France Galop annonce un plan pour la compétitivité

Institution / Ventes / 16.09.2020

France Galop annonce un plan pour la compétitivité

Le Conseil d’administration de France Galop s’est réuni mardi 15 septembre. Un des sujets importants a été la mise à l’étude d’un plan pour restaurer la compétitivité des chevaux de plat entraînés en France sur la scène internationale. Ces dernières années, les chevaux entraînés en France ont perdu de leur compétitivité par rapport à nos voisins anglo-irlandais : plus de courses de Groupe sont remportées par des chevaux entraînés à l’étranger, et ceux stationnés en France s’illustrent de moins en moins en dehors de nos frontières. Parallèlement à ce constat, les effectifs de 2ans à l’entraînement sont en nette diminution cette année (- 5,6 % au 1er août).

Le Conseil a donc souhaité se saisir de cette problématique qui pourrait bien s’accentuer avec les effets de la crise du Covid. Une série de mesures a été proposée au Conseil pour redynamiser les effectifs de jeunes chevaux, préalable au regain de compétitivité par rapport aux chevaux étrangers. Les administrateurs ont ainsi débattu de ces propositions qui portent sur le programme de 2ans, les primes, les améliorations à apporter aux centres d’entraînement et autres mesures incitatives pour tous ceux qui font l’effort d’exploiter des chevaux de 2ans. Un projet affiné sera représenté au prochain Conseil d’administration après avoir pris l’avis du Conseil du plat.

Les administrateurs ont aussi parlé du prochain Qatar Prix de l’Arc de Triomphe et du prochain Grand Steeple-Chase de Paris. Cinq mille spectateurs est la jauge maximum autorisée par le décret, Paris étant en zone rouge. Il n’y aura donc pas de dérogation possible, malgré tous les efforts de France Galop pour augmenter cette jauge à 10.000 spectateurs. Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe sera réservé aux acteurs des courses : les entourages des partants bien sûr, mais aussi les propriétaires, éleveurs, entraîneurs, jockeys qui auront envie de vivre un grand week-end sportif. Exceptionnellement, afin de gérer au mieux cette jauge de 5.000, il faudra télécharger son billet avant le jour J. Les places seront payantes et l’intégralité de la recette sera reversée à Au-delà des Pistes pour soutenir les actions en faveur de la reconversion des chevaux de course. Pour toute question, on peut s’adresser au Département acteurs des courses (01.49.10.22.02).

De son côté, exceptionnellement, le Grand Steeple-Chase de Paris se disputera en octobre cette année, du fait de l’impossibilité de disputer cette épreuve en juin à Auteuil. Auteuil proposera un week-end de très haut niveau les 17 et 18 octobre prochains avec la Grande Course de Haies le samedi et le Grand Steeple le dimanche. Comme pour l’Arc, la jauge sera limitée à 5.000. France Galop portera une attention particulière à tous les amoureux de l’obstacle qui ont été privés des grands événements traditionnels du printemps. Le samedi, France Galop va notamment accueillir tous les propriétaires ayant eu un partant au cours de la dernière année. Il sera aussi possible d’accueillir du public ce week-end-là : les fidèles d’Auteuil mais aussi un public plus familial à qui sera proposé une série d’animations.

Enfin, les administrateurs ont pu étudier les chiffres consolidés de la période post-confinement. Les chiffres ont été bons en juillet et août (+ 15 % enjeux). Et surtout, l’activité bien orientée sur les deux premières semaines de septembre, même si la progression est moins forte que pendant l’été. Sur l’ensemble de l’année, il faut néanmoins garder en tête que la filière a perdu plus d’un milliard d’enjeux et plus de 320 millions d’euros de produit brut des jeux (la marge) par rapport à l’an dernier.

C’est pourquoi le Conseil d’administration de France Galop du 24 août a pris l’engagement de redistribuer l’équivalent du résultat net de France Galop sous forme d’allocations, avec un effet rétroactif sur les courses disputées depuis le 11 mai. Toutes les courses ayant fait l’objet d’une baisse d’allocation sont concernées.

L’année est loin d’être terminée. La visibilité est faible sur l’évolution de la situation sanitaire et ses impacts sur notre activité : France Galop veut donc attendre la fin d’année pour prendre une décision ferme en matière de revalorisation des allocations 2020. Les conditions à réunir pour procéder à cette bonification des allocations seront un résultat excédentaire de France Galop, et un budget PMU 2021 qui permette à France Galop de distribuer 250 millions d’euros d’encouragements (c’est-à-dire un retour au niveau de 2019).