Keeneland : Into Mischief plus fort que la crise

International / 18.09.2020

Keeneland : Into Mischief plus fort que la crise

KEENELAND SEPTEMBER YEARLING

Into Mischief (Harlan’s Holiday) est le nouveau boss du marché des yearlings. Soixante-cinq de ses produits sont passés sur le ring de Keeneland lors des quatre sessions des books 1 et 2. Au total, 45 d’entre eux ont trouvé preneur pour un chiffre d’affaires de 23,28 millions de dollars (19,71 M€) et un prix moyen de 517.333 $ (438.200 €). Les deux étalons derrière lui au classement sont Medaglia d’Oro (El Prado) et Quality Road (Elusive Quality). À eux deux, ils affichent un cumul de 43 vendus et 21,12 millions de dollars (17,89 M€) de chiffre d’affaires. Ses yearlings ont été conçus au tarif de 100.000 $ (84.700 €), lui qui, il y a dix ans, avait débuté à 10.000. L’année dernière, avant son premier titre de Champion Sire, il avait eu 97 vendus lors de toutes les vacations américaines. Cela représentait un chiffre d’affaires de 31,27 millions de dollars et un prix moyen de 322.392 $ (273.100 €). Cette année, il en est à 30,37 millions. D’ici à la fin des ventes américaines, ce chiffre va encore augmenter, ce qui tient du miracle vu la chute du marché. Jusqu’à cette année, il n’avait eu qu’un seul yearling millionnaire. Là, en seulement quatre jours, il en a aligné cinq. Le cinquième est le top price de la deuxième session du book 2. Il s’agit du quatrième produit de Teen Pauline (Tapit), gagnante de Gr2 et placée de Gr1. Peter Leidel, qui était associé sur la bombe Lady Aurelia (Scat Daddy), a posé par téléphone l’enchère gagnante à un million.

L’ANALYSE

Le cheik Hamdan ne lève pas le pied

Dix sujets ont atteint les 500.000 $ (423.500 €) dans cette quatrième session. Seul le cheikh Hamdan Al Maktoum s’en est offert deux. Il a mis 675.000 $ (571.700 €) sur un poulain par Into Mischief, demi-frère du Champion Sprinter Runhappy (Super Saver), et 500.000 pour un Curlin (Smart Strike) demi-frère du lauréat de l’Haskell Invitational (Gr1), Girvin (Tale of Ekati). L’association SF Bloodstock, Starlight et Madaket a poursuivi son shopping, avec cinq achats pour 1,66 million (1,4 M€). Les Avengers, comme ils sont surnommés, ont acheté, lors des quatre sessions, 22 yearlings pour 9,82 millions (8,31 M€). Le cheikh Hamdan Al Maktoum est le seul propriétaire dans les Top 10 à ne pas être américain. Il a investi 5,42 millions (5,49 M€) pour neuf lots. Si l’on compare avec l’an dernier, il avait investi 11,07 millions (9,37 M€) pour dix-huit lots alors que Godolphin, absent cette année, en avait pris dix pour 16 millions (13,55 M€).

L’INDICATEUR CLÉ DES BOOKS 1 ET 2

Cent millions de dollars ont disparu

Certes le format de la vente a quelque peu changé, mais la comparaison avec les chiffres de l’année dernière est très dure… Cette année, sur les 975 yearlings passés sur le ring, 589 ont trouvé preneur. Il en résulte un chiffre d’affaires de 165,85 millions (140,04 M€) et un prix moyen de 266.645 $ (225.900 €). En 2019, ce dernier indicateur s’était fixé à 320.582 $ (271.500 €) dans les sessions des books 1 et 2. La baisse du prix moyen est de 16,8 %, raisonnable compte tenu de la crise. Le taux de vendus s’est effondré de 72,8 à 62,4 % et, à cause de cela et d’une réduction du nombre de lots proposés, le chiffre d’affaires a chuté de 37,9 %, soit un peu plus de cent millions de dollars. Geoffrey Russell, directeur des ventes de Keeneland, a expliqué : « J’ai discuté avec quelques vendeurs. Ils m’ont dit que ce n’était pas un drame, car ils ont déjà un plan B en tête. Les pinhookers ne se sont pas encore manifestés. C’est normal, ils arrivent à partir du book 3. Je pense que ce segment du marché sera très actif. »