Le retour en force de Fabrice Véron

Courses / 12.08.2020

Le retour en force de Fabrice Véron

Mardi à Deauville, Fabrice Véron s’est imposé dans le Quinté en selle sur Sauzon (Rio de la Plata), pour l’entraînement de Ludovic Gadbin. L’occasion de faire un point sur son premier semestre.

Pour Fabrice Véron, cette victoire a une saveur particulière. Non seulement parce que c’est une première à ce niveau en 2020, mais aussi par amitié pour Ludovic Gadbin, qui le fait monter régulièrement : « Cela fait très longtemps qu’on se connaît, lui et moi. Nous avons travaillé ensemble chez Henri-Alex Pantall à l’époque où Ludovic était assistant, et moi premier jockey de l’écurie. Cette victoire fait donc très plaisir, autant pour lui que pour moi ! Malgré la cote élevée de Sauzon, j’étais confiant car je venais d’être très malheureux à Nantes avec lui, et le cheval ne fait que progresser mentalement. Mardi, il fallait juste que j’aie le bon parcours pour que ça se passe bien. Et j’ai eu un parcours en or ! »

Un nouveau départ fructueux avec Thomas Huet. Depuis la reprise des courses, Fabrice Véron travaille main dans la main avec Thomas Huet, son nouvel agent : « J’ai cessé de travailler avec Frédéric Spanu en revenant des Émirats, car il est très occupé à gérer la carrière de Mickaëlle Michel. Du coup, je me suis tourné vers Thomas Huet, avec qui je m’entends très bien. Depuis la reprise, nous avons gagné dix courses ensemble et tout se passe très bien. Thomas gère une équipe de quatre jockeys : Sylvain Ruis, Cyrille Stéfan, Jules Mobian et moi. Cette année est très particulière et je dirais que le bilan de ce premier semestre est moyen, mais il l’est pour beaucoup de jockeys. Entre les têtes de liste, qui ont été très sollicitées lors de la reprise des courses, et la décharge des femmes, qui font du mal à beaucoup de jockeys en milieu ou en bas de tableau, ça n’a pas été facile. Mais la réussite revient petit à petit, je suis content. Je suis jockey free-lance, je n’ai pas de client attitré. Je monte en priorité les chevaux auxquels j’ai déjà été associé, et je travaille avec les gens qui en ont envie. Ce week-end, je vais monter à l’étranger : samedi en Suisse pour Anton Kräuliger, et dimanche en Allemagne pour Fabrice Chappet dans une Listed où je serai associé à Célestissime (Camelot). »

Pas encore de plan pour l’hiver. Fabrice Véron a passé les deux hivers précédents aux Émirats. Pour ce qui est du suivant, rien n’est encore fixé : « Pour l’instant, mon objectif est de monter au maximum en France, et une meilleure qualité de chevaux. Forcément, j’aimerais gagner des Groupes, comme tout jockey ! J’étais très content de mes deux saisons passées aux Émirats : la première année, j’ai terminé septième au classement national des jockeys, et quatrième l’an passé. J’ai notamment gagné deux Grs3 avec une pur-sang arabe entraînée par Éric Lemartinel, Basmah (Bibi de Carrère). Ce fut une expérience très positive, comme à chaque fois que je suis allé à l’étranger. »