Andréa Marcialis suspendu six mois

International / 27.11.2020

Andréa Marcialis suspendu six mois

Andréa Marcialis suspendu six mois

Dans son dernier bulletin officiel, France Galop publie une décision prise par les commissaires ce vendredi 27 novembre, qui « sanctionne l’entraîneur Andréa Marcialis par la suspension de son autorisation d’entraîner en qualité d’entraîneur public pendant une durée de six mois ». La sanction s’appliquera à partir du 11 décembre, soit deux semaines après le jugement. La participation de Way to Paris (Champs Élysées) à la Japan Cup (Gr1) n’est donc pas remise en cause, quoi qu’il arrive.

À présent, l’entraîneur a précisément quatre jours pour faire appel de la décision des commissaires. Cet appel sera suspensif, jusqu’à la décision finale de la commission d’appel qui statue généralement assez rapidement.

Quelle est la cause de cette sanction ? Le jugement des commissaires dit : « Une situation s’apparentant à une situation de prête-nom est caractérisée, les chevaux présents à l’effectif de l’entraîneur Jean-Claude Napoli provenant de l’effectif d’entraînement de l’entraîneur Andrea Marcialis ou de propriétaires de ce dernier. »

En conséquence, outre la sanction visant Andrea Marcialis, les commissaires ont décidé :

« - de ne pas autoriser l’entraîneur Jean-Claude Napoli à renouveler son autorisation d’entraîner en qualité d’entraîneur public sans autorisation préalable des commissaires de France Galop ; (…)

- de sanctionner également l’entraîneur Andréa Marcialis par la suspension de son autorisation de faire courir en qualité de propriétaire en nom propre, de bailleur, de locataire, d’associé et de porteur de parts pendant une durée de six mois ;

- de sanctionner Mme Elisabetta Marcialis par la suspension de son autorisation de faire courir en qualité de propriétaire en nom propre, de bailleur, de locataire, d’associé et de porteur de parts pour une durée de dix-huit mois ;

- de sanctionner Mme Antonia Fontanarosa et MM. Paolo Ferrario, Binh Ninh Khuong et la Scuderia Micolo par la suspension de leur autorisation de faire courir en qualité de propriétaires, pour une durée de trois mois, assortie d’un sursis total d’une durée de cinq ans ;

- de demander l’extension de la présente décision et de l’ensemble des sanctions qu’elle contient à l’autorité hippique italienne, à savoir le Ministero per le politiche agricole. »

D’ici à cette date, ses chevaux vont continuer à courir et l’entraîneur devrait faire appel. 

Pour lire la décision complète, cliquez ici

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/BOMarcialis-Murphy.pdf