Muhtathir nous a quittés

Élevage / 08.09.2020

Muhtathir nous a quittés

L’étalon de Shadwell Muhtathir est mort mardi matin à l’âge de 25ans. Stationné au Mézeray, il était l’un des plus vieux étalons de France… mais aussi l’un des deux seuls sires français actifs à avoir donné cinq gagnants de Gr1 dans l’Hémisphère nord en plat. Tout en se révélant avec le temps comme un remarquable père de sauteurs.

Par Adrien Cugnasse

Charles-Henri de Moussac (haras du Mézeray) nous a dit mardi : « Muhtathir était apprécié par l’ensemble des éleveurs français. Sa présence en France est une marque du soutien de Shadwell à notre filière. Il a bien produit, tout comme ses fils et filles. On voit d’ailleurs que Doctor Dino est l’un des leaders de l’obstacle aujourd’hui. Muhtathir est mort ce matin à 25ans, un bel âge. Cette année, il avait encore sailli une quarantaine de juments… Et nous avions déjà des demandes de réservation pour 2021. Avec une jumenterie ordinaire, il a brillé dans toutes les disciplines et avec régularité… Je pense que c’est un étalon qui était améliorateur, qui faisait des gagnants à tous les niveaux et tous les jours. » Muhtathir était issu de Majmu (Al Nasr), une bonne pouliche qui tenait 2.000m et qui avait remporté les May Hill Stakes (Gr3) sur le mile de Doncaster. Elle n’a pas donné naissance à d’autre black types parmi ses sept autres partants. La deuxième mère n’a pas produit de gagnant significatif en dehors de Majmu. Son père, Elmaamul (Diesis), n’avait pas confirmé au haras les grandes qualités montrées en compétition.

La gloire du sparring partner. Confié à John Gosden, Muhtathir fut un bon 2ans. Bien qu’entraîné outre-Manche, il s’est classé deuxième du Prix des Chênes (Gr3). Cette génération française était solide et Muhtathir fut considéré comme le quatrième meilleur 2ans vu dans l’Hexagone en 1997 (derrière Xaar, Chargé d’Affaires et Second Empire). Poulain généreux, parfois même trop allant en compétition, Muhtathir a couru cinq fois à 2ans et sept fois à 3ans. À 3ans, sur le mile, il s’est classé deuxième de la Poule d'Essai des Poulains (Gr1) en bon terrain. Transféré chez Saeed bin Suroor, Muhtathir a beaucoup pris l’avion en 1999, volant des Émirats Arabes Unis au Japon, en passant par l’Angleterre et l’Italie où il a remporté le Premio Vittorio di Capua (Gr1). L’année suivante, dans le Jacques Le Marois, un match était annoncé entre le tenant du titre Dubai Millennium (Seeking the Gold) et le déjà quadruple lauréat de Gr1 Sendawar (Priolo). Mais Dubai Millennium, accidenté, a finalement décliné la lutte. Le cheikh Mohammed Al Maktoum et Saeed bin Suroor ont alors pris la décision d’envoyer à la place le sparring partner de leur champion, c’est-à-dire Muhtathir. Faire le train pour Dubai Millennium à l’entraînement a de quoi épuiser plus d’un bon cheval. Pourtant l’alezan avait encore de la réserve. Dans une course très rythmée, sous la selle d’un Dettori survolté, Muhtathir a remporté le Gr1 de Deauville de trois longueurs d’avance… et à la surprise générale (20/1).

Une réussite rapide au haras. Rirchard Lancaster (Shadwell) nous a confié en décembre dernier : « Très bel individu, il avait fait preuve d’une réelle dureté, à haut niveau qui plus est. Un véritable cheval de course. L’équipe de l’époque a pensé qu’il aurait plus sa chance de sortir en tant qu’étalon dans votre pays, ayant réalisé ses plus belles performances en France. Hubie de Burgh a alors trouvé un accord avec Alain Brandebourger en 2001. » Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu au haras des Chartreux. Et Shadwell a donc souhaité rapatrier le cheval en Grande-Bretagne. Rirchard Lancaster poursuit : « C’est alors que le haras du Mézeray a manifesté son intérêt pour Muhtathir. » Au début des années 2000, le parc étalon français n’avait pas sa cote actuelle. Et d’ailleurs, on notera que parmi la trentaine de débutants de 2001, Muhtathir est le seul à avoir résisté à l’usure du temps. La génération inaugurale de Muhtathir a couru en 2003. Et là, le miracle est arrivé. Au sein de cette première production, il a donné Doctor Dino, deuxième du Prix de Condé (Gr3) à 2ans. Ce dernier est ensuite devenu un cheval de Gr1, tout comme une pouliche née la même année et qui a pris son envol à 3ans : Satwa Queen (Prix de l'Opéra, Gr1, Prix Jean Romanet, Gr2, deux fois, Prix Vanteaux & Prix de Psyché, Grs3). En 2004, Muhtathir n’eu que 18 produits et en 2005 son prix de saillie est descendu à 3.500 €. Pourtant, grâce à la constance de sa production, sa cote est progressivement remontée. En dehors de quatre saisons à 10.000 € ou plus, l’étalon du haras du Mézeray a toujours officié à moins de 8.000 €. En plat, on lui doit 45 black types, dont 12 gagnants de Groupe.

Père de mères, père de pères… et père de sauteurs. Née pour le plat et issue de la deuxième génération de son géniteur, Kruguyrova s’était classée troisième du Prix Général de Saint-Didier (Gr3) et deuxième du Prix de Chambly (L). Elle fut le premier ambassadeur de son père dans le monde de l’obstacle. La consécration est arrivée en 2010 avec Salder Roque (Prix Alain du Breil, Gr1). Ce dernier fut le premier des quatre gagnants de Gr1 sur les obstacles de Muhtathir et l’étalon du Mézeray approche de la vingtaine de black types dans la discipline.

Avec la victoire de Robin of Navan (American Post) dans l’édition 2015 du Critérium de Saint-Cloud (Gr1), Muhtathir s’est affirmé en tant que père de mères. Il a poursuivi avec Holdthasigreen (Prix Royal-Oak et Prix Cadran, Grs1) et Mkfancy (Critérium de Saint-Cloud, Gr1). Doctor Dino, son meilleur produit, est entré au haras du Mesnil en 2010 à 3.000 €. Son prix de saillie a depuis été multiplié par plus de cinq et il a donné des chevaux de Gr1 en plat et sur les obstacles. Quatre autres de ses descendants font la monte en France : Silas Marner (haras de Saint-Vincent), Phelps Win (haras des Fontaines), Alhadab (haras de Vains) et Robin of Navan (haras de la Barbottière).