Prix Haras d’Étreham - Prix Magne (Gr3) : Hôtesse du Chenet, dix ans après maman…

Courses / 17.10.2020

Prix Haras d’Étreham - Prix Magne (Gr3) : Hôtesse du Chenet, dix ans après maman…

Prix Haras d’Étreham - Prix Magne (Gr3)

Hôtesse du Chenet, dix ans après maman…

Lauréate par dix longueurs du Haras d’Étreham Prix de Chambly (Gr3) le 26 septembre, Hôtesse du Chenet (Martaline) a affirmé sa position de leader chez les femelles de 3ans en signant un deuxième succès de Groupe dans le Prix Haras d’Étreham - Prix Magne (Gr3). La représentante de Magalen Bryant a ainsi imité sa mère, Tanaïs du Chenet (Poliglote), lauréate de l’épreuve en 2010 sous la même casaque et le même entraînement.

Cette fois-ci, il a fallu se battre. Comme en dernier lieu, Hôtesse du Chenet a galopé dans le sillage de Fortunes Melody (Yorgunnabelucky), qui a animé l’épreuve en compagnie de Ha La Land (Poliglote). Au début de la ligne opposée, Fortunes Melody s’est décalée le long des fusains extérieurs, toujours suivie par la future lauréate, tandis que les autres pouliches sont restées à l’intérieur. Dans le tournant final, Hôtesse du Chenet a accéléré brusquement à l’intérieur de Fortunes Melody, avant de progresser en dehors. Prenant sûrement l’avantage sur la pensionnaire de David Cottin entre les deux dernières haies, elle a versé sur sa gauche au franchissement de l’ultime difficulté. Sur le plat, Hôtesse du Chenet a dû se battre jusqu’au bout face à Astadame (Poliglote), qui lui a donné une formidable réplique en étant isolée à l’intérieur. Mais la jolie grise n’a rien lâché et a dominé sa rivale de trois quarts de longueur. Fortunes Melody a complété le podium neuf longueurs plus loin, répétant ainsi sa récente deuxième place derrière Hôtesse du Chenet. Ha La Land a déçu en terminant quatrième à dix longueurs, de même que Ladyville (Doctor Dino), qui n’a été que l’ombre d’elle-même en finissant cinquième à vingt longueurs.

Le Cambacérès est à envisager. Hôtesse du Chenet va peut-être essayer d’imiter sa mère, Tanaïs du Chenet, qui avait couru (et gagné !) le Prix Cambacérès (Gr1) en 2010. Son entraîneur, Marcel Rolland, a déclaré : « Je suis ravi, d’autant qu’elle rendait 3 kg à sa dauphine : à ce niveau-là, ça compte. Elle était posée, son jockey a pris son temps, et elle est venue en progressant. Elle le fait bien. Elle pourrait aller sur le Prix Cambacérès, mais c’est une décision qui sera prise avec David Powell et Magalen Bryant. Ce sont des gens qui, comme moi, ont de l’expérience et du métier. Nous prendrons la décision à froid. Il faudra bien réfléchir et ne pas se tromper. J’avais couru le Gr1 avec sa mère car elle était bien ; elle était plus démonstrative qu’Hôtesse du Chenet le matin, et elle avait montré beaucoup de qualité. Sans oublier que le terrain lui correspondait. Nous allons voir comment le Prix Georges de Talhouët-Roy (Gr2), dans lequel Hôtesse du Chenet était aussi engagée, va se dérouler demain. On dit toujours dans les courses qu’il faut aller au plus facile, raison pour laquelle j’ai préféré la courir face aux femelles aujourd’hui. Je pense que c’était une sage décision. Il sera toujours temps d’affronter les mâles plus tard. »

Elle gagne mieux que ne l’indique l’écart à l’arrivée. Ludovic Philipperon, jockey d’Hôtesse du Chenet, a dit au micro d’Equidia : « Je pense que c’est une très bonne pouliche. Aujourd’hui, elle le montre encore une fois : même s’il n’y a pas dix longueurs à l’arrivée, elle gagne sûrement. Elle a fait 200m de plus que la deuxième, et finalement, elle était quand même au-dessus du lot. J’avais beaucoup de gaz et je ne voulais pas lâcher Fortunes Melody de ma ligne de mire. J’ai vu que son jockey, Kévin Nabet, voulait aller chercher le rail, donc j’ai avancé un peu de bonne heure. Ma jument a accéléré assez fort : parfois, en arrivant très vite sur le dernier obstacle, les chevaux penchent, mais c’est juste parce qu’ils ont besoin de se calculer. Ma jument n’avait que quatre courses dans les jambes, et le terrain était très collant aujourd’hui. Ce qu’on lui demande de faire n’est donc pas facile. Elle sera de mieux en mieux au fil des courses, car elle prend beaucoup de maturité à chacune de ses sorties. J’avais envie de la voir face aux mâles demain, mais ce n’est pas à moi de décider. Son entourage a préféré la courir contre les femelles, car elle est meilleure que toutes les autres. »

Astadame confirme sa qualité. Cinquième du Prix Wild Monarch (L), le 16 mai, Astadame avait fait une rentrée prometteuse dans le Prix de Nantes (Haies) après cinq mois d’absence, terminant deuxième derrière l’estimée Haie d’Honneur (Fame and Glory). La pouliche a confirmé sa progression samedi, pour son premier essai au niveau Groupe. Son éleveur et copropriétaire, Richard Corveller, nous a dit : « Je regrette que son jockey ne soit pas allé chercher le rail, mais bon, est-ce que ça aurait changé quelque chose ? Possiblement. Elle a fait une ou deux petites fautes, mais elle a quand même fait un truc. Elle est issue de la dernière génération de Poliglote (Sadler’s Wells) et confirme sa qualité. Nous pouvons être optimistes. »

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/HOTESSEduCHENET.pdf

Une des plus grandes familles d’obstacle. Élevée par Marie-Laure Besnouin, Hôtesse du Chenet est une fille du regretté Martaline (Linamix) et de la très bonne Tanaïs du Chenet, lauréate des Prix Cambacérès (Gr1) et Orcada (Gr3). Hôtesse du Chenet est la propre sœur de Gary du Chenet, qui va débuter la monte au haras du Lion en 2021. Tanaïs du Chenet a une 2ans, Ibiza du Chenet (Manduro), et un yearling, Joker du Chenet (Doctor Dino). Elle a été visitée par deux étalons cette année : No Risk at All (My Risk) le 24 février, et Beaumec de Houelle (Martaline) le 18 avril.

La deuxième mère, Tchela (Le Nain Jaune), a conclu deuxième du Prix Duc d’Anjou (devenu Gr3). Outre Tanaïs du Chenet, elle a donné six autres black types incluant Ma Royale (Garde Royale), gagnante du Prix Ingré (Gr3) et deuxième du Grand Steeple-Chase de Paris et du Prix Alain du Breil (Grs1), Saint du Chenet (Poliglote), vainqueur du Prix Ferdinand Dufaure et du Grand Prix d’Automne (Grs1), ou encore Galant Moss (Tip Moss), troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1). Ma Royale est par ailleurs la mère d’Ulyssia Royale ** (Poliglote), gagnante du Prix James Hennessy (L), à qui l’on doit quatre black types : notamment Grand Messe (Network), lauréate du Prix d’Indy (Gr3), et Viviane Royale ** (Poliglote), gagnante du Prix Bournosienne (Gr3, à l’époque).

Mendez

Linamix

Lunadix

Martaline

Sadler’s Wells

Coraline

Bahamian

HÔTESSE DU CHENET (F3)

Sadler’s Wells

Poliglote

Alexandrie

Tanaïs du Chenet

Le Nain Jaune

Tchela

Chailly