L’Obaiya Cup passe à deux millions

03.11.2020

L’Obaiya Cup passe à deux millions

Lancée en février 2020, les deux journées de la Saudi Cup vont continuer à créer l’événement en 2021. Le prince Bandar bin Khalid Al Faisal a annoncé trois avancées majeures : l’augmentation de l’allocation de trois courses, l’ajout d’une course internationale, ainsi que le déplacement du meeting au 19 et 20 février.

The Obaiya Cup – Arabian Classic – est une épreuve sur 2.000m. Elle propose désormais deux millions de dollars (contre 1,9 million en 2020). C’est donc la course pour pur-sang arabes la plus dotée au monde. La première édition a rassemblé 14 partants venus d’Arabie Saoudite, des Émirats Arabes Unis, d’Oman, de France et de Grande-Bretagne. La victoire est revenue au meilleur cheval saoudien, Tallaab Al Khalediah (Jalood Al Khalidiah). Malgré un an d’absence, il avait remporté la course après l'avoir animée. La deuxième place a été décrochée par le français d’entraînement d’Hajres (Dahess).

30,5 millions en deux jours. L’allocation totale du meeting passe donc à 30,5 millions de dollars, contre 29,2 millions jusqu’alors. Une annonce qui a été reçue très positivement, au moment où les sommes distribuées diminuent un peu partout, la pandémie poussant les sponsors à réduire leur soutien. La Saudi Cup, pour les pur-sang anglais, reste à 20 millions. Trois courses de dirt au programme voient leur allocation progresser. C’est le cas de l’Obaiya Cup, mais aussi du Saudi Derby (1.600m), qui passe de 800.000 $ à 1,5 million, ou encore du Jockey Club Local Handicap. Cette dernière épreuve bondit de 500.000 $ à un million de dollars.

Le Jockey Club of Saudi Arabia veut surfer sur la réussite du meeting inaugural, bien que le problème de l’éventuelle disqualification de Maximum Security (New Year’s Day) n’ait pas été résolu. Le prince Bandar a déclaré : « Avec les changements que nous apportons à la Saudi Cup 2021, nous voulons offrir au public des courses – mais aussi à celui du sport – un spectacle attractif et intéressant. Qu’ils soient présents en personne ou qu’ils regardent l’événement depuis chez eux. Pour cette deuxième édition, nous allons tirer les enseignements de la première. »

Des ambitions et des moyens.  L’ambition est de faire de l'Arabie Saoudite une place forte du sport hippique, et à plus long terme, une destination touristique. Comme ce fut le cas à Dubaï avec la World Cup.

La piste en gazon, une première dans ce pays, a été appréciée par les jockeys et les entraîneurs. Le Challenge international des jockeys a accueilli les premières femmes à cheval de l’histoire de l’Arabie Saoudite. Une opportunité qui a été pleinement saisie par la championne néo-zélandaise Lisa Allpress. Elle est devenue la première femme à gagner dans ce royaume. Le classement final a sacré la Suisse Sibylle Vogt. La Française Mickaëlle Michel est deuxième… devant Mike Smith !

Le Challenge international des jockeys sera programmé le vendredi, avant la Saudi Cup, avec 14 des meilleurs mondiaux. Dont sept femmes, deux Saoudiens et cinq vedettes internationales. Ce championnat est doté de 100.000 $, dont 15 % pour les pilotes. Le programme du vendredi accueille une nouvelle course, dotée de 500.000 $, le Saudi International Handicap, sur 2.100m et sur le gazon.