EN RÉGIONS  Nantes : une première avec public

Courses / 17.09.2020

EN RÉGIONS Nantes : une première avec public

Après deux mois d’interruption, les courses reprennent vendredi à Nantes. Et, pour la première fois de l’année, le public sera autorisé à se rendre sur l’hippodrome, à la grande satisfaction de Jean-Pierre Vallée-Lambert, le président de la Société de courses.

Jour de Galop. – Pour la première fois de l’année, le public pourra se rendre sur l’hippodrome du Petit-Port. Quelle est votre réaction ?

Jean-Pierre Vallée-Lambert. – C’est un immense soulagement, car la Loire-Atlantique étant passée en zone rouge, rien n’était sûr. Nous avons fait lundi la déclaration de demande d’ouverture d’hippodrome au préfet et, mercredi, nous avons obtenu l’autorisation d’ouvrir nos portes au public. Nous avons donc le droit d’accueillir jusqu’à 5.000 personnes au maximum, sachant que le cahier des charges de la F.N.C.H. devra être scrupuleusement respecté. La satisfaction est d’autant plus grande qu’il s’agira d’une belle réunion mixte, plat-obstacle, avec comme temps fort le Grand Prix Synergie - Grande Course de Haies d'Automne. Suite au Covid, nous avons perdu trois réunions, de fin mars et d’avril, et nous avons couru six réunions à huis-clos, dont la dernière, celle du 4 juillet.

Comment avez-vous géré cette période ?

Nous avons toujours gardé le moral. Nous avions également l’espoir que nous pourrions bientôt revenir à la quasi-normale et offrir, tant au public qu’aux professionnels, des réunions à la hauteur de leurs attentes. En tout cas, nous avons été ravis de pouvoir courir à huis-clos, de pouvoir faire en sorte que l’offre de courses reste intacte et que les professionnels puissent engager à Nantes.

L’autre bonne nouvelle, c’est que les sponsors nous sont restés fidèles, malgré tout. Avec l’interdiction de louer nos salles, nous avons perdu quelques recettes bien sûr. Très récemment, le dernier week-end et le premier week-end de septembre, deux manifestions ont eu lieu sur l’hippodrome. Il s’agissait de deux salons organisés par notre chargé de communication, Tanguy Letort, et cela nous a enfin permis de retrouver un volume d’activités de partenariats ou de sponsors. Sur l’année, nos revenus seront moindres, mais nous restons sereins.

Durant cette trêve de deux mois, avez-vous mené à bien des travaux ?

Nous avons mis en place la dernière de nos six haies. Notre parcours est donc désormais extrêmement récent. Nous avons rechargé le bull-finch, et différents travaux d’entretien ont été réalisés, pour l’oxer et le talus breton notamment. Le parcours sera donc tout à fait à la hauteur à la rentrée, comme les pistes d’ailleurs. Nous avons arrosé tout l’été. La semaine dernière, nous avons passé le décompacteur. Nous aurons donc une piste qui répondra parfaitement aux attentes des professionnels