Betfair Chase (Gr1) : Bristol de Mai, the Third

International / 21.11.2020

Betfair Chase (Gr1) : Bristol de Mai, the Third

Haydock (GB), samedi

Quel champion ! Le français d’élevage Bristol de Mai (Saddler Maker) est entré encore un peu plus dans la légende de l’obstacle anglais en gagnant pour la troisième fois le Betfair Chase (Gr1), l’un des trois steeples les plus importants outre-Manche. Haydock est vraiment son jardin, surtout quand il pleut. Et les dieux du ciel étaient avec lui puisqu’il est tombé beaucoup d’eau avant les courses ce samedi. Bristol de Mai est rapidement parti en tête avec Bellshill (King’s Theatre) à ses côtés. L’élève de Jean-Yves Touzaint a bien sauté tout au long des 4.800m du parcours. Au dernier passage en face, le champion de Simon Munir et Isaac Souede a été pris en chasse par Clan des Obeaux (Kapgarde). Puis, à l’entrée de la très longue ligne droite, Clan des Obeaux a donné l’impression d’aller plus facilement que Bristol de Mai. Mais le fils de Saddler Maker a été d’un courage énorme et il a mis un uppercut au pensionnaire de Paul Nicholls juste avant le dernier fence, puis il a filé au poteau. Désormais vainqueur de trois Betfair Chases, sans oublier sa deuxième place en 2019, Bristol de Mai n’est plus qu’à une victoire du record de Kauto Star (Village Star) dans ce Gr1. S’il pleut beaucoup en mars à Cheltenham, il faudra faire attention à lui dans la Gold Cup (Gr1) car ce n’est pas qu’un cheval de piste plate. Représentant des propriétaires, Simon Munir et Isaac Souede, Anthony Bromley a dit : « Nous ne l’avons pas engagé dans le King George, donc il faudra voir ce que nous faisons. Peut-être le courrons-nous dans un handicap ? Il y a l’option du Costwold Chase (Gr2), mais ce n’est pas avant fin janvier. Nous pourrions entretemps le courir dans le Rowland Meyrick à Wetherby. C’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas de public car Bristol de Mai est le chouchou d’Haydock. »

Une brillante longévité. Heureux et sûrement soulagé de sa victoire, Daryl Jacob, jockey de Bristol de Mai, a dit : « Bravo à toute l’équipe ! C’est quand même un cheval qui gagne des Grs1 depuis l’âge de 3ans [il avait remporté le Finale Champion Juvenile Hurdle à Chepstow, ndlr]. C’est un cheval merveilleux. Cette semaine, je regardais les prévisions de pluie tous les jours. Quand je suis arrivé sur place vendredi soir, il y avait de la bruine, puis il a commencé à pleuvoir sérieusement avant les deux premières courses. J’ai envoyé un sms aux propriétaires en leur disant que je n’avais jamais été aussi heureux de monter sous la pluie ! La course s’est déroulée à merveille pour moi. J’avais besoin d’un très bon rythme du début à la fin pour faire parler la tenue et l’aptitude au terrain. Il a bien contré Clan des Obeaux et je n’ai jamais été en danger. »

La météo n’a pas avantagé Clan des Obeaux. La pluie n’a pas été du goût de Clan des Obeaux, qui a tracé un parcours parfait, tombant simplement sur un cheval meilleur que lui dans ce cas de figure. Son mentor, Paul Nicholls, a déclaré : « La pluie n’a pas aidé Clan des Obeaux. Il n’a pas été à l’aise sur ce terrain. Son jockey l’a parfaitement monté, mais il a été battu par un cheval qui adore ce type de terrain et qui a de la tenue. Je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’il se serait passé en bon terrain. La pluie l’a battu. Sa course est encourageante pour Kempton. » Le jumelé de ce premier Gr1 sur les obstacles de la saison anglaise est donc constitué de deux français, lesquels ont devancé le tenant du titre, Lostintranslation (Flemensfirth).

La souche d’Ilare. Bristol de Mai est un fils de Saddler Maker, père notamment d’Alpha des Obeaux, vainqueur du Galmoy Hurdle (Gr2), jeudi à Gowran Park, et de La Bole Night (April Night), qui a été arrêtée lors de ses trois sorties en compétition. Avant Bristol de Mai, elle a produit Riva (Winning Smile) et Ula de Mai (Passing Sale), deux autres lauréats. La Bole Night est la propre sœur de Mi Fasol (April Night), gagnant de trois courses dont un cross. Il s’agit de la famille d’Ilare (April Night), deuxième du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) et vainqueur du Prix William Head (L).

Stayer’s Handicap Hurdle (Gr3)

L’exploit de Main Fact

Main Fact (Blame) n’en finit plus de progresser. Le pensionnaire de David Pipe a remporté sa neuvième course de suite dans le Stayer’s Handicap Hurdle (Gr3). Il s’agit de la première victoire de Groupe de l’ex-pensionnaire de David Smaga, vainqueur de son maiden à Maisons-Laffitte. Mais plus que les statistiques, ce qui restera, c’est la ligne droite du fils de Blame, un lauréat de la… Breeders’ Cup Classic (Gr1) ! À l’amorce du tournant final, parmi les derniers et sollicité, il semblait complètement battu. Si bien que même le commentateur l’avait oublié. Mais il a passé des rivaux battus un à un dans la ligne droite et il a surgi sur le plat pour venir l’emporter très sûrement.

Ascot (GB), samedi

Chanelle Pharma 1965 Chase (Gr2)

Imperial Aura, un petit avion

Kim Bailey tient peut-être le cheval de sa vie avec Imperial Aura (Kalanisi). L’entraîneur basé dans le Gloucestershire, la région de Cheltenham, a déjà gagné des Groupes. Mais on a l’impression qu’Imperial Aura peut lui faire passer un autre palier. Rapidement en deuxième position au côté de l’animateur, Black Corton (Laverock), il a parfaitement sauté, prenant les commandes à moins d’un tour de l’arrivée. Black Corton a fait tomber son jockey à 1.600m de l’arrivée et Imperial Aura n’avait plus que deux adversaires. Real Steel (Loup Breton) a essayé de le suivre, mais il s’est brûlé les ailes. D’autant qu’Imperial Aura a changé de jambes à l’amorce du tournant final pour remettre un coup d’accélérateur. Sur le plat, il s’est détaché pour l’emporter de cinq longueurs devant le French bred Itchy Feet (Cima de Triomphe), courageux après avoir accroché plusieurs obstacles. Real Steel a conclu troisième.

Jamais plus loin que troisième en onze sorties, tout neuf à 7ans, Imperial Aura a enlevé son premier Groupe et sûrement pas le dernier. Il est très bon sur des pistes plates comme Ascot, mais il a aussi prouvé son aptitude à Cheltenham. D’où la confiance des bookmakers, qui l’ont installé parmi les favoris du Ryanair Chase. Kim Bailey a déclaré : « Je suis vraiment très satisfait du cheval. Son jockey l’a monté à la perfection. Nous savions qu’Imperial Aura tiendrait la distance. À la maison, il n’a cessé de progresser. Nous allons viser le Ryanair Chase (Gr1) avec lui. Sa manière de sauter me plaît vraiment. En face, ç’a été un régal de le voir sauter. Il va probablement recourir une fois entre là et Cheltenham. Nous allons y aller progressivement et nous n’allons pas forcément en faire un cheval de Gold Cup tout de suite, même s’il tiendra une plus longue distance. Il avait été battu l’an dernier sur 4.800m, mais c’était plus à cause de son manque d’expérience. Je n’ai jamais eu un cheval qui progresse comme lui. » Pour l’anecdote, Imperial Aura défend les mêmes couleurs que celles d’Imperial Commander (Flemensfirth), vainqueur de la Gold Cup (Gr1) 2009. Il s’agit d’un syndicat de propriétaires dont le but est de viser les grandes courses en Angleterre et en Irlande, en obstacle comme en plat.

Coral Hurdle (Gr2)

Song for Someone, une victoire à l’accent français

Vainqueur du Coral Hurdle (Gr2), Song for Someone (Medicean) n’est pas un French bred, puisqu’il est né en Allemagne. Mais il a un lien avec la France puisqu’il a débuté sa carrière chez Joël Boisnard, pour lequel il avait gagné en plat puis pour ses débuts sur les haies. Acheté par la French Team, il a rejoint les boxes de Tom Symonds, un jeune professionnel installé sur la ferme familiale au nord-ouest de Cheltenham, qui a été assistant entraîneur de Nicky Henderson pendant cinq ans. Grâce à Song for Someone, Tom Symonds a remporté ses premiers Groupes et peut rêver plus grand. Dans le Coral Hurdle, Song for Someone a fait un truc. Il faisait sa rentrée, mais il a vite pris les commandes. Il n’a pas fait une faute avant de durcir la course à la sortie du tournant final. Il a mis ses rivaux dans le rouge et a creusé progressivement l’écart avec eux. Cinq longueurs ont sanctionné sa supériorité sur Call Me Lord (Slickly), déjà deuxième l’an dernier. Un peu allante par moments, Laurina (Spanish Moon) a dû se contenter d’une lointaine troisième et dernière place.

Entraîneur de Song for Someone, Tom Symonds a déclaré : « Sa victoire dans le Kingwell Hurdle (Gr2) nous avait bien aiguillés car nous avons vu alors qu’il pouvait aller sur une piste rapide. Aujourd’hui, il était assez frais. Le terrain était à sa convenance et c’était son premier objectif. Il est vraiment très adroit. C’est une joie de le voir sauter. À la maison, c’est en allant vite que l’on voit sa qualité. Si on va trop longtemps, il tape les obstacles. Il n’ira pas sur le Fighting Fifth Hurdle (Gr2), une course dure, mais plutôt sur l’International Hurdle (Gr2) ou le Christmas Hurdle (Gr1). Mais il faudra que la piste de Kempton soit assez souple. Mon idée première est d’aller sur l’International car je ne pense pas que Kempton soit sa piste, même s’il y a déjà gagné. C’est un bon problème, mais il faut prendre une décision qui soit bonne pour le cheval. »