Kevin Philippart de Foy s’installe à Newmarket

Courses / 21.10.2020

Kevin Philippart de Foy s’installe à Newmarket

Fils d’une femme jockey, ayant lui-même gagné en course, le Belge Kevin Philippart de Foy a décidé de voler de ses propres ailes et de devenir entraîneur public outre-Manche.

Kevin Philippart de Foy nous a expliqué : « J’ai commencé mon parcours en Belgique, chez Stéphane Cérulis. Je montais chez lui pendant mes vacances d’été. J’ai ensuite passé cinq années chez Criquette Head, jusqu’en 2014. Durant cette période, j’ai eu l’occasion de côtoyer beaucoup de bons chevaux, comme Special Duty (Cheveley Park Stakes, 1.000 Guinées & Poule d'Essai des Pouliches, Grs1), Fuissé (Prix du Moulin de Longchamp, Gr1), Trêve (Grand Prix de Saint-Cloud, Prix de Diane, Prix Vermeille, deux fois, Prix de l'Arc de Triomphe, deux fois, Grs1), Epicuris (Critérium de Saint-Cloud, Gr1), Full Mast (Prix Jean-Luc Lagardère, Gr1)… Ce fut une superbe expérience. Criquette a fait d’une preuve d’une grande sollicitude à mon égard. Elle m’a notamment incité à voyager, pour perfectionner mon anglais, en allant quelques mois chez John Oxx, en Irlande. » Les anciens assistants de Christiane Head sont nombreux en activité. On peut penser à Carlos Laffon-Parias, Charley Rossi, David Menuisier, Stéphan Cérulis ou encore Archie Alexander.

Des expériences internationales. « Criquette m’a ensuite conseillé de partir aux États-Unis chez Christophe Clément. J’ai été son assistant pendant deux ans. En 2015, l’écurie a sorti plus de 100 gagnants, avec 11 millions de dollars de gains. C’était l’époque de Tonalist (Belmont Stakes, Jockey Club Gold Cup Stakes, deux fois, Cigar Mile Handicap, Grs1), Hard not to Like (Jenny Wiley Stakes, Gamely Stakes & Diana Stakes, Grs1)… Après ces années américaines, j’ai décidé de revenir en Europe, pour parfaire mon parcours en Angleterre. C’est ainsi que j’ai travaillé durant cinq années à Newmarket, chez James Fanshawe. Encore une fois, ce fut une très bonne expérience en tant qu’assistant. Nous avons eu de très bons chevaux, à l’image de Speedy Boarding (Prix de l’Opéra & Prix Jean Romanet, Grs1), Audarya (Prix Jean Romanet, Gr1), The Tin Man (Sprint Cup Stakes, Diamond Jubilee Stakes & Qipco British Champions Sprint Stakes, Grs1)… »

Le choix de l’Angleterre. « Mon premier plan était de revenir en France pour entraîner, mais avec le temps, je suis tombé amoureux des courses anglaises. J’ai trouvé ma place à Newmarket, notamment en me constituant une clientèle. J’ai décidé de reprendre l’écurie d’Ed Vaughan, en partance pour les États-Unis. J’ai une structure de 37 boxes, avec spa, marcheur et paddocks. C’est une écurie historique, au bas de Warren Hill. C’est là qu’était par exemple entraîné Authorized (Montjeu). Je vais présenter mes premiers partants en novembre. Mes clients sont là pour faire du commerce et de cette manière, cela compense la relative faiblesse des allocations britanniques. J’aimerais mettre à profit ma connaissance du programme anglais mais aussi celui du programme français, pour proposer à chaque cheval les meilleures opportunités. J’ai déjà des chevaux avec des primes dans mon écurie et je compte en acheter d’autres à Arqana. L’idée est de courir en France dès que l’opportunité se présente. L’entraînement n’est pas forcément plus onéreux à Newmarket qu’à Chantilly. Mais les charges y sont moins élevées et on a la possibilité d’y faire le travail de la meilleure des manières, le personnel passant plus de temps à l’écurie. Beaucoup de jeunes, venant du monde entier, se rassemblent à Newmarket pour se former. Ce sont des gens très volontaires, ambitieux et j’ai ainsi la chance d’avoir une bonne équipe. En outre, toute performance anglaise est très valorisante sur le plan commercial pour l’exportation notamment. Pour un propriétaire français avec de l’ambition – pour vendre ou pour façonner des poulinières – , je pense que c’est un contexte intéressant. L’Angleterre des courses a un dynamisme énorme. Il y a beaucoup de syndicat de propriétaires. Tous les samedi matin, mon écurie sera ouverte aux propriétaires et aux passionnés. »