Le sauveur

Courses / 15.09.2020

Le sauveur

Par Adeline Gombaud

Le verdict du week-end dernier est sans appel. Aucun des chevaux français s’étant produit à ParisLongchamp ou à l’étranger ne peut ambitionner une victoire dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1). Le seul tricolore sur lequel on ne peut émettre un tel avis péremptoire s’appelle Persian King ** (Kingman), et il est entraîné par André Fabre…

Persian King va-t-il courir l’Arc ? C’est le bruit – insistant – qui court à Chantilly depuis une dizaine de jours, depuis que le bai a gagné le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1). Qui peut tenter un tel pari ? André Fabre.

À la lecture du palmarès du fils de Kingman, cela semble limpide : Persian King est un miler. Il a gagné la Poule d’Essai des Poulains, le Muguet et donc le Moulin de Longchamp, et sur sa classe, il s’est aussi imposé dans les 1.800m du Prix d’Ispahan. Mettons de côté son Jacques Le Marois couru en terrain collant, et sa deuxième place pour sa rentrée, et il vous reste sa deuxième place dans le Qipco Prix du Jockey Club (Gr1), où le bleu puissance deux (Ballymore et Godolphin) avait été crucifié par Sottsass (Siyouni). Il ne tient pas ? Pas si vite ! Persian King s’est blessé dans cette course. Sa perte d’action dans la phase finale, ce n’est pas qu’il était à bout de souffle. Il avait mal. Il peut tenir. C’est la conviction de son entraîneur. A-t-il raison ?

Lope de Vega : question en suspens

Il y a dix ans, André Fabre entraînait le meilleur mâle français de 3ans. Il s’appelait Lope de Vega, c’était un fils du miler Shamardal, et il avait réussi le doublé Poule d’Essai & Jockey Club. Il avait mal couru dans le Prix du Moulin de Longchamp, après avoir conclu dernier du Prix d’Ispahan. On commençait franchement à se demander si l’on allait revoir l’alezan en piste quand la nouvelle est tombée, fin septembre : Lope de Vega sera supplémenté dans l’Arc. Il va découvrir les 2.400m le premier dimanche d’octobre. Oui, je vous entends déjà : « Lope de Vega a fini "nulle part", il ne tenait pas, André Fabre s’est trompé. » Pas si vite, encore une fois ! Regardez à nouveau la course. Ce fut une édition que l’on a qualifiée à l’époque de stock-car. Lope de Vega a été gêné à deux reprises, dont une fois par Workforce à l’entrée de la ligne droite. Coupé dans son action, il ne pourra pas se relancer. Aucun cheval n’aurait pu le faire. La question de sa tenue restera donc éternellement en suspens… André Fabre avait peut-être raison.

Manduro : il avait raison

Avec Lope de Vega, André Fabre n’en était pas à son coup d’essai. Nous sommes en 2007 et Manduro (Monsun), à 5ans, n’a jamais semblé aussi fort. C’est simple : il a couru quatre fois et vient de gagner le Jacques Le Marois de toute une classe. Mais depuis quelques semaines déjà, nous savons que l’objectif du cheval est l’Arc de Triomphe. Paul Harley, alors manager du baron von Ullmann, déclarait au début du mois d’août : « Notre objectif à long terme est de remporter le Prix de l'Arc de Triomphe. Et si un cheval doit remporter quatre Grs1 de 1.600m à 2.400m dans une saison, c'est bien chez monsieur Fabre qu'il faut le mettre à l'entraînement. Nous sommes très confiants dans les capacités du cheval à relever ce défi. Quoi qu'il arrive, il entrera au haras à la fin de cette saison, mais nous ne savons pas encore dans quelles conditions. » La suite, on s’en souvient : une promenade de santé dans le Foy, un retour aux balances avec le statut de grand favori pour l’Arc, puis la douche froide. Le cheval s’est accidenté au postérieur droit. Il entre au haras sans avoir disputé l’Arc… mais en ayant prouvé qu’il tenait 2.400m. André Fabre avait raison.

Saumarez, le seul gagnant d’Arc "rallongé"

Au cours des trente dernières années, Saumarez (Rainbow Quest) est le seul gagnant d’Arc à avoir découvert la distance de 2.400m le jour de la course. Le cheval avait gagné le Prince d’Orange sur 2.000m avant son sacre à Longchamp. Nicolas Clément, son entraîneur, se souvient : « Il y avait un petit point d’interrogation sur la distance, mais c’était un fils de Rainbow Quest, qui avait gagné l’Arc, et le fait qu’il n’était pas trop allant dans un parcours me rendait assez confiant sur sa capacité à tenir. J’espère que Persian King va courir l’Arc : ce sera un magnifique pari ! En bon terrain, je le vois finir dans les trois premiers. C’est un cheval de grande classe, et quand il a gagné le Moulin, on a eu l’impression qu’il pouvait aller sur plus long. D’ailleurs, en Australie par exemple, on n’hésite beaucoup moins que nous à courir les chevaux sur des distances différentes. Winx a gagné au plus haut niveau de 1.400 à 2.400m… »