Prix du Muguet (Gr2) : Persian King **, un Muguet pour mieux éclore

Courses / 28.06.2020

Prix du Muguet (Gr2) : Persian King **, un Muguet pour mieux éclore

Saint-Cloud, dimanche

Persian King ** (Kingman) s’est imposé de bout en bout dans ce Prix du Muguet (Gr2), et certainement avec de la marge. Dans ce petit peloton de cinq partants, il a mené à un rythme peu soutenu. Le poulain de Ballymore Thoroughbred et de Godolphin, au modèle toujours aussi impressionnant, n’est probablement pas fait pour sprinter et, à l’entrée de la ligne droite, il a été pris de vitesse, le temps de mettre en marche "la machine". Le beau Prêtreville (Acclamation), vu dans son sillage, est venu l’attaquer et lui a même pris l’avantage un instant, mais Persian King a enclenché et est reparti, ne faisant qu’avancer jusqu’au passage du poteau. Il devance Prêtreville d’une longueur un quart. Skalleti (Kendargent), attentiste en quatrième position, est troisième à trois quarts de longueur dans une course où il était compliqué de revenir.

Il devrait encore progresser. Persian King venait d’être battu par Magny Cours (Medaglia d’Oro) dans le Prix de Montretout (L), où il courait comme un poulain rouillé. Ce Prix du Muguet devrait encore l’aider à progresser en vue certainement du Prix d’Ispahan (G1, 19 juillet) : il était encore un peu rond et soufflait beaucoup de retour aux balances. Pierre-Charles Boudot, son jockey, a dit : « Je suis satisfait, il gagne dans un bon style, il était super dans son action. Les autres sont venus vite au début de la ligne droite mais la tenue a parlé. Il avait encore du gaz au passage du poteau. Il pourra faire plus long. » Physiquement, comme mentalement, cette victoire devrait faire du bien à Persian King.

Prêtreville tombe sur un os. Au début de la ligne droite, Prêtreville est venu comme pour manger tout cru Persian King, mais son adversaire est reparti. Le représentant de Gérard Augustin-Normand, récent vainqueur du Prix Bertrand du Breuil (Gr3), ne démérite pas. Pascal Bary, son entraîneur, nous a dit : « Il court très bien et est battu par meilleur que lui. Il a fait une belle course et retrouvera son jour. »

Skalleti, les conditions contre lui. Troisième du Prix Bertrand du Breuil pour sa rentrée, Skalleti ne démérite pas en concluant troisième de ce Muguet, sur un terrain certainement un peu rapide pour lui et en devant attendre. Jérôme Reynier, son entraîneur, nous a dit : «  La tactique de course, dans une épreuve avec aussi peu de partant et sans rythme, ne l'a probablement pas aidée et le terrain est peut-être encore un peu léger pour ses aptitudes. Le jour où il aura toutes les conditions réunies, il en gagnera une belle. Il n'est pas impossible qu'il ait encore un peu de marge même s'il a déjà fait un vrai bond en avant sur sa rentrée. Il était beaucoup moins allant ce dimanche. Et il finit en avançant, ce qui est bien. Skalleti a besoin de courses avec beaucoup de rythme, il lui faudrait presque un leader mais c'est compliqué... Je ne sais pas trop vers où nous allons nous diriger. Il lui faut du terrain souple, mais à cette période de l'année, cela se complique. À Deauville, il n'a pas de programme car il est hongre : le Jacques Le Marois lui est fermé et je ne vois pas l'intérêt de le courir au niveau inférieur, d'autant plus que les allocations ont été fortement baissées. Il pourrait défendre son titre dans le Prix Dollar. Il faut réfléchir. Je le préfère sur 2.000m et il y a une course comme les Champion Stakes, où le terrain est souvent souple, mais c'est trop proche du week-end de l'Arc. Il faudra faire un choix. C'est simplement génial d'avoir un cheval comme lui et nous faisons de notre mieux pour ne pas le fragiliser physiquement ou mentalement. »

PEDIGREE WETHERBYS : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2020/Persian-King.pdf

Un neveu de Planteur **. Élevé par Dayton Investments, Persian King est un fils de Kingman, étalon de Juddmonte Farms, et de Pretty Please (Dylan Thomas), gagnante d’une course sur 2.000m. Il est le deuxième produit de la jument et son seul gagnant. Persian King appartient donc à la souche des "P" Wildenstein, dans laquelle on retrouve de la tenue. Sa deuxième mère, Plante Rare (Giant’s Causeway), n’a pas brillé en compétition mais a donné Planteur ** (Danehill Dancer), étalon au haras du Grand Courgeon, lauréat du Prix Ganay (Gr1), du Prix d’Harcourt (Gr2), du Prix Noailles (Gr2, à l’époque) et des Winter Hill Stakes (Gr3). Il a aussi pris des places dans le Juddmonte Grand Prix de Paris, le Prix d’Ispahan, le Prix du Jockey Club et la Dubai Sheema Classic (Grs1). Plante Rare a aussi donné Pilote d’Essai (Oasis Dream), lauréat de Stakes en Australie.

Sous la troisième mère, on retrouve Policy Maker (Sadler’s Wells), lauréat du Grand Prix de Deauville, du Grand Prix de Chantilly (deux fois) et du Prix Foy (Grs2), et le stayer Pushkin (Caerleon), gagnant du Prix Maurice de Nieuil (Gr2) et deuxième du Prix du Cadran (Gr1). La quatrième mère est Pétroleuse (Habitat), deuxième mère de Peintre Célèbre (Nureyev).

 

 

 

Green Desert

 

 

Invincible Spirit

 

 

 

 

Rafha

 

Kingman

 

 

 

 

 

Zamindar

 

 

Zenda

 

 

 

 

Hope

PERSIAN KING ** (M4)

 

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Dylan Thomas

 

 

 

 

Lagrion

 

Pretty Please

 

 

 

 

 

Giant’s Causeway

 

 

Plante Rare

 

 

 

 

Palmeraie


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 39’’19

De 1.000m à 600m : 25’’59

De 600m à 400m : 12’’01

De 400m à 200m : 11’’02

De 200m à l’arrivée : 11’’31

Temps total : 1’39’’12