Il faudra encore prendre son mal en patience

Courses / 20.06.2020

Il faudra encore prendre son mal en patience

La nouvelle est tombée dans la nuit de vendredi à samedi : les hippodromes doivent rester à huis clos jusqu’au 10 juillet inclus. À partir du 11 juillet, hippodromes et stades vont pouvoir ouvrir leurs portes au public, mais non sans restrictions : la jauge maximale de personnes autorisées par le gouvernement dans ces lieux est fixée à 5.000 personnes.

Cette jauge est en principe en vigueur jusqu’au 1er septembre mais un examen de la situation épidémiologique nationale aura lieu à la mi-juillet pour décider si un assouplissement est possible pour la deuxième partie du mois d’août.

Cela ne change pas grand-chose… sur le court terme. Cette annonce du gouvernement ne change pas grand-chose pour les courses hippiques sur le court terme : il y avait cet espoir de pouvoir accueillir jusqu’à 5.000 personnes dès ce lundi 22 juin mais, finalement, nous continuons avec le huis clos.

Certains s’étonnent que les hippodromes soient contraints de poursuivre le huis clos quand les salles de cinéma, les casinos et les salles de jeu, qui sont des lieux fermés, peuvent ouvrir leurs portes dès ce 22 juin. Il y a ici une nuance à souligner : nous poursuivons le huis clos et notre activité là où d’autres vont reprendre leur activité. Même s’il y a une certaine déception à ne pas pouvoir accueillir plus de public dès lundi, il ne faut pas oublier que les hippodromes ont pu rouvrir – sous conditions – dès le 11 mai, suite à une exception du gouvernement pour permettre à l’activité hippique de se relancer.

Cette annonce du gouvernement est une bonne nouvelle pour les salles de cinéma ou les salles de jeu, qui se remettent "à notre niveau"… Pour les courses hippiques, sur le court terme, cela ne change tout simplement pas grand-chose.

Le Prix de Diane et le Jockey Club en plein dans le huis clos. Les annonces du gouvernement jettent cependant un froid en vue de la réunion du Prix de Diane et du Prix du Jockey Club (Grs1), dimanche 5 juillet à Chantilly. Même avec 5.000 personnes autorisées sur l’hippodrome, Chantilly n’aurait probablement pas pu ouvrir ses portes au public – le Diane accueille plus de 25.000 personnes – mais cette jauge permettait d’accueillir davantage d’acteurs des courses : propriétaires, éleveurs, courtiers.

Le problème est que le communiqué du gouvernement ne nous éclaire pas sur les modalités du huis clos jusqu’au 10 juillet inclus : nous ne savons pas si France Galop aura une légère marge de manœuvre pour assouplir le huis clos actuellement en place et permettre ne serait-ce qu’aux propriétaires ayant un partant de venir aux courses. C’est en cours de négociation avec l’État. Nous avons envie d’y croire : sans demander une jauge de 5.000 personnes pour le Diane et le Jockey Club, permettre à une personne supplémentaire par cheval de venir – un propriétaire – ajouterait, sur un calcul rapide, 120 personnes de plus sur l’hippodrome.

Le meeting de Deauville, avec des limites. À partir du 11 juillet, les hippodromes pourront accueillir jusqu’à 5.000 personnes. C’est une bonne nouvelle pour les nombreux hippodromes de province, pour lesquels la saison estivale est essentielle. L’été, au galop, c’est aussi le meeting de Deauville. Toutes les réunions deauvillaises n’accueillent pas 5.000 personnes. Mais les grandes réunions du week-end pourraient être un peu affectées par cette jauge : l’an dernier, par exemple, la réunion du Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1) avait accueilli environ 7.000 personnes. Le communiqué du gouvernement laisse l’espoir que cette jauge de 5.000 personnes puisse être augmentée dans la deuxième partie du mois d’août, selon l’évolution de la situation sanitaire qui, espérons-le, ira en s’améliorant.

Les mots exacts du gouvernement

À partir du 11 juillet, qui marquera la fin de l’état d’urgence sanitaire sur le territoire métropolitain :

(…)

- Les stades et les hippodromes seront ouverts au public, avec une jauge maximale de 5.000 personnes. Comme pour les salles de spectacle, les activités rassemblant plus de 1.500 personnes devront donner lieu à déclaration, afin que puisse être garanti le respect des précautions nécessaires ;

- La jauge maximale de 5.000 personnes pour les grands évènements, les stades et les salles de spectacle est en principe en vigueur jusqu’au 1er septembre. Un nouvel examen de la situation épidémiologique nationale sera réalisé mi-juillet pour décider si un assouplissement est possible pour la deuxième partie du mois d’août.

Le communiqué du gouvernement est disponible ici : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/communique_de_presse_de_m._edouard_philippe_premier_ministre_-_mesures_supplementaires_de_deconfinement_pour_la_periode_estivale_-_20.06.2020.pdf