LE TOUR DES HARAS - SEPTEMBRE 2020 : Charles Brière à la recherche des successeurs d’Arizona et de Mageva

Institution / Ventes / 31.08.2020

LE TOUR DES HARAS - SEPTEMBRE 2020 : Charles Brière à la recherche des successeurs d’Arizona et de Mageva

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en septembre à Arqana. Charles Brière nous a ouvert les portes de Fairway Consignment.

Par Alice Baudrelle

Installé depuis cinq ans à Coupesarte (14), à une demi-heure de Deauville, Charles Brière s’est fait remarquer à Arqana dès sa première en tant que vendeur. En août 2015, il présentait un seul lot, mais ce yearling par Kendargent (Kendor) avait été vendu 105.000 € à Marc-Antoine Berghgracht. Depuis, l’homme de Fairway Consignment s’est affirmé au fil des années comme l’un des vendeurs incontournables chez Arqana. Le jeune homme nous a dit : « Il y a de plus en plus de propriétaires importants qui nous font confiance, en particulier des étrangers. Et cette confiance est très gratifiante. Des gens du trot également, à l’image de la famille Lerner du haras de Marancourt, qui investit dans les galopeurs par le biais de Victor Langlais. Le trot est une discipline qui n’a rien d’évident. La réussite y est même très difficile à décrocher, avec beaucoup de chevaux qui ne vont pas aux courses. Mais en contrepartie, le risque financier y est moindre qu’avec les pur-sang ! »

Charles Brière est consignataire. Mais pas uniquement. Il explique : « Je présente un certain nombre de chevaux qui sont le fruit de pinhookings. En septembre, j’ai dix-sept yearlings inscrits à la vente de sélection, dont un mâle par Ribchester (Iffraaj) qui est hors du commun. Il est très beau et bien né, avec une mère par Pivotal (Polar Falcon), elle-même sœur de l’étalon James Garfield (Exceed and Excel), qui a fait une carrière assez impressionnante. Gagnant à 2ans des Mill Reef Stakes (Gr2), il a confirmé à 3ans dans les Greenham Stakes (Gr3) et s’est classé deuxième du Prix Maurice de Gheest (Gr1), entre autres. C’est la famille du moment : celle d’Invincible Spirit (Green Desert), de Kodiac (Danehill), d’Uni (More than Ready)… et de Mishriff (Make Believe) ! »

Des performances au niveau Gr1. Les clients ne viennent pas par hasard chez un consignataire : dans un univers concurrentiel, la qualité relationnelle et le palmarès font la différence. Et les chevaux vendus par Fairway Consignment se distinguent à haut niveau, un vrai booster en termes de notoriété et de crédibilité. L’année dernière, Arizona (No Nay Never) a montré qu’il faisait partie des meilleurs 2ans d’Europe. Gagnant des Coventry Stakes (Gr2), il est aussi monté sur le podium des National Stakes et des Dewhurst Stakes (Grs1). Arizona avait été présenté par Fairway Consignment à Arqana dans le cadre d’un pinhooking.

Mageva (Wootton Bassett), troisième cette année de l’Emirates Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), avait été confiée pour la préparation aux ventes par son éleveur, James Carpentier, également bien connu dans le milieu du trot. Fairway Consignment a vendu un troisième cheval de Gr1 chez Arqana. Il s’agit d’Olendon (Le Havre), deuxième du Prix Saint-Alary (Gr1). Charles Brière nous a confié : « Après plusieurs places à ce niveau, il ne me manque qu’une victoire de Gr1 ! On va l’avoir un jour ou l’autre... Mais c’est vrai que les ventes se passent bien, et quand les chevaux performent derrière, ça fait plaisir. Mageva a fourni une belle performance en terminant troisième de la Poule, c’est très bien. Cela prouve à quel point son père, Wootton Bassett (Iffraaj), est un étalon améliorateur car il avait deux pouliches dans les trois premières. J’ai la chance d’avoir plusieurs produits de lui pour la prochaine vacation.

La performance de Mageva, c’est aussi formidable pour son éleveur et ses propriétaires.  Accéder au podium d’un classique, c’est quelque chose. Et Fabrice Chappet, qui a placé deux de ses pensionnaires dans les trois premières, réalise lui aussi une grande performance ! Mageva avait été vendue 75.000 € à Hubert Guy chez Arqana. C’était un bon prix, d’autant qu’elle n’était pas parfaite devant. Ses aplombs ont certainement effrayé quelques personnes... Mais elle avait un magnifique travers, étant vraiment "course". Sa sœur par Zelzal (Sea the Stars) va passer en vente ce mois-ci. C’est une belle pouliche. La vente arrive un petit peu tôt pour elle, mais ne serait-ce qu’au vu de son papier, elle est particulièrement intéressante. Comme sa sœur, elle devrait bien évoluer. »

Step by Step, la belle affaire. Vendu 19.000 € à Laurent Benoît lors de la vente d’automne, Step by Step (Sidestep) a gagné trois courses cette année, dont le Derby du Languedoc (L) : « Step by Step est un très bon cheval que j’avais vendu aux ventes de novembre. Il avait ensuite été présenté par Mocklershill à la breeze up, où il a été acheté 26.000 € à l’amiable par Yann Barberot, pour un client que nous avons en commun, l’écurie des Monnaies. Je pense que Step by Step sera mieux sur un terrain un peu plus souple. Il n’a pas fait sa valeur dans le Prix Michel Houyvet (L), et il faudra le suivre à l’avenir. Pour un poulain acheté ce prix-là, c’est très bien ce qu’il a fait. » Charles Brière a également été mis à l’honneur au niveau black type par le biais de Crew Dragon (Poet’s Voice), qui a conclu troisième du Qatar Prix Kistena (L) à Deauville, le 12 juillet : « C’est un très beau cheval élevé par Berend van Dalfsen. Nous l’avions racheté 75.000 € à la vente d’août ; il était un peu en retard pour la vente. Son entourage l’estime un peu. Il est troisième de Listed, mais je crois qu’il a de la marge. » Toujours en 2020, on remarquera les performances de Mykiss (Makfi), récent lauréat du Grand Prix de Clairefontaine (L), et de Rocquemont (Anodin), sur le podium du Prix Saônois, du Prix Le Fabuleux et de la Coupe de Marseille (Ls).

Ne pas se disperser. Pour le moment, Charles Brière se concentre sur sa marque de fabrique : le commerce. À long terme, il aimerait bien se lancer aussi dans l’élevage : « Ma structure a l’avantage d’être proche de Deauville et de tous les haras. Il reste quelques améliorations à apporter… mais je commence à en voir le bout ! La partie qui me plaît le plus, c’est le commerce, avec le pinhooking, entre autres. Pour une éventuelle partie élevage, il faudrait développer la surface. Mais je ne veux pas faire deux choses en même temps et les faire mal. Pour l’instant, je me concentre sur mon activité de préparation et de commerce. Plus tard, j’envisage d’avoir quelques juments, à droite et à gauche. Mais elles ne seront peut-être pas stationnées ici ; dans un premier temps, je ferai certainement des associations. Ici, je dispose de 20 hectares : une fois qu’on se met à élever, ce n’est pas suffisant. Et pour s’agrandir, ce n’est pas évident : ici, le terroir est réputé et il y a une douzaine de haras rien que sur la commune. Mon emplacement est en revanche avantageux pour mes activités actuelles, car proche de nombreux clients potentiels. »

LES YEARLINGS DE LA VENTE DE SÉLECTION

Lot Sexe Père Mère
12 M. Lope de Vega Albisola
19 F. Siyouni Apple Charlotte
27 F. Dariyan Bal de la Rose
32 M. Zarak ** Belle Above All
42 M. Mastercraftsman Casila
57 M. Caravaggio Cry me a River
74 F. Sea the Stars Duchess of France
92 M. No Nay Never Flashy Wings
155 F. Wootton Bassett Melbourne Shuffle
188 M. Make Believe Petits Potins
201 F. Kodiac Quickstyx
226 F. Almanzor Sea Claria
267 M. Ribchester Trainnah
295 M. Wootton Bassett Akasti
303 F. Zarak ** Amour à Papa
310 M. Camelot Avenuedargent
413 F. Zelzal Melilot