Cox Plate (Gr1) : être au départ, c’est déjà une victoire !

International / 22.10.2020

Cox Plate (Gr1) : être au départ, c’est déjà une victoire !

Moonee Valley (AU), samedi

Le Cox Plate (Gr1) est déjà difficile à courir, alors imaginez-vous le gagner ! Les deux pensionnaires d’Aidan O’Brien sont en attente du feu vert des vétérinaires, qui devrait arriver vendredi. La française d’élevage Magic Wand (Galileo) a un abcès au pied de l’antérieur droit, alors qu’Armory (Galileo), qui figure parmi les favoris, accusait une légère boiterie au postérieur gauche. T.J. Comerford, le garçon de voyage de Ballydoyle en charge de la mission australienne, est confiant mais les vétérinaires australiens sont des juges très stricts. Le forfait de l’un des deux ouvrirait le chemin à Buckhurst (Australia), qui figure comme premier remplaçant après le choix des handicapeurs. Cela a provoqué une polémique déclenchée par son propriétaire, Lloyd Williams. Le pensionnaire de Joseph O’Brien, en effet, avait battu Sir Dragonet (Camelot), acheté par un syndicat australien après sa deuxième place dans la Tattersalls Gold Cup (Gr1), et il possède un meilleur rating que quelques outsiders locaux.

Russian Camelot, l’irlandais d’Australie. Les années Winx, qui a gagné quatre fois le Cox Plate, sont loin et la course est très ouverte. En plus des deux Ballydoyle et de Buckhurst, un autre européen a fait le déplacement. Aspetar (Al Kazeem), lauréat de Gr1 en 2019, a couru deux fois cette année en remportant les York Stakes (Gr2) fin juillet. L’élève de Son Altesse le cheikh Mohammed bin Khalifa Al Thani est un outsider valable. Les sujets élevés en Europe sont au nombre de sept, dont le favori. Il s’agit de Russian Camelot (Camelot), qui n’a jamais couru en Europe (où il est encore un 3ans) et a fait carrière en Australie. Il a remporté le South Australia Derby (Gr1), face à des rivaux six mois plus vieux que lui, et il a confirmé son talent cette saison en remportant les Underwood Stakes (Gr1). Sa cote est montée à 4/1 après sa défaite dans les Caulfied Stakes (Gr1) et le tirage au sort qui l’a placé dans la stalle 15, soit dans le parking. Son entraîneur, Danny O’Brien, ne se fait pas de souci, que ce soit pour la défaite ou pour le mauvais numéro.

Les femelles et le petit jeune… Grant Williams et son épouse, Alana, qui entraînent dans l’Ouest, ont quelques soucis, eux, avec le terrain. La pluie est attendue d’ici samedi et leur jument Arcadia Queen (Pierro), lauréate des Caulfield Stakes, qui avait couru The Everest l’année dernière, n’aime pas trop le lourd. Elle a montré qu’elle tenait 2.000m en bon terrain et dans une course sans train, mais dans le très souple ou lourd, avec du train comme toujours autour des tourniquets de Moonee Valley, c’est autre chose. La distance est le point d’interrogation de la candidature de Probabeel (Savabeel). La pouliche entraînée en Nouvelle-Zélande par Jamie Richards a survolé ses rivaux dans l’Epsom Handicap (Gr1), mais c’était sur le mile. Il y a un autre candidat intéressant, le 3ans Grandslam (Myboycharlie). Il y a trois mois, c’était encore un 2ans… Le pensionnaire de Ciaron Maher et David Eustace bénéficie de neuf kilos et demi de décharge mais il est, si on pense à l’européenne, un 3ans du mois de mars opposé à des chevaux d’âge. Le score des 3ans est de trois succès lors des vingt dernières éditions. Il est un peu tendre, avec six sorties et une victoire dans un handicap, mais il y a deux semaines, lors de ses débuts dans les Groupes, il s’est classé troisième dans les Caulfied Guineas (Gr1).