2.000 Guinées (GR1) : Le vrai turbo, c’est Kameko !

International / 06.06.2020

2.000 Guinées (GR1) : Le vrai turbo, c’est Kameko !

NEWMARKET (GB), SAMEDI

Non, Pinatubo (Shamardal) n’est pas Frankel et, probablement, il ne tient pas le mile très sélectif de Newmarket. Le grand favori a été battu dans les 2.000 Guinées (Gr1), transformées en un test de tenue par le train de course. Et, à la fin, c’est Kameko (Kitten’s Joy), l’autre lauréat de Gr1 du lot, qui a imposé sa loi à Wichita (No Nay Never) alors que le Godolphin est troisième à un peu plus d’une longueur. Le record de la course (1’35”10), signé en 1995 par le français Pennekamp (Bering), est tombé. Le chrono (1’34”72) explique beaucoup de choses. C’est même le record du parcours ! Pinatubo a été monté comme il le fallait par William Buick, dans le cœur d’un peloton mené par Persuasion (Acclamation) et Juan Elcano (Frankel). Il a eu la voie libre à 600m et il a porté son attaque en compagnie de Wichita, préféré à l’autre Ballydoyle Arizona (No Nay Never). Les deux ont pris l’avantage à 400m du poteau, alors qu’Oisin Murphy, en selle sur Kameko, obligé d’attendre à cause de son numéro à la corde, a quitté le dos d’Arizona sur ses fins. Pinatubo a baissé de pied dans les 150 derniers mètres, au moment où Kameko a enfin trouvé le bon couloir pour placer sa pointe de vitesse, non sans un petit contact avec Military March (New Approach) et en versant un peu sur sa droite. C’est d’une encolure qu’il a donné à son jeune pilote un premier classique anglais.

Pinatubo vers Royal Ascot. Kameko n’est pas un pur miler, au contraire de Wichita et Pinatubo. C’est l’explication très claire du résultat. Charlie Appleby a accepté sereinement le verdict de la piste : « C’est la première défaite de Pinatubo mais il est quand même dans le coup. Il a retrouvé son souffle très vite et maintenant on va réfléchir, mais les St James’s Palace Stakes à Royal Ascot sont le premier objectif. » Un mile moins dur peut aider le champion des 2ans à redorer son blason… ou donner un premier Gr1 à Wichita.

Le mile, c’est le minimum. Kameko a fait briller la casaque de Qatar Racing et le cheikh Fahad a été contraint de regarder la course à la télé dans sa maison de Newmarket. Peut-être que d’ici le Derby les consignes de la quarantaine s’assoupliront un peu… Andrew Balding a conquis la plus belle victoire de sa carrière en confirmant son talent d’entraîneur qui a su amener son écurie en pleine forme à la reprise des courses. Gagner sur le mile n’était pas facile, comme il l’a expliqué : « Il avait bien travaillé mais le mile, c’est vraiment le minimum pour lui. Il a toujours montré de la qualité et il promettait de progresser à 3ans, ce qui s’est passé. Il a eu un parcours un peu compliqué mais il a gagné. » Pour la troisième fois de suite, le premier classique de la saison a couronné le lauréat du Futurity Trophy, l’ancien Racing Post Trophy, une course qui privilégie la tenue des 2ans.

Il est le favori du Derby. Et maintenant, c’est le Derby ! Kameko est le favori à 4/1, suivi par le français English King (Camelot), Military March, qui peut confirmer le dicton des turfistes anglais « Quatrième dans les Guinées, premier à Epsom », le O’Brien Mogul (Galileo) et Palace Pier (Kingman), un Gosden qui s’est promené ce samedi dans un handicap à Newcastle. Andrew Balding a dit : « C’est le choix logique pour moi, même s’il y a toujours un doute sur la tenue. La seule façon d’avoir une réponse est de le courir. On va en discuter avec le cheikh Fahad, son manager David Redvers et Oisin Murphy. Je ne suis pas trop chaud pour le courir à Royal Ascot. Il tiendra à coup sûr 2.000m mais cette course en juillet sur les 2.400m est très attrayante… »

Qatar Racing et l’amour pour Kitten’s Joy. C’est sur la vague de la réussite du regretté Roaring Lion que David Redvers a acheté Kameko pour 90.000 $ (79.500 €) à Keeneland. C’était un peu moins que le prix de la saillie de son père, Kitten’s Joy (El Prado), qui avait officié à 100.000 $ en 2016. Son tarif a baissé à 75.000 $. Kameko est l’un de ses 14 lauréats de Gr1 et le premier classique. Pour les Américains, il est trop marqué comme étalon de gazon. Tant pis pour eux… En tout cas, il a décroché à deux reprises la couronne de Champion Sire aux États-Unis et domine le classement sur le gazon depuis 2013.

Sa trois quarts sœur passera à la breeze up Arqana. Kameko a un pur pedigree de gazon, ce qui explique le petit prix. Sa mère, Sweeter Still (Rock of Gibraltar), est un produit de l’élevage d’Aidan et Ann Marie O’Brien. Elle a couru une seule fois en Irlande, quatrième dans une Listed, avant de partir pour les Etats-Unis, où elle a gagné les Senorita Stakes (Gr3) sur le gazon de Hollywood Park et s’est classée deuxième dans les Providencia Stakes (Gr2). Elle est ensuite revenue en Europe pour rencontrer Galileo (Sadler’s Wells). Elle est passée en vente à Keeneland January, pleine du grand étalon Coolmore, et elle a été achetée 750.000 $ (662.500 €) par Royal Oak Farm. Deux ans après, elle est repassée en vente, alors qu’elle portait Kameko, et Calumet Farm a posé l’enchère gagnante à 35.000 $ (30.900 €). Sweeter Still est une demi-sœur de Kingsbarns (Galileo), gagnant du Racing Post Trophy (Gr1), mais Kameko est son seul gagnant sur sept produits. Sa pouliche de 2ans, par Big Blue Kitten (Kitten’s Joy), a été achetée pour 5.000 $ (4.400 €) par Atlantic Bloodstock et sera proposée à la breeze up Arqana par Church Farm & Horse Park Stud.

Sweeter Still a une yearling par Optimizer (English Channel).