Grand Prix de Compiègne - 3e étape du Défi du Galop (L) : Motamarris en démonstration

Courses / 20.06.2020

Grand Prix de Compiègne - 3e étape du Défi du Galop (L) : Motamarris en démonstration

Compiègne, samedi

Absent depuis sa troisième place dans le Prix du Jockey Club (Gr1) 2019, Motamarris (Le Havre) était le cheval de classe au départ de ce Grand Prix de Compiègne - 3e Étape du Défi du Galop (L). Malgré un an d’absence, son entraîneur, Freddy Head, était plutôt confiant avant l’épreuve, et le représentant du cheikh Hamdan Al Maktoum lui a donné raison sur la piste. Après avoir fait preuve de caractère pour entrer dans sa stalle, Motamarris s’est élancé en dernière position d’un peloton emmené par King (Lord of England). Accélérant à l’intérieur de ses rivaux dans l’ultime ligne droite, le futur lauréat a pris très facilement l’avantage et s’est détaché pour finir. La deuxième place est revenue quatre longueurs plus loin à Roc Angel (Rock of Gibraltar), tandis que Top Max a complété le podium à une courte encolure. Ce dernier est le premier black type de l’étalon irlandais Joshua Tree (Montjeu), qui officiait auparavant au haras du Grand Courgeon.

Le Prix d’Ispahan est une option. Freddy Head a déclaré au micro d’Equidia : « Je suis très content, il a vraiment bien gagné. Aujourd’hui, nous avions décidé d’attendre, et il a montré un changement de vitesse qu’il n’avait peut-être pas l’année dernière. Avant, nous le faisions monter plutôt de l’avant. Dans le Jockey Club, il avait été quasiment devant. Si on peut attendre avec lui, c’est bien. Comme il faisait une rentrée, nous ne voulions pas brûler les cartouches de bonne heure ; le but était d’attendre et de venir finir. Je savais qu’il avait du travail, mais il va monter là-dessus quand même. Ce changement de tactique permet d’envisager un peu plus de distance : j’ai toujours été dubitatif sur sa tenue. Aujourd’hui, il le fait bien, pas comme un cheval limité. Je n’ai pas vraiment de plan pour lui. Nous allons sans doute l’emmener à Deauville cet été. Il y a le Prix d’Ispahan (Gr1), dans un mois. Mais rien n’est fait, je vais d’abord parler avec son propriétaire. C’est un magnifique cheval avec un tempérament formidable. Il a eu des petits bobos, mais rien de grave. Mon idée est de l’emmener en fin d’année sur LA course, mais bon, il ne faut pas rêver… » Motamarris fait partie des engagés du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1).

Issu d’une sœur de Tamayuz. Élevé par Shadwell, Motamarris est un fils de Le Havre (Noverre), étalon au haras de Montfort & Préaux, et de Thamarat (Anabaa), troisième du Prix Yacowlef (L) et quatrième du Prix de Cabourg (Gr3) avant de s’imposer dans une course D à 2ans, sur les 1.200m de Chantilly. C’est un frère de Saraaba (New Approach), deuxième du Prix de Thiberville (L), et de Riqa (Dubawi), deuxième des Prix Coronation, La Sorellina et Volterra (Ls). Cette dernière est la mère de Tantheem (Teofilo), gagnante des Prix de Cabourg, du Petit-Couvert et de Meautry (Grs3). Thamarat est une sœur de l’étalon Tamayuz (Nayef), lauréat des Prix Jacques Le Marois et Jean Prat (Grs1), et de Nuqoosh (Machiavellian), deuxième du Prix Miesque (Gr3). La troisième mère, Allez les Trois (Riverman), a gagné le Prix de Flore (Gr3) avant de produire l’étalon Anabaa Blue (Anabaa), gagnant du Prix du Jockey Club (Gr1). Allez les Trois est une sœur de la grande Urban Sea (Miswaki), que l’on ne présente plus. 

 

 

 

Rahy

 

 

Noverre

 

 

 

 

Danseur Fabuleux

 

Le Havre

 

 

 

 

 

Surako

 

 

Marie Rheingold

 

 

 

 

Marie d’Argonne

MOTAMARRIS (M4)

 

 

 

 

 

 

Danzig

 

 

Anabaa

 

 

 

 

Balbonella

 

Thamarat

 

 

 

 

 

Nureyev

 

 

Al Ishq

 

 

 

 

Allez les Trois