Mario Ascher, directeur marketing de Larc : « Ce partenariat montre notre soutien aux courses françaises »

Courses / 08.08.2020

Mario Ascher, directeur marketing de Larc : « Ce partenariat montre notre soutien aux courses françaises »

La réunion de courses de ce dimanche à Deauville prendra des accents latinos ! Le Latin American Racing Channel (Larc), chargé de commercialiser les courses de galop de plusieurs hippodromes majeurs d’Amérique du Sud, sponsorise le Prix Maurice de Gheest (Gr1). Mario Ascher, directeur marketing de Larc, a répondu à nos questions.

Jour de Galop : - Depuis 2013, Larc est associé à France Galop pour le Prix Maurice de Gheest. Que représente ce partenariat à vos yeux ?

Mario Ascher : - Il représente beaucoup de choses. Je dirais avant tout qu’il met en lumière un ensemble de valeurs et d’objectifs communs que nous partageons avec la France. Ce partenariat montre également notre soutien aux courses françaises. Cela fait dix ans que nous menons conjointement des actions pour que l’industrie des courses poursuive son développement économique des deux côtés de l’Atlantique. Par ces différentes actions, nous tentons aussi d’apporter une vraie valeur ajoutée aux courses sud-américaines.

Justement, quelles sont les autres activités de Larc ?

Depuis sa création, Larc participe de la manière la plus large possible à la diffusion des courses sud-américaines à travers le monde. Sur notre continent, nous rendons accessibles les courses à l’ensemble de la filière. Nous mettons en avant le travail de nos professionnels. Nos actions vont donc de la retransmission à l’accueil de courses, de l’organisation de congrès en lien avec la filière hippique au soutien à des programmes pour le bien-être animal, ou encore à la promotion de notre élevage dans le monde… Outre la France, nous avons des partenaires un peu partout dans le monde. Au Royaume-Uni, par exemple, nous avons sponsorisé des chevaux avec des ratings supérieurs à 115 pour qu’ils participent aux plus belles épreuves.

C’est donc un lien très étroit qui vous unit à l’Europe…

Tout à fait. Nos deux continents partagent une histoire commune. Nous devons cela à des siècles d’échanges migratoires entre nos deux continents d’abord, et à la Seconde Guerre mondiale ensuite. Ce sont des liens familiaux, culturels, commerciaux et d’amitié qui se sont créés au fil du temps. Et bien sûr, les courses hippiques n’y échappent pas. Les hippodromes, chez nous, ont vu le jour grâce aux Européens. Ce sont eux qui ont développé cette passion ici et qui ont importé d’Europe les plus grands courants de sang. L’hippodrome de Valparaiso, au Chili, qui a été construit par des Anglais il y a plus de 150 ans, en est la parfaite illustration. Le Jockey Club argentin, propriétaire de l’hippodrome de San Isidro, en témoigne aussi. C’est à Paris que ses fondateurs se sont rencontrés pour la première fois, juste après la création du vôtre, dont ils se sont inspirés.