Gérard Larrieu et Sheail Al Kuwari au sommet

21.12.2020

Gérard Larrieu et Sheail Al Kuwari au sommet

Le week-end du Qatar Derby est l’un des plus importants au Qatar, avec celui de l’Emir’s Sword. Y briller, face aux casaques des cheikhs, est une affaire d’honneur pour les propriétaires qataris. Sheail Al Kuwari, conseillé depuis plus de trente ans par Gérard Larrieu, a remporté la belle pour les pur-sang arabes grâce à Lady Princess (General), tout en étant associé dans la victoire d’Hellenistique (Wootton Bassett) dans la grande course pour les pur-sang anglais.

Jour de Galop. – Comment Lady Princess a-t-elle intégré l’effectif de Sheail Al Kuwari ?

Gérard Larrieu. – Je n’étais pas aux courses quand elle a débuté et gagné à Toulouse, mais j’étais devant  Equidia, et sitôt le poteau passé, j’appelais Pierre Deymonaz pour l’acheter ! Elle avait une action que j’ai rarement vue chez un pur-sang arabe. Elle n’est pas grande c’est vrai, mais c’est une famille de petits. Mister Ginoux, son frère, n’était pas bien grand non plus. Chez une pouliche, ce n’est pas gênant ! Son succès dimanche dans le Qatar Derby – une course que la casaque avait déjà gagnée avec Easter de Faust – fut un grand moment et une récompense aussi pour Thomas Fourcy, Julien Augé, et l’équipe en général, qui a accepté la quarantaine pour accompagner la pouliche. Gagner de telles courses devant des écuries comme celles d’Al Shaqab, Al Shahania ou Umm Qarn, plus fournies en termes de quantité, c’est quelque chose !

Quelle est la politique d’achat de Sheail Al Kuwari en matière de pur-sang arabes ?

Nous achetons majoritairement des chevaux à l’entraînement. Pas toujours des chevaux qui ont gagné, d’ailleurs, car M. Al Kuwari, qui connaît par cœur le programme qatari, peut repérer des chevaux qui vont bien faire dans des maidens à Doha par exemple… Parfois, je suis obligé de lui forcer un peu la main quand je vois un élément qui sort vraiment de l’ordinaire, comme ce fut le cas pour Hadi de Carrère.

Comment déterminez-vous ceux qui restent en France et ceux qui sont destinés à faire carrière au Qatar ?

En France, ses pur-sang arabes sont entraînés par Thomas Fourcy et Didier Guillemin. Seuls les meilleurs, ceux capables de gagner au niveau international, restent en France. Ceux qui sont un peu en dessous sont envoyés à Doha.

Vous avez aussi fait fort, en tant que courtier, car les deux premiers du Qatar Derby (Gr1 local) ont été achetés par vos soins. Hellenistique, le gagnant, ne porte pas la casaque Al Kuwari, mais celle d’Injaaz Stud. Quel est le lien avec Sheail Al Kuwari ?

Injaaz Stud est l’entité du cheikh Mishal bin Hamad Al Thani, le fils aîné de l’ancien émir du Qatar. Mais c’est Sheail Al Kuwari qui s’occupe de ses investissements. Si bien que lorsque j’achète un pur-sang anglais, je ne sais pas s’il courra pour Sheail Al Kuwari ou pour Injaaz Stud.

Justement, au niveau des pur-sang anglais, quels profils achetez-vous ?

Nous intervenons majoritairement dans les ventes de chevaux à l’entraînement. M. Al Kuwari fait une liste de chevaux qui l’intéressent, et je dois acheter sur cette liste. Il sait parfaitement le profil qui peut réussir à Doha, le programme que le cheval va avoir là-bas… Il y a quelques exceptions : j’avais essayé d’acheter Dubday à l’amiable quand il était venu courir à Deauville, en juillet de ses 3ans. L’affaire ne s’est pas faite, et nous l’avons acheté à la vente de l’Arc. Ce fils de Dubawi a longtemps été le meilleur pur-sang à évoluer à Doha. Il a passé le flambeau à The Blue Eye, autre fils de Dubawi, également acheté à la vente de l’Arc. En plus de ces chevaux à l’entraînement qui partent à Doha (ce fut le cas d’Hellenistique), nous pouvons aussi investir tous les ans dans quelques yearlings qui commencent leur carrière en France. Saqr, malheureux ce week-end, entre dans ce cadre, même si, sans le Covid, il aurait certainement couru sous l’entraînement de Fabrice Chappet. Cette année, j’ai notamment acheté la propre sœur de Trêve à la vente de sélection Arqana. Elle est à l’entraînement chez Fabrice Chappet.

Sheail Al Kuwari est-il actif dans le domaine de l’élevage ?

Il l’est chez les pur-sang arabes. Il élève depuis longtemps au Qatar, et connaît une certaine réussite dans les courses réservées aux local bred. Mais depuis cette année, il a envoyé une trentaine de poulinières en France, réparties entre le haras de Saint-Faust et celui de Montaigu. Son élevage devrait monter en gamme : ses juments sont toutes bonnes, et désormais, elles vont pouvoir être croisées aux meilleurs étalons.