FEMELLES ALPHA

Courses / 13.08.2020

FEMELLES ALPHA

Un mâle dominant est nommé Alpha. Aux courses, on pourrait parler de femelles Alpha quand on voit la réussite de certaines lignées maternelles…

La famille Niarchos a eu son premier partant dans le Prix Jacques Le Marois en 1980 ; depuis, elle l’a gagné à neuf reprises. Dimanche, elle sponsorise une nouvelle fois la course à travers son entité du Haras de Fresnay-le-Buffard. Si Alpine Star (Sea the Moon) s’impose, le score des Niarchos montera à dix. Un record ? Oui : ex-aequo avec Marcel Boussac, dix fois lauréat du Le Marois… Marcel Boussac, qui élevait déjà à Fresnay-le-Buffard ! L’histoire est belle.

Dans la quête de records autour du grand mile deauvillais, la famille Niarchos a aussi l’occasion de signer le premier doublé de l’histoire pour deux frères et/ou sœurs. Alpha Centauri (Mastercraftsman) a triomphé il y a deux ans ; sa cadette Alpine Star est au départ cette année. Or, dans la longue histoire du Prix Jacques Le Marois, créé en 1921, aucune poulinière n’a donné deux gagnants.

Vous ne croyez pas que la foudre puisse tomber deux fois au même endroit ? Aux courses, c’est pourtant souvent le cas, grâce à la qualité des courants de sang. Ainsi, la deuxième mère d’Alpha et d’Alpine est East of the Moon (Private Account), lauréate du Le Marois en 1994 – vingt-quatre ans avant la victoire de sa petite-fille. Et de qui East of the Moon est-elle la fille ? De Miesque (Nureyev), double lauréate du Le Marois, en 1987 et 1988. Plus encore : la mère de Miesque, Pasadoble (Prove Out), est aussi la deuxième mère de Six Perfections (Celtic Swing), lauréate du Le Marois en 2003 (lire en page suivante). Sans oublier le « roi caché » des Niarchos dans le Le Marois : leur élève Whipper, fils de Miesque’s Son lui-même fils de Miesque – gagnant en 2004 sous la casaque Strauss.