Gary du Chenet, un grand pedigree d’obstacle au haras du Lion

Élevage / 15.10.2020

Gary du Chenet, un grand pedigree d’obstacle au haras du Lion

En 2020, cinq des six étalons du haras du Lion étaient lauréats sur les obstacles. Une règle qui s’applique aussi à Gary du Chenet, l’un des nouveaux venus pour 2021 dans la structure angevine. Lauréat à Auteuil, ce dernier rassemble les sangs de Martaline, Poliglote, Le Nain Jaune et Tchela

Le week-end dernier fut faste pour l’étalon du Lion Gemix (Carlotamix). Il est en effet le père de la nouvelle vedette d’Auteuil, Le Berry **. L’alezan a officié en 2020 au côté de Balko (Pistolet Bleu), Storm the Stars (Sea the Stars), Clovis du Berlais (King’s Theatre), Voiladenuo (Network) et Castle du Berlais (Saint des Saints). La liste de sires pour 2021 sera connue dans les semaines à venir. Et parmi les nouveautés, il y a le sauteur Gary du Chenet. François Thomas, responsable commercial du haras du Lion, nous a expliqué : « Aujourd’hui, tous les plus grands courants de sang de l’obstacle sont réunis dans notre cour d’étalons : Martaline (Linamix), Poliglote (Sadler’s Wells), King’s Theatre (Sadler’s Wells), Saint des Saints (Cadoudal), Network (Monsun)… Et nous connaissons tous l’importance de la génétique dans la réussite de l’élevage d’obstacle français.

À ce titre, nous suivions Gary du Chenet de longue date car il est royalement né. Et après son succès à Auteuil, nous avons abordé la question de la carrière d’étalon avec son propriétaire et éleveur, Marie-Laure Besnouin. Le cheval a malheureusement été l’une des victimes des courses organisées à Auteuil fin août, début septembre. Une problématique qui devrait être revue au niveau du programme. Grâce à la confiance de son entourage, Gary du Chenet est assuré de rester plusieurs années au Lion. Il a un pedigree en or, étant un petit-fils de la matrone Tchela (Le Nain Jaune) qui a donné tant de chevaux très durs : c’est la première fois qu’un cheval de cette famille devient étalon ! »

Un pedigree exceptionnel… et vivant. « Sa mère est l’exceptionnelle Tanaïs du Chenet (Poliglote), lauréate des Prix Cambacérès (Gr1) et Orcada (Gr3). Cette remarquable jument de course a aussi donné naissance à Hôtesse du Chenet (Martaline), lauréate du Prix de Chambly (Gr3) et personne ne serait surpris de la voir succéder à sa mère au palmarès du Cambacérès. Gary du Chenet est le neveu de Saint du Chenet (Poliglote), vainqueur du Prix Ferdinand Dufaure et du Grand Prix d'Automne (Grs1), soit un doublé absolument exceptionnel, de Ma Royale (Garde Royale), deuxième du Grand Steeple-Chase de Paris et du Prix Alain du Breil (Grs1) et de Galant Moss (Tip Moss), troisième de la Grande Course de Haies d'Auteuil (Gr1). La famille est en pleine forme et au sommet depuis deux décennies. Je pense notamment à Grand Messe (Network) parmi les exemples les plus récents de cette vitalité ! » Au sujet du physique du jeune sire, il poursuit : « Avec une tête très expressive, une belle épaule, de bons aplombs et du pied. Gary du Chenet a une très bonne locomotion et toise à ce jour 1,66m. C’était très important pour nous d’intégrer un vainqueur en haies et en steeple à Auteuil. »

Lui donner toutes les chances. « Le haras du Lion peut se prévaloir d’une expérience forte dans l’élevage de l’obstacle, et en particulier dans le lancement des étalons dédiés à cette discipline. Notre objectif est de donner à Gary du Chenet les mêmes chances qu’à nos autres jeunes étalons, en particulier en saillissant un nombre important de bonnes juments. Clovis du Berlais et Castle du Berlais ont dépassé la centaine de juments presque tous les ans. Surtout, ils ont eu accès à de très bonnes mères. Nous sommes très heureux d’avoir Gemix et Voiladenuo dans notre effectif. Ils font partie des jeunes étalons français les plus prometteurs, avec un taux de réussite en piste et au niveau black type tout à fait éloquent dans les deux cas… Nous souhaiterions remercier la propriétaire de Gary du Chenet, Marie-Laure Besnouin, pour sa confiance avec le premier étalon de sa carrière d’éleveur. Comme toujours, nous pratiquons une politique tarifaire proche des préoccupations des éleveurs du Grand Ouest… et au-delà. »

Les tarifs de monte du haras du Lion seront annoncés lors de la première semaine du mois de novembre.