Bougonpedia

Le Mot de la Fin / 17.11.2020

Bougonpedia

La réponse n’a pas tardé. Dans notre édition datée lundi, nous demandions aux fins connaisseurs de notre sport si la troisième place obtenue par le jeune Davide Satalia, jockey et entraîneur de Saint Turgeon (Turgeon), dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1) était ou non une grande première à Auteuil ? La réponse est non. L’historien Xavier Bougon a trouvé dans ses archives le succès, avec cette double casquette entraîneur & jockey, de Jean-Yves Artu, lequel avait remporté cette même épreuve en 1993 en selle sur la pouliche Apple’s Girl (Le Pontet). Certes, les Groupes en obstacle ont été établis après, mais la Grande Course de Haies des 4ans était déjà un rendez-vous incontournable du calendrier de sélection. Jean-Yves Artu avait à l’époque 33 ans et, déjà quatre ans auparavant, il avait gagné comme entraîneur et jockey le Prix Maurice Gillois avec König Ulrich (Horst Herbert). Le jeune Davide Satalia, 25 ans, va devoir faire vite s’il veut égaler le record. Toujours selon… Bougonpedia, on peut également citer Henri Gleizes, entraîneur et jockey d’Orcada (Vatellor) dans le Maurice Gillois en 1944, et John Boon, entraîneur et jockey de Kerym (Cambyse), lauréat de la Grande Course de Haies en 1899, dont l’autre pensionnaire, Bigoudis (Ermak), avait terminé deuxième. En revanche, un record ne pourra être battu. Il s’agit de celui de Percy Woodland : entraîneur, jockey… et propriétaire de la jument Fragilité (The Quack), lauréate la Grande Course de Haies en 1906. Pour faire encore mieux, il aurait fallu qu’il prenne lui-même la place du cheval…