Jérôme Reynier : « Un aboutissement pour Royal Julius »

Courses / 30.09.2020

Jérôme Reynier : « Un aboutissement pour Royal Julius »

Actuellement dixième au classement des entraîneurs français, Jérôme Reynier est un homme de défis… en France comme à l’étranger. Et les mois à venir n’en manqueront pas, avec notamment une première participation à l’Arc !

Dimanche, Calas sera pour la première fois représenté au départ du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), avec Chachnak (Kingman) et Royal Julius (Royal Applause). À l'âge de 7ans, ce dernier vient de décrocher son onzième podium black type en se classant deuxième du Premio Federico Tesio (Gr2) à Milan. Il vient par ailleurs de dépasser les 900.000 € de gains. Son entraîneur, Jérôme Reynier, nous a confié mercredi : « Royal Julius est bien rentré de Milan. Il est en forme et c’est la raison pour laquelle nous tentons ce challenge. C’est un cheval qui a réalisé de bonnes performances à ParisLongchamp. En 2018, il s’était classé deuxième du Prix d’Harcourt (Gr2) devant Way to Paris (Champs Élysées) et Waldgeist (Galileo). Ce jour-là, il était à 75/1… et cela risque d’être sa cote dans l’Arc ! Nous présentons le cheval en ayant conscience que c’est un outsider, mais en voulant faire pour le mieux. C’est un aboutissement pour Royal Julius qui a réalisé une belle carrière internationale, il a été lauréat, par exemple, de la première grande course du Bahreïn et deuxième de H.H. The Amir Sword (Gr1 local) au Qatar. Il a gagné un Gr2 en Italie et pris part aux Prince of Wales's Stakes (Gr1) à Ascot. Nous l’avions engagé dès le mois de mai dans l’Arc et nous voulons aller au bout de cette belle aventure. Certes, nous ne tombons pas sur l’édition la plus creuse de l’histoire. Mais ce sera beau de le voir au milieu de ce lot de grande qualité. Cela fait quatre années qu’il est à nos côtés. Il y a des chevaux que nous parvenons à faire vieillir, comme par exemple Master's Spirit (Mastercraftsman) avant lui. C’est très gratifiant de pouvoir faire de longues carrières à bon niveau. Et ce d’autant plus que Royal Julius nous a donné l’occasion de prendre part à de belles aventures internationales. C’est un cheval qui prend tout du bon côté. Ni un voyage, ni un défilé de l’Arc ne peuvent le perturber. Il a déjà vu tellement de choses ! Nous sommes encore en discussion pour déterminer qui sera son jockey dimanche. Royal Julius est le premier représentant de Jean-Jacques Biarese… [et donc le premier partant de l’entraîneur et du propriétaire dans la grande épreuve, ndlr] »

Skalleti, le Dollar en pensant aux Champion Stakes. Skalleti (Kendargent) sera vraisemblablement le favori du Prix Dollar (Gr2). Et son mentor nous a dit : « Ce statut est justifié dans le sens où Skalleti est le tenant du titre. Mais aussi du fait qu’il vient de battre Sottsass (Siyouni) dans le Prix Gontaut-Biron Hong Kong Jockey Club (Gr3). Il est en bonne forme et tous les paramètres sont réunis pour une bonne performance. Il est assez exceptionnel, avec 10 victoires en 13 sorties. Et nous espérons qu’il va conserver son titre. Étant hongre, il n’a pas encore couru au niveau Gr1. Mais en fonction de sa récupération après le Prix Dollar et d’éventuelles pluies outre-Manche, nous envisageons un déplacement pour les Champions Stakes (Gr1) à Ascot. Certes, la course est à deux semaines, mais si le cheval est toujours aussi bien et le terrain suffisamment souple, cela peut être à considérer. »

Spirit of Nelson veut finir en beauté. Après sa victoire dans le Grand Prix de Vichy (Gr3), Spirit of Nelson (Mount Nelson) s’est classée sixième du Darley Prix de Pomone (Gr2) sur 2.500m. À quelques jours du Prix de l’Opéra Longines (Gr1), son entraîneur explique : « À Deauville, nous avons voulu la rallonger, mais nous sommes tombés sur une course piège. Il ne faut pas prendre cette performance au pied de la lettre. Elle est mieux sur 2.000m. Le terrain souple ne le dérange pas, sa victoire dans le Prix de Flore (Gr3) dans le lourd en atteste. L’Opéra sera l’une de ses dernières sorties avant le haras. Nous voulons tenter de belles choses avec elle. Son ultime course sera certainement le Premio Lydia Tesio (Gr2) en novembre. Ce qu’elle a réalisé cette année, c’est vraiment magnifique. Le Prix de l’Opéra est en train de devenir l’Arc des juments. Le lot 2020 est tout simplement superbe. »

Direction l’Amérique. Silberpfeil (Clodovil) reste sur une deuxième place dans le Premio Elena e Sergio Cumani (Gr3). Elle vise désormais les États-Unis et Jérôme Reynier nous a confié : « Il y a toute une logistique à mettre en place. Mais le but est l’amener le 25 octobre à Santa Anita dans un Gr2 pour femelles, les Goldikova Stakes, sur 1.600m. Silberpfeil reste sur deux bonnes performances sur le mile de Milan. Et nous voulions tenter quelque chose avec elle. Cette pouliche est en progression sur ses dernières courses. Si elle avait été un peu plus heureuse, elle aurait pu gagner le Premio Pietro Bessero (L) où elle a été battue par une jument qu’elle a devancée à deux reprises. Elle n’était pas attendue à ce niveau en début d’année. À présent, "ce n'est que du bonus" et elle devrait être saillie aux États-Unis par la suite. Silberpfeil appartient à ses éleveurs, les Irlandais Ross Wright et Emma Kennedy. J’ai fait leur connaissance par l’intermédiaire de John Hammond. L’histoire a commencé en 2017 avec Grande Vadrouille (Smart Strike). Ils m’ont ensuite confié deux produits de Qenaa (Royal Applause) : Silberpfeil bien sûr, mais également Amica Nostra (Épaulette), lauréate de la Coupe de Marseille (L) au mois de septembre. Elle aussi est assez étonnante et elle va certainement courir un Groupe à Milan dans deux semaines… »