TRIBUNE LIBRE : sans l’écrin, le bijou n’est rien

Courses / 07.06.2020

TRIBUNE LIBRE : sans l’écrin, le bijou n’est rien

Par Philippe Krief

« Certes, le contexte actuel est exceptionnel mais c’est lors de réunions comme celle de samedi à Lyon que l’on voit, avec le recul, à quel point la décentralisation souhaitée par Jean-Luc Lagardère était, selon moi, une mauvaise idée… Les Groupes, perdus et isolés au milieu de modestes courses de steeple et de haies (le cas de ce samedi) perdent toute saveur sur ces hippodromes de province... Tous les chevaux semblent communs et on a l’impression d’assister à de simples Listeds ou Grands Prix de province…

Un exemple : le Prix Fille de l'Air, jadis disputé sur l'hippodrome de Saint-Cloud, n’a-t-il pas perdu beaucoup de son prestige depuis qu'il se dispute à Toulouse ?

Qu'ont gagné les Grands Prix de province depuis que certains ont été labélisés Gr3 ? Pas grand-chose...

Il faut des hippodromes de grande qualité, tels Longchamp, Chantilly, Deauville ou Auteuil pour qu’à nos yeux, les chevaux et les courses soient sublimés …

Faites courir le Jockey Club ou le Diane à Lyon-Parilly, Nantes, Angers ou autres, et la course perdra toute magie, voire tout intérêt ou même valeur spéculative.

Dans le fond, en France, l’écrin n’est-il pas aussi important que le bijou ? »