Une sole meunière et un Derby pour se consoler

International / 06.07.2020

Une sole meunière et un Derby pour se consoler

Déguster une sole meunière chez Scott’s, un restaurant londonien sur Mount Street, est une bonne manière de tenter d’oublier un week-end cauchemardesque. Lanfranco Dettori s’est accordé une journée de repos avant d’attaquer le July meeting de Newmarket et faire le déplacement à Capannelle pour le Derby Italiano (Gr2), sa dernière opportunité de remporter un classique cette saison. Il sera associé à King’s Caper (New Approach), un pensionnaire de Mark Johnston lauréat de trois courses à 2ans et qui vient de terminer dans le peloton d’un gros handicap à Royal Ascot. Le jockey nous a confié : « C’est un poulain de terrain léger, qui a de la tenue et qui est pris en 97 de rating. Sa dernière course n’est pas mauvaise et je pense qu’il sera compétitif. » Deux autres 3ans qui restent sur des tentatives en Angleterre sont également annoncés du côté de l’Italie : Tuscan Gaze (Galileo), un ex-Gosden acheté par les Italiens de Mag Racing, et Papa Power (Nathaniel), un pensionnaire d’Andrew Balding. Il a remporté deux courses cet hiver, mais n’a pas tenu les 2.400m lors de sa rentrée dans les King Edward VII Stakes (Gr2).

La vraie Enable à Ascot. Lanfranco Dettori n’est pas trop déçu par la défaite de sa jument de cœur, Enable (Nathaniel), dimanche, dans les Eclipse Stakes (Gr1). Une course de rentrée à 6ans n’est jamais aisée, comme il nous a expliqué : « Avec l’âge, elle est devenue plus difficile à préparer. Elle avait beaucoup de travail derrière elle, mais il lui manquait vraiment une course. Elle était "grassouillette" et nous le savions. Je l’ai montée gentiment, pour ne lui pas donner une course dure. Et Ghaiyyath (Dubawi), quand il peut aller devant sans être mis sous pression, est difficile à battre sur les 2.000m de Sandown. Cela était faisable avec une Enable au top, mais, comme je le répète, son objectif n’était pas de gagner les Eclipse. Toute sa saison est axée sur les King George et l’Arc de Triomphe. Cela dit, je suis très content de sa rentrée. Elle a encore envie et, d’ici trois semaines à Ascot, on verra une jument bien plus affûtée. En vieillissant, il lui faut une vraie distance de 2.400m. »

Les notes d’Epsom. Les King George VI and Queen Elizabeth Stakes constituent, cette année, le premier rendez-vous sur plus de 2.000m entre les 3ans et les chevaux d’âge. Cinquième dans le Derby, en selle sur le favori, English King (Camelot), et troisième dans les Oaks, associé à Frankly Darling (Frankel), Lanfranco Dettori est revenu avec nous sur les deux épreuves : « Frankly Darling était trop tendue en se rendant au départ et elle a beaucoup tiré. Love (Galileo) a gagné de façon impressionnante. Frankly Darling aurait pu prendre la deuxième place, mais il faut qu’elle se pose davantage. Avec English King, nous sommes tombés dans une course piège. Avec l’as à la corde, je me suis appuyé sur Mogul (Galileo). Ce n’était pas le bon choix, mais je n’avais pas beaucoup d’autres options. Cependant, avec un bon parcours, English King aurait terminé bon deuxième car Serpentine (Galileo) a gagné en très bon poulain. »

Les King George et le poids de la décharge. Si l’équipe de Ballydoyle n’a pas encore établi le programme pour ses 3ans, Dettori n’est jamais serein à l’idée d’affronter les jeunes à Ascot avec les chevaux d’âge. Lanfranco nous a dit : « Enable sera au top. Mais la décharge de 11 livres accordée aux 3ans est très importante. Quand on tombe sur un bon 3ans, il est difficile de le battre à cette période de l’année. Serpentine est un poulain en plein épanouissement et Love a montré sa classe. Je pense que pour les chevaux d’âge, du point de vue de la surcharge, c’est plus facile en octobre, à ParisLongchamp, que fin juillet à Ascot. Mais cette année est très particulière, les jeunes n’ont pas suivi les mêmes programmes que d’habitude. »