Prix Maurice de Nieuil (Gr2) : Red Verdon, le meilleur sprinter

Courses / 14.07.2020

Prix Maurice de Nieuil (Gr2) : Red Verdon, le meilleur sprinter

Prix Maurice de Nieuil (Gr2)

Red Verdon, le meilleur sprinter

Avec seulement quatre partants, le Prix Maurice de Nieuil (Gr2) n’a pas été très sélectif, et la course s’est résumée à un déboulé sur 400m. À ce petit jeu, mieux valait ne pas être trop loin de la tête et savoir accélérer. Red Verdon (Lemon Drop Kid) et Franco Dettori sont sortis vainqueurs de cette course piège. Le jockey anglais a placé son partenaire derrière Holdthasigreen (Hold that Tiger), qui menait. Quand Tony Piccone a commencé à actionner son partenaire, en sortant de la fausse ligne droite, Lanfranco Dettori a demandé à Red Verdon de suivre le mouvement. À 400m du but, il a placé une accélération qui lui a permis de se mettre hors de portée du retour de ses rivaux. Called to the Bar (Henrythenavigator), longtemps vu en dernière position, a enclenché tardivement et a bien conclu, se retrouvant à la lutte pour la deuxième place avec San Huberto (Speighstown), et lui a pris une courte tête au passage du poteau. Holdthasigreen a craqué quand les choses sérieuses ont commencé, et termine à deux longueurs de San Huberto.

Un vrai globe-trotter. À 7ans, Red Verdon doit avoir la carte de grand voyageur. Sa dernière incursion parisienne datait d’il y a quatre ans, quand il s’était classé deuxième du Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Il a mis du temps à se remettre de cette course, et n’a été revu qu’au mois de mai de ses 4ans. Cette année-là, il est resté sur 2.400m, parvenant à renouer avec le succès fin novembre, sur la P.S.F. de Kempton. C’est à 5ans qu’on le retrouvait dans des habits de stayer, toujours deuxième de courses comme les Harwicke Stakes (Gr2), les Henry II Stakes ou les Glorious Stakes (Grs3), avant de tenter sa chance une première fois en Australie, dans la Caulfield Cup (Gr1). Il faut du temps pour façonner un stayer et Ed Dunlop l’a pris. Il a fait castrer le cheval fin 2018. La saison 2019 a été axée sur une nouvelle tentative en Australie. Il faut dire que le propriétaire, Ronald Arculli, basé à Hongkong, était aussi celui de Red Cadeaux (Cadeaux Généreux), trois fois deuxième de la Melbourne Cup (Gr1) avant de s’accidenter mortellement dans l’édition 2015 de la grande course. Ed Dunlope a expliqué : « Frankie a été fantastique. Nous avons eu un peu de chance que les deux chevaux de Charlie Appleby ne courent pas, et la course s’est avérée très tactique, avec peu de train. Nous savons qu’il est capable d’accélérer, même à 7ans. Il ne faut pas oublier qu’il s’est placé au niveau Gr1 ! C’est bon de le voir ainsi au meilleur niveau. Je suis content pour le cheval et mon équipe. Tout le mérite leur en revient, et ça fait un petit moment que nous n’avons pas eu un tel gagnant. C’est aussi formidable pour M. Arculli qui a toujours été d’un grand soutien. Nous avions hésité à aller à York courir l’épreuve qu’il avait gagnée l’an dernier, et nous avons préféré venir ici. Nous allons voir quel poids les handicapeurs vont lui donner pour l’Ebor Handicap. Je ne pense pas qu’il retournera en Australie, cela ne s’est pas bien passé à deux reprises, notamment avec le vétérinaire. » Le cheval s’était blessé avant la Melbourne Cup 2019.

Pris de vitesse. Au sujet de Called to the Bar, plus convaincant que lors de sa sortie dans le Prix Vicomtesse Vigier (Gr2), Joakim Brandt a commenté : « Il court très bien mais malheureusement il n’y a pas eu de train. Il a toujours envie de courir et il adore Longchamp. Il va peut-être aller à Deauville mais nous allons encore réfléchir. » Seul 4ans au départ, San Huberto ne démérite pas, semblant, comme Called to the Bar, plutôt pris de vitesse au moment du démarrage que vraiment battu. Fabrice Chappet nous a dit : « Il court très bien : il n’a que 4ans et rendait un kilo et demi. Il confirme sa victoire précédente. Le cheval s’endurcit gentiment et il montre qu’il faudra compter avec lui dans les belles courses pour stayers. Pour l’instant, l’idée est qu’il reste en France. La Melbourne Cup à l’automne n’est pas totalement écartée mais il y a beaucoup d’incertitudes, on ne sait pas s’il sera possible d’y aller. »

Lien weatherbys : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2020/Red-Verdon.pdf

En souvenir de River Verdon. Élevé aux États-Unis, Red Verdon est la preuve vivante qu’un cheval de breeze up peut vieillir. Il avait été présenté à la Craven breeze up de Tattersalls en 2015, par Mocklershill, étant acheté 90.000 Gns par Charles Gordon-Watson. Sa mère, Porto Marmay (Choisir), était assez précoce pour gagner sa Listed à 2ans. Sur cinq produits en âge de courir, elle a donné quatre gagnants, le plus titré étant Red Verdon. Plus loin dans son pedigree, on comprend pourquoi le poulain a attiré l’œil de Ron Arculli. La troisième mère, Tuyenu (Welsh Pageant), a produit River Verdon (Be my Native), meilleur miler à Hongkong en 1991 et 1992, puis le meilleur stayer du pays en 1993 et 1994. River Verdon appartenait à Ronald Arculli, en association avec Sir Oswald Cheung. River Verdon fut le premier cheval hongkongais à courir la Melbourne Cup. Il a été naturalisé et peut être vu au musée des courses de Hongkong.

Mr Prospector

Kingmambo

Miesque

Lemon Drop Kid

Seattle Slew

Charming Lassie

Lassie Dear

RED VERDON (H7)

Danehill Dancer

Choisir

Great Selection

Porto Marmay

Nordico

Nordicolini

Tuyenu

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 2’11’’52

De 1.000m à 600m : 23’’89

De 600m à 400m : 11’’66

De 400m à 200m : 10’’73

De 200m à l’arrivée : 11’’25

Temps total : 3’09’’05