La luzerne : idéale pour prévenir les ulcères gastriques

Autres informations / 21.08.2020

La luzerne : idéale pour prévenir les ulcères gastriques

Les ulcères gastriques sont une pathologie très fréquente chez le cheval de course. La luzerne pourrait aider à prévenir leur apparition.

La majorité des problèmes digestifs chez le cheval viennent d’un apport insuffisant de fibres et/ou d’un apport excessif de céréales. Dans l’estomac, ce sont des ulcères gastriques généralement causés par une exposition de la muqueuse à l’acidité. Dans le gros intestin, ce sont des diarrhées, coliques, fourbures, qui peuvent également causer des modifications du comportement. Grâce à ses propriétés antiacides (« pouvoir tampon ») et à sa teneur très élevée en fibres, qui favorise la mastication, la luzerne est une excellente réponse à ces situations dangereuses. Ces observations ont été réalisées par le laboratoire de recherche en nutrition équine Lab to Field, qui mène depuis 2017 des expérimentations sur la luzerne en alimentation équine. Des premiers essais ont en effet démontré qu’une ration comportant 50 % de luzerne soignait totalement les ulcères gastriques en vingt-huit jours.

Lab to Field poursuit deux expérimentations en 2020-2021 :

– l’évaluation de l’effet de la luzerne sur la guérison des ulcères gastriques et sur la santé digestive chez le cheval athlète ;

– l’évaluation de l’effet de la luzerne sur la vitesse de conditionnement en période d’entraînement et la vitesse de déconditionnement en période de repos.

Et pour préserver l’environnement !

La luzerne est l’archétype de la plante agroécologique. Elle capte elle-même dans l’air l’azote dont elle a besoin pour sa croissance, elle couvre le sol toute l’année et limite ainsi l’érosion. Sa floraison d’avril à octobre en fait une grande amie des abeilles, elle n’est pas attaquée par les insectes ou les champignons et ne nécessite donc pas de traitements. Pour toutes ces raisons, c’est aussi la meilleure alliée des agriculteurs biologiques. Cultivées en France, et donc exemptes d’OGM, une partie des luzernes sont déshydratées par des coopératives d’agriculteurs. La déshydratation permet au fourrage de conserver toutes ses qualités pendant au moins un an. Aucun traitement ni ajout d’aucune sorte n’est effectué sur la luzerne déshydratée. Elle est disponible sous forme de granulés (ou bouchons) ou de « brins longs » en balles. Avec 1,5 million de tonnes de produits déshydratés, Desialis, filiale des coopératives de déshydratation et partenaire de Lab to Field dans les expérimentations, commercialise 85 % de la luzerne déshydratée et 50 % des pulpes de betteraves françaises.