Tour des haras - septembre 2020 : Chez Arqana, un Gr1 sur trois vient des Monceaux

Élevage / 05.09.2020

Tour des haras - septembre 2020 : Chez Arqana, un Gr1 sur trois vient des Monceaux

TOUR DES HARAS - SEPTEMBRE 2020

Chez Arqana, un Gr1 sur trois vient des Monceaux

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en septembre chez Arqana. Henri Bozo nous a ouvert les portes de l’écurie des Monceaux !

Par Adrien Cugnasse

Ces deux dernières années, les chevaux vendus chez Arqana ont gagné treize Grs1… dont quatre pour ceux présentés par l’écurie des Monceaux. C’est presque un sur trois. Le plus impressionnant, c’est que cette proportion ne cesse de croître avec le temps : 10 % des cent soixante-quatre victoires de Gr1 d’Aqana depuis 2003 sont labellisées Monceaux. Il n’y a pas de secret, de tels résultats s’obtiennent avec une jumenterie toujours plus forte. En août 2013, Henri Bozo présentait quatorze lots dont la mère était black type (ou avait produit à ce niveau). Ils sont vingt-cinq cette année. En l’espace de six années, les yearlings préparés par Henri Bozo et son équipe ont pris une place croissante dans le chiffre d’affaires de la vacation : environ 15 % en 2013 et 22 % en 2019 ! Le lot 2020 est comme toujours exceptionnel, avec les frères et sœurs de gagnants de Gr1 comme Coil (Point Given), Chiropractor (Kitten's Joy), Miss Temple City (Temple City), Intellogent (Intello), Polydream (Oasis Dream), Chicquita (Montjeu), Magic Wand (Galileo), Sistercharlie (Myboycharlie), Sottsass (Siyouni)… La saison de vente 2020 est très particulière et Henri Bozo nous a dit : « Je pense que tous les courtiers – aussi bien français qu’étrangers  ont vraiment une carte à jouer dans les semaines à venir… L’élevage français est, selon moi, sur une bonne vague. Il y a beaucoup de dynamisme, beaucoup de structures sont en train de prendre une envergure internationale, ce qui est très positif. Le catalogue de la vente est d’un très bon niveau. À nous de tout faire pour qu’il y ait des acheteurs au bout. »

La France doit miser sur l’avenir. Une forte proportion des yearlings des Monceaux sont exportés, parfois la moitié ou les trois quarts de ceux du premier jour. Cela impacte directement la place du haras dans le classement des éleveurs français, avec néanmoins une belle deuxième place en 2019, l’année du Jockey Club de Sottsass. Un tel constat est directement lié au fait que, chez les yearlings ou les chevaux à l’entraînement, il n’y a que très peu d’acheteurs français pour le haut de gamme. D’une manière plus générale, la France des courses mise de moins en moins sur la jeunesse : avant le Covid, il y avait déjà une baisse de cent cinquante sujets de 2ans à l’entraînement. Or ce sont eux les futurs 3ans et les reproducteurs des années à venir. Henri Bozo explique : « L’élevage français est dynamique, l’étalonnage s’améliore. Wootton Bassett (Iffraaj) est par exemple la réussite conjointe d’Étreham et des éleveurs français. Mais il y a clairement un problème de propriétariat dans notre pays. Cela se voit au niveau des chevaux qui restent à l’entraînement en France : il est en train de se creuser par rapport à l’Irlande et à l’Angleterre. Il faut tirer la sonnette d’alarme. Pour remonter la pente, il faut beaucoup plus de 2ans – et de meilleure qualité  à l’entraînement dans les années à venir. Si l’on veut avoir des chevaux d’âge, il faut bien qu’ils rentrent dans le circuit quelques années plus tôt. Tous les efforts doivent être entrepris pour susciter des vocations de propriétaires en France. Mais nous devons également attirer davantage d’étrangers. C’est une évidence que les grands propriétaires étrangers sont désormais moins présents sur notre sol. La compétitivité de notre filière est malheureusement en danger, avec un avantage toujours plus grand pour l’Irlande et pour l’Angleterre. Un propriétaire ambitieux privilégiera encore aujourd’hui ces deux pays, et ce malgré des allocations faibles. La France a beaucoup d’atouts, à commencer par un réel savoir-faire, une très bonne qualité d’élevage, un savoir-faire à l’entraînement, de bons hippodromes... Le PMU semble faire un beau travail, avec des paris qui vont plutôt dans le bon sens. Les courses sur gazon aux États-Unis prennent de plus en plus d’importance et c’est une excellente nouvelle car cela représente un débouché grandissant pour notre production. »

L’Amérique… aussi dans les pedigrees. Fondée par un Américain – Ralph Beaver Strassburger – l’écurie des Monceaux garde un lien fort avec l’Amérique, de Sistercharlie à Ectot (Hurricane Run). On remarque dans le lot 2020, les produits de plusieurs juments américaines, croisées avec des étalons européens. Le 149 par exemple, un mâle par Kingman et Manerbe (Unbridled’s Song). Henri Bozo détaille : « C’est est une jument achetée yearling aux États-Unis et que nous avons laissée à l’entraînement là-bas chez Christophe Clément. Nous l’avons ramenée pleine de Smart Strike et elle a ainsi donné Marbre Rose.

Nous avons toujours continué d’acheter aux États-Unis, je reste persuadé qu’il faut rester ouvert. Parfois, on y trouve des juments issues d’étalons américains, ce qui amène des sangs nouveaux. J’aime bien aller à Keeneland au mois de novembre pour y trouver une jument. Dans ce catalogue, nous vendons deux très beaux poulains d’Almanzor, les lots 87 et 11, issus de mères avec un vrai pedigree américain. Et la mère du premier lot, Eversmile (Theatrical), comme celle du deuxième, Glittering Tax (Artax), ont déjà produit des gagnants de Gr1 aux États-Unis. Elles appartiennent à S.F. Bloodstock qui les a envoyées en Europe pour soutenir Almanzor. Dans la même optique, celle de diversifier nos courants de sang, nous avons acheté à l’amiable une pouliche en Australie. » S.F. Bloodstock élève avec succès aux Monceaux, avec par exemple Lope y Fernandez (Lope de Vega), vendu en août 2019, qui s’est classé deuxième du Qatar Prix Jean Prat et troisième de LARC Prix Maurice de Gheest (Grs1). Sur le papier, son pedigree semble indiquer plus de tenue, mais Henri Bozo explique : « Sa réussite sur ces distances ne m’étonne pas car le père avait beaucoup de vitesse. C’est un cheval que j’aime vraiment beaucoup : magnifique, très calme, très pro et hyper régulier. À chaque fois, il vient comme pour gagner. Il finira bien par gagner son Gr1. La mère, Black Dahlia (Dansili) a également produit Dark Vision (Dream Ahead), vainqueur des Qatar Vintage Stakes (Gr2) l’an dernier. Liffey River (Lope de Vega), propre frère de Lope y Fernandez âgé de 2ans, s’est classé deuxième pour des débuts, avant de gagner sa deuxième sortie sur le mile. » Parmi les associés américains des Monceaux, il y a par exemple LNJ Foxwoods, d’où le lot 103, un mâle par Galileo et Golden Valentine (Dalakhani), lauréate du Prix Minerve (Gr3) et petite-fille de Born Gold (Blushing Gromm).

En quête d’un dixième gagnant de Gr1. English King (Camelot) n’a pas gagné le Derby d’Epsom (Gr1), mais il en a été le favori et c’est déjà une sacrée performance. Henri Bozo nous a confié : « Ce fut une sensation particulière que celle d’avoir élevé celui qui était le favori de ce classique. J’espérais en tout cas qu’il deviendrait notre dixième gagnant de Gr1. Depuis 2010, nous avons fait neuf gagnants de Gr1, et cela aurait été magnifique d’avoir notre dixième dans le Derby d’Espom. Je pense que le meilleur est encore à venir avec lui. Bien sûr, nous élevons pour faire des gagnants, mais cela prend une autre dimension quand ces victoires interviennent dans de grandes épreuves étrangères. Un élevage commercial, comme le nôtre, n’est pas forcément un élevage de vitesse. Il faut avoir de la diversité dans sa jumenterie, j’aime beaucoup les juments de tenue, je trouve que ce sont d’excellentes poulinières. Je le répète, élevage commercial ne rime pas forcément avec vitesse, et je ne parle pas que pour moi, mais pour bon nombre d’éleveurs français qui vendent leurs produits. Il ne faut pas avoir de doute concernant leur bonne volonté d’élever des chevaux capables d’aller aux courses. Nous ne vendons que des chevaux élevés ici, parfois pour notre propre compte, parfois pour des associations et parfois pour des clients. Patrick Sarsfield (Australia), troisième du Grosser Dallmayr-Preis - Bayerisches Zuchtrennen (Gr1) a été élevé pour le China Horse Club. C’est un super cheval. »

Chacun sa route. Bien croiser est tout un art, mais trouver des juments est tout aussi difficile. Et à ce jeu, Henri Bozo a connu une réussite assez spectaculaire, en dénichant pour des sommes finalement assez raisonnables les futures mères de Polydream et de Sistercharlie.

« Quand j’ai acheté Polygreen (Green Tune), je ne pouvais pas imaginer qu’elle allait donner une gagnante de Gr1 peu après. Elle avait tout de même 17ans et la part de chance est réelle. J’essaye de me concentrer sur les critères qui m’apparaissent comme importants et de ne pas sortir de ma ligne de conduite. L’achat de Starlet’s Sister (Galileo), c’est aussi une part de chance. Mais encore fallait-il le tenter. "Starlet" n’était pas mauvaise mais elle était fragile m’avait dit Alain de Royer-Dupré. Quand on me l’a proposée, je m’étais un peu renseigné. Nous avons de bonnes terres et cela nous permet d’élever de bons chevaux. Et c’est tout aussi important que le reste. L’idéal, théoriquement, est d’acheter une jument bien née avec des performances. Mais c’est bien sûr très compliqué et je n’hésite donc pas à essayer une jument issue d’une belle souche mais qui n’a pas forcément de grandes performances. Tonnara (Linamix) et Platonic (Zafonic) n’ont pas un grand palmarès. Coolmore ou les Japonais donnent leur chance – avec succès – à de très bonnes juments de course qui n’ont pas forcément de grandes souches. Il n’y a pas qu’une seule route possible. Chacun fait comme il l’entend, selon ses convictions, selon son expérience. Et c’est ça qui est génial. »

LES YEARLINGS DE LA VENTE DE SÉLECTION

Lot Sexe Père Mère

6 M. Invincible Spirit African Skies

7 M. Frankel After Dawn

45 M. Dark Angel Cercle de la Vie

65 M. Churchill Débutante

73 F. Dubawi Dubai Rose

75 F. Siyouni Dusky Queen

87 M. Almanzor Eversmile

95 M. Siyouni Frame of Mind

99 F. Kodiac Game Zone

101 M. Almanzor Glittering Tax

103 M. Galileo Golden Valentine

128 F. Caravaggio Kiss Me Not

129 F. Siyouni Knyazhna

149 M. Kingman Manerbe

150 M. Dubawi Marbre Rose

152 M. Churchil Marketeer

157 F. Frankel Militante

165 M. Dark Angel More Than Sotka

169 F. Siyouni My Rosie

174 F. Siyouni Nuit Polaire

194 F. Siyouni Polygreen

199 M. Galileo Prudenzia

200 F. Kodiac Qatar Power

210 F. Lope de Vega Rhodalia

216 M. Acclamation Sabratah

217 M. Siyouni Sailor Moon

235 F. Lope de Vega Sharavana

245 M. Frankel Some Spirit

248 M. Lope de Vega Sotka

251 F. Dubawi Starlet's Sister

293 F. Dark Angel Zotilla

311 M. Siyouni Avocate

356 F. Iffraaj Fairly Fair

359 F. Siyouni Fleeting Dream

370 F. Churchill Ignis Away

398 M. Iffraaj Louve Nationale

429 M. No Nay Never Pagua

467 F. Siyouni Special Gift

488 F. Mastercraftsman Wadjet