a dix ans, en 2010. Le Jockey Club a toujours été annoncé comme option numéro 1 pour Victor Ludorum. Il faut dire que Godolphin avait d’autres poulains pouvant prétendre aux Guinées, françaises ou anglaises, dans ses boxes : Earhtlight ** (Shamardal), victime d’un contretemps, et Pinatubo (Shamardal), qui sera en piste dans les 2.000 Guinées ce samedi à Newmarket. Victor Ludorum, qui avait initialement cette Poule d’Essai "en option", a pris la route de ce Gr1. Et à raison : le voilà gagnant classique !

Lisa-Jane Graffard, représentante en France de Godolphin, nous a dit : « Avant la course, le plan a toujours été le Prix du Jockey Club. Ceci étant dit, il montre beaucoup de classe sur 1.600m aujourd'hui : cela peut lui ouvrir d'autres options. Nous n'allons pas faire de plan tout de suite et attendre de voir comment il rentre. Ensuite, André Fabre en discutera avec le cheikh Mohammed Al Maktoum. C'est vraiment formidable : nous avions rêvé tout l'hiver et ce fut un retour à la réalité avec sa rentrée. Mais, dans le Fontainebleau, c'était un retour en piste et il avait besoin de cracher son feu, dans des conditions particulières. André Fabre sait parfaitement comment amener un cheval vers un objectif. Aujourd’hui, j'ai trouvé qu'il avait montré un vrai éclair de classe ! Il a montré ce qu'il nous avait laissé voir à 2ans. C'est un formidable travail de toute l'équipe : je pense que beaucoup de gens ont suivi la course à la télévision et sont très émus. Mickaël Barzalona a dit que le poulain a vraiment été très bien mentalement. »

En 1’34’’14. Il est impossible de comparer des chronos sur les 1.600m de ParisLongchamp ou sur les 1.600m ligne droite de Deauville. On signalera, pour ce que cela vaut, que Victor Ludorum signe le record de la course en 1’34’’14 sur un terrain était jugé bon souple (3,3) à 13 h 47, et qui a dû continuer à se raffermir sous le soleil normand jusqu’au Gr1. À titre de comparaison, Brametot ** (Rajsaman) s’était imposé en 1’36’’82 sur ce parcours en 2017 (terrain officiellement souple 3,5) et The Gurkha (Galileo) en 1’36’’97 (terrain officiellement bon, 3,0). Tout est relatif et, au-delà d’un aspect record scabreux, c’est un bon chrono sur cette piste de Deauville : si l’on compare au Jacques Le Marois, par exemple, seules Goldikova ** et Moonlight Cloud ** sont allées plus vite sur les 1.600m ligne droite de l’hippodrome lors des quinze dernières années.

Le grand huit d’André Fabre. Godolphin et André Fabre conservent leur couronne dans cette Emirates Poule d’Essai des Poulains, remportée l’an passé par Persian King ** (Kingman), en association avec Ballymore. André Fabre décroche par ailleurs un huitième succès dans cette épreuve, après Siberian Express (1984), Soviet Star (1987), Vahorimix (2001), Clodovil (2003), Lope de Vega (2010), Make Believe (2015) et donc Persian King (2019).

Une première pour Mickaël Barzalona. Mickaël Barzalona décroche sa première Poule d’Essai des Poulains, lui qui, l’an dernier, avait enlevé sa première Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) avec Castle Lady… Une fille de Shamardal ! Ce sont les deux seuls classiques français enlevés par le jockey qui compte cependant deux classiques anglais à son palmarès (Derby d’Epsom avec Pour Moi, en 2011, et St Leger avec Encke, en 2012) !

Premier jockey en France des Boys in Blue, Mickaël Barzalona connaît Victor Ludorum sur le bout des doigts.

Il a expliqué : « C’est un chic poulain. Il montre que sa course de rentrée lui a fait beaucoup de bien : il y avait montré un peu de caractère. Et il en a, c’est ce qui fait aussi sa force. Aujourd’hui, il m’a fait un canter d’essai de première, c’est la première fois qu’il m’en fait un aussi bien alors qu’il n’avait jamais fait les 1.600m de canter, qui sont très longs à Deauville. Pendant la course, il s’est montré un peu comme à 2ans, où il était un peu froid. Je suis venu très facilement. Je ne voulais pas le monter off mais le monter pour lui : j’étais parti pour vraiment avancer. Il est compliqué dans ses avant-courses mais très pratique en course. Nous sommes partis régulier et, tout de suite, il s’est mis dans sa bulle et il l’a fait tout en progression. Il ne gagnera jamais de 500m mais j’avais de la marge. Il a une énorme force et, quand il vient, il vient avec beaucoup d’aisance. Il a de l’action : parfois, ces chevaux-là le font en force mais ne le font pas bien alors que lui, il sait exactement où il met les pieds, comment "mettre la gomme". C’est bien ! » C’est bien… Et l’attitude de ce poulain parfois compliqué est le meilleur des signaux pour l’avenir.

The Summit, un nouveau sommet. The Summit n’était pas à négliger, lui qui venait de remporter le Prix de Fontainebleau (Gr3). On attendait de le revoir car, s’il a certainement passé un cap à 3ans, il avait ce jour-là gagné tout en contrôle, repartant dans la ligne droite après avoir animé et sur une piste assez pénible. En se classant deuxième, le représentant de Jacques Cygler montre qu’il appartient à cette catégorie. Henri-Alex Pantall nous a dit : « The Summit court vraiment très bien. À 300m du but, il semblait plafonner, mais il a réussi à redémarrer. Et quand le gagnant est venu, cela l'a fait repartir. Mais nous sommes tombés sur meilleur. Avec des budgets raisonnables, monsieur Cygler connaît une belle réussite. Presque tous les ans, il tombe sur un cheval qui sort de l'ordinaire. C'est formidable. Paul Nataf, son courtier, fait parfaitement son travail. » Henri-Alex Pantall a par ailleurs estimé que The Summit ne devrait pas dépasser les 1.600m… Il y a donc très peu de chance de le voir dans un Prix du Jockey Club.

Excellente rentrée d’Alson. Un temps prévu pour les 2.000 Guinées de Newmarket, Alson était finalement au départ de cette Poule d’Essai en ligne droite, où il débutait pour l’entraînement d’André Fabre. Un peu en eau derrière les boîtes, le représentant de la baronne Corinna von Ullman n’avait pas couru depuis sa deuxième place dans le Lagardère de Victor Ludorum. Et cette rentrée est très encourageante : il devrait être un bon poulain sur le mile cette année.

Gebhard Apel, qui manage les intérêts du Gestüt Schlenderhan et de la Stall Ullman, a dit : « Nous sommes ravis. C’était le seul cheval de la course à effectuer sa rentrée. Et il a changé de lieu d'entraînement, et d'entraîneur, en novembre, ce qui n'est pas évident. Dans ces circonstances, cette troisième place est remarquable. Alson réalise une très belle performance et son jockey l'a parfaitement monté. Nous avons totalement confiance en André Fabre qui saura en tirer le meilleur à l'avenir. Le fait qu'il soit compétitif dans un classique français atteste de la qualité de l'élevage allemand. Le dernier à y parvenir était aussi entraîné par André Fabre, il s'appelait Arras (Monsun), s'était classé troisième du Prix du Jockey Club (Gr1). C'était déjà un élève du Gestüt Schlenderhan ! »

PEDIGREE WEATHERBYS :

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2020/Victor-Ludorum.pdf

Par Shamardal et de la famille de Shamardal. Élevé par Godolphin, Victor Ludorum a un pedigree placé sous le signe de Shamardal : ce dernier est son père et le poulain propose un inbreeding en 3x3 sur Helen Street (Troy), la deuxième mère de Shamardal.

La mère, Antiquities (Kaldounévées), était entraînée par André Fabre pour la casaque du cheikh Mohammed Al Maktoum. Gagnante du Prix de Chaillot pour ses débuts, elle a ensuite directement tenté sa chance au niveau Groupe, prenant la deuxième place du Prix Cléopâtre (Gr3). Ce sera la meilleure performance de sa carrière. Au haras, elle a bien produit, même si son premier rejeton, Ancient History n’a pas spécialement brillé, bien que remportant deux courses dont le Prix Le Pacha (B). Le deuxième produit, Mary Tudor (Dawn Approach), est gagnante de Listed sur 2.000m et a aussi pris la troisième place des Irish Oaks (Gr1). Victor Ludorum est son troisième produit et le 2ans, Ages of Man (New Approach), est à l’entraînement chez André Fabre.

La deuxième mère, Historian (Pennekamp), était entraînée par Henri-Alex Pantall. Elle a gagné le Prix Rose de Mai (L). La troisième mère est donc Helen Street, lauréate des Irish Oaks (Gr1) pour Ballymacoll Stud et achetée pour l’élevage par le cheikh Mohammed Al Maktoum. On lui doit notamment Street Cry (Machiavellian).

 

 

 

Storm Cat

 

 

Giant’s Causeway

 

 

 

 

Mariah’s Storm

 

Shamardal

 

 

 

 

 

Machiavellian

 

 

Helsinki

 

 

 

 

Helen Street

VICTOR LUDORUM ** (M3)

 

 

 

 

 

 

Kaldoun

 

 

Kaldounévées

 

 

 

 

Safaroa

 

Antiquities

 

 

 

 

 

Pennekamp

 

 

Historian

 

 

 

 

Helen Street


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 36’’21

De 1.000m à 600m : 22’’83

De 600m à 400m : 11’’73

De 400m à 200m : 11’’54

De 200m à l’arrivée : 11’’86

Temps total : 1’34’’14