Preis der Diana (Gr1) : Miss Yoda booste les investissements Westerberg

International / 02.08.2020

Preis der Diana (Gr1) : Miss Yoda booste les investissements Westerberg

Düsseldorf (DE), dimanche

Georg von Opel avait fait la Une l’année dernière pendant la saison des ventes, quand il avait acheté sept pouliches yearlings, dont trois en association avec Coolmore, pour dix millions d’euros, dans le but de relancer l’élevage Westerberg. C’était un gros investissement et ce dimanche à Düsseldorf, le succès de Miss Yoda (Sea the Stars) dans le Preis der Diana (Gr1) va considérablement booster le projet de l’éleveur allemand. La pouliche, un peu compliquée il faut le dire, a dominé son sujet et elle est devenue la deuxième étrangère à battre à domicile les allemandes après Dancing Rain (Danehill Dancer). Le parcours de Düsseldorf est très spécial mais avec Lanfranco Dettori en selle, les choses compliquées deviennent faciles.

Une pouliche difficile mais douée. Miss Yoda s’est rendue en piste toute seule, avec son bonnet rouge et sans passer par le défilé. Elle fait quelques manières avant de prendre sa place dans les boîtes mais après le départ, elle a pris la tête, accompagnée par la française Moon a Lisa (Sea the Moon), un peu allante. Dettori a imposé un train régulier, sans plus, avec la favorite irlandaise Silence Please (Gleneagles) qui voyageait en épaisseur. Miss Yoda a durci le train dans le tournant et, après un instant difficile à la sortie du tournant, quand elle a eu du mal à changer de jambes, elle est repartie de plus belle pour s’imposer par trois quarts de longueur sur Zamrud (Samum), toujours dans le sillage de la gagnante, et qui a repoussé d'un nez la bonne fin de course de Virginia Joy (Soldier Hollow). Silence Please a plafonné dans les 200 derniers mètres après avoir fait illusion. Moon a Lisa, battue à la fin du dernier tournant, est à revoir.

Dettori, le Diana 29 ans après le Derby. Lanfranco Dettori a réussi le doublé classique allemand 29 ans après son succès dans le Derby en selle sur Temporal (Surumu). Le pilote italien a expliqué : « Elle est bien partie, je voulais prendre la tête et bien cadencer ses longues foulées. Elle a perdu son action quand elle a regardé la sortie de la piste, mais je lui ai expliqué qu’il fallait encore travailler. Elle a alors placé un second démarrage. »

Le classicisme de Sea the Stars. Miss Yoda, un produit du Gestüt Etzean, a été acheté 280.000 € par Blandford Bloodstock, agissant pour Westerberg, à la vente BBAG où elle avait enregistré le top price des pouliches. Son père, Sea the Stars (Cape Cross), a enregistré sa 14e gagnante de Gr1 et son sixième classique après Taghrooda, Sea the Moon, Harzand, Sea of Class et Star Catcher. Il en est à 43 gagnants de Groupe sur 714 produits de 3ans et plus.

La mère de Miss Yoda, Monami (Sholokhov), a gagné le Preis der Winterkonigin (Gr3), le Marcel Boussac allemand, à 2ans et le Diana-Trial (Gr2). Elle a aussi montré de la vitesse en se classant troisième face aux mâles dans le Premio Vittorio di Capua (Gr1), sur le mile. Monami est une demi-sœur de Meridiana (Lomitas), qui a gagné les Oaks d’Italia (Gr1) et s’est imposée au niveau Groupe aux États-Unis où elle a produit quatre sujets black types.

Monami a un 2ans par Amaron (Shamardal) et un yearling par Kingman (Invincible Spirit), acheté 340.000 Gns (398.000 €) par Baroda Stu, foal, à Tattersalls. Elle a pouliné en mai une pouliche par Sea the Stars, propre sœur de Miss Yoda.