Non, Enable n’est pas une poule mouillée !

International / 10.08.2020

Non, Enable n’est pas une poule mouillée !

Non, Enable n’est pas une poule mouillée !

Pour assister au clash entre Enable (Nathaniel) et la 3ans Love (Galileo), il faudra attendre le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Le prince Abdullah a tranché : sa championne courra les September Stakes, sur la P.S.F. de Kempton, le 5 septembre.

Le communiqué émanant de Juddmonte est tombé lundi, en milieu de matinée. Lord Teddy Grimthorpe annonce : « Le prince Khalid a décidé que la prochaine course d’Enable serait les September Stakes (Gr3), à Kempton, le 5 septembre. Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe reste son objectif principal. » Enable a été conservée à l’entraînement pour tenter de remporter une troisième fois l’Arc, un exploit encore jamais réalisé. Restait à trouver le meilleur programme pour amener la jument au top le 4 octobre. L’arrêt des courses n’a pas vraiment perturbé la préparation d’Enable, dans le sens où sa rentrée était depuis longtemps programmée dans les Eclipse Stakes, comme en 2019.

Ce qui était moins prévisible, c’est qu’elle en sorte battue par Ghaiyyath (Dubawi). Une nuance toutefois : les 2.000m de Sandown n’ont jamais été vraiment sa tasse de thé. L’an dernier, elle avait dû s’employer jusqu’au bout pour devancer de trois quarts de longueur sa meilleure ennemie, Magical (Galileo). Et John Gosden avait annoncé qu’Enable aurait besoin d’une course pour monter en puissance. C’est logique : à 6ans, la jument sait sans doute comment s’économiser le matin… Les King George VI and Queen Elizabeth Stakes ont donné raison au grand entraîneur.

Retrouvant les 2.400m, et plus "fit", Enable a dominé ce qu’on lui donnait à battre… c’est-à-dire deux chevaux seulement, Sovereign (Galileo), gagnant du Derby irlandais (Gr1) l’an passé, et Japan (Galileo), auteur en 2019 du doublé… sponsorisé par Juddmonte : Grand Prix de Paris-International Stakes (Grs1) ! Japan peut servir à étalonner la progression de la jument entre Sandown et Ascot. Dans les Eclipse, elle le devançait d’une tête seulement. À Ascot, elle l’a laissé à plus de seize longueurs… Et l’an dernier, dans l’Arc, Japan avait fini à un peu plus de deux longueurs de la championne.

À la suite de son triplé historique dans les King George, on attendait logiquement Enable dans les Yorkshire Oaks (Gr1), prévues le 20 août. C’est la course qui lui a servi de tremplin vers l’Arc en 2019 et 2017. Mais c’est finalement un itinéraire bis qui a été privilégié, celui de Kempton, sa P.S.F. et ses September Stakes. "Bis", mais pas inconnu, puisque déjà emprunté en 2018, en guise de rentrée (très) tardive. Certains diront que c’est "la jouer petit bras", en évitant la confrontation avec Love (Galileo), meilleure 3ans européenne et rivale numéro 1 d’Enable dans l’Arc.

C’est oublier la sportivité de son éleveur-propriétaire (combien auraient gardé une telle jument à l’entraînement à 5 et 6ans ?) et la virtuosité de son entraîneur. Quel intérêt de soumettre la jument à un dur combat – car elle ne battra pas la Love que l’on a vue dans les Oaks sans se livrer à 100 % – à six semaines et demie de son rendez-vous avec l’Histoire ? Le combat aura lieu, mais le 4 octobre. Un mois plus tôt, Enable aura une tâche moins dure dans les September Stakes, sur une surface moins exigeante qu’un gazon possiblement trop rapide ou trop lourd. C’est un souci en moins pour John Gosden : s’il ne connaît pas l’opposition, il sait en revanche déjà sur quel terrain la jument devra évoluer. De quoi gagner, peut-être, quelques heures de sommeil en plus avant le 4 octobre !