Le nouveau président de Toulouse fait le point

Autres informations / 23.10.2020

Le nouveau président de Toulouse fait le point

Le nouveau président de Toulouse fait le point

Le 25 juin dernier, Christian Granel a succédé à Francis Montauban à la tête de la Société de courses de Toulouse. Quatre mois après sa prise de fonction et à quelques jours de l’un des rendez-vous les plus importants l’année, le nouveau président dresse un premier bilan et se projette pour 2021.

Le 15 mai dernier, Francis Montauban, qui présidait la société depuis 2014, a présenté sa démission à son conseil d’administration, précisant qu’elle serait effective au soir du 25 juin, lors de la nomination d’un nouveau président. Et c’est Christian Granel, l’ancien vice-président et secrétaire général mais aussi président de Carcassonne à l’époque, qui a été élu. Le premier commissaire et le trésorier ayant démissionné, Christian Granel s’est donc entouré d’une équipe en partie renouvelée. Il nous explique : « J’ai souhaité ne pas remettre en place un premier commissaire, mais plutôt m’appuyer sur deux commissaires, l’un délégué au trot, l’autre au galop. Les conditions de courses sont un peu différentes et j’ai préféré qu’un spécialiste gère chacune des disciplines. Par ailleurs, depuis juin 2019 la direction a été perturbée par le départ d’Arthur Serres. Après un audit en ressources humaines réalisé en juillet 2020, le conseil d’administration a approuvé la proposition de mettre en place deux pôles, l’un administratif-financier-communication-événementiel, tenu par un secrétaire général, Michel Cararlp ; l’autre technique, pour les infrastructures, tenu par un régisseur principal, Olivier Pinet. Ce dernier pourra être appuyé pour la qualité des pistes par Lionel Jouan, lequel intervient déjà sur de nombreux hippodromes du Sud-Ouest. »

Trois réunions perdues mais un bilan à l’équilibre. En attendant l’une des plus belles réunions de l’année, celle du 11 novembre, avec le Prix Fille de l’Air (Gr3), l’heure est déjà au premier bilan pour Christian Granel : « Quarante-quatre réunions devraient avoir lieu à Toulouse cette année, c’est trois de moins que l’an dernier. L’épidémie de Covid nous a contraints à annuler six réunions pendant l’arrêt des courses, mais nous en avons récupéré trois en provenance d’autres d’hippodromes. Malgré cela, nous devrions finir l’année à équilibre. Les enjeux sont stables, mais l’affluence, elle, laisse à désirer. La fréquentation est parfois très moyenne, voire très faible avec à deux reprises trente à quarante entrées payantes seulement… Il faut dire aussi que la situation financière laissée par Francis Montauban est très saine. Cela devrait nous permettre d’engager de gros travaux pour 2021. Des chantiers nécessaires. »

Les investissements pour 2021. La principale préoccupation pour Christian Granel concerne la qualité de la piste et sa possible amélioration. Il poursuit : « Il faut revoir notre système d’arrosage. Il est très fuyant et est très lourd à utiliser. Nous gagnerons beaucoup en le faisant évoluer. C’est déjà acté pour l’année prochaine. En plus, nous devons remettre également aux normes les cuisines du restaurant panoramique. Nous donnons les locaux en concession à un restaurateur, mais il nous revient d’effectuer les travaux lorsque cela est nécessaire. Le coût de ces deux projets tourne autour de 700.000 €. Les autres projets concernent la communication, pour essayer d’améliorer la fréquentation. À l’avenir, nous aimerions également revoir notre hall des paris, comme cela a été fait à Angers, avec le nouveau parcours client du PMU. »