Le rêve australien de Fabrice Chappet

Courses / 11.08.2020

Le rêve australien de Fabrice Chappet

Potentiellement, Fabrice Chappet a deux chevaux pour la Melbourne Cup. Mais les restrictions de voyage liées à la crise sanitaire contrarient ses plans.

Fabrice Chappet a dans ses boxes deux chevaux dont l’objectif annoncé est la Melbourne Cup (Gr1). Logiquement, ils portent tous les deux des casaques australiennes : il y a Skyward (Camelot), qui a fait briller les couleurs de John Messara dans le Prix de Reux (Gr3), et San Huberto (Speightstown), qui a remporté le Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) pour le syndicat OTI Racing, l’un de ses copropriétaires.

Fabrice Chappet détaille : « Skyward va courir le Grand Prix de Deauville. John Messara en avait acquis 75 % en fin d’année dernière dans le but de courir la Melbourne Cup. Mais, étant donné les restrictions sanitaires, l’envoyer en Australie cette année impliquerait de le stationner chez un entraîneur local et, apparemment, John Messara, très gentiment, préfère qu’il coure sous mon entraînement. Dans ce cas, il faudrait attendre 2021… Quant à San Huberto, il est prévu qu’il dispute soit le Kergorlay, le 23 août, soit l’Ebor Handicap, à York, la veille. Nous déciderons selon l’état du terrain : San Huberto, comme Skyward d’ailleurs, préfère le bon terrain. Ensuite, il partira en quarantaine à Newmarket, puis rejoindra l’Australie, où il sera confié à Mat Cumani. Il est prévu qu’il revienne chez moi après la Melbourne Cup. Dans tous les cas, je n’assisterai donc pas à la course sur place, en espérant pouvoir m’y rendre l’an prochain ! »

Dream Works tente le pari dans le Guillaume d’Ornano

Dream Works (Wootton Bassett) va courir le Prix Guillaume d’Ornano - Haras du Logis Saint-Germain (Gr2), face à un lot qui comporte les trois premiers du Jockey Club ! Une tâche pas simple pour ce poulain encore tendre, lauréat du Prix Ridgway (L) pour sa troisième sortie. Fabrice Chappet analyse : « Jean-Louis Bouchard, le propriétaire du poulain, aime les challenges et cela lui a plutôt pas mal réussi jusqu’ici ! Donc nous allons courir, même s’il risque de manquer d’expérience face à de tels adversaires. Si la piste s’assouplit, cela jouera en sa faveur. C’est un bon poulain, en devenir. »