L’écurie Peltier sur tous les fronts

Courses / 02.12.2020

L’écurie Peltier sur tous les fronts

Le père sera en meeting à Cagnes, tandis que la fille prendra la direction de Pau. Philippe et Camille Peltier vont tracer des routes différentes cet hiver. Et ils nous ont expliqué pourquoi.

Jour de Galop. – Quelle sera l’organisation de votre écurie pour les semaines à venir ?

Philippe Peltier. - L’écurie sera partagée en trois. Je suis personnellement à Cagnes, depuis lundi soir, avec huit chevaux. Nous serons deux à cheval le matin en piste mais nous faisons surtout de l’entretien avec les courses qui s’enchaînent en meeting. Ma fille, Camille, sera quant à elle à Pau avec quatorze pensionnaires. Elle avait déjà fait le meeting l’année dernière et est souvent venue avec moi ou avec d’autres entraîneurs durant les hivers précédents. Dans notre centre d’entraînement, il va rester une vingtaine de chevaux avec beaucoup de 2ans et de 3ans, mais aussi certains que nous reprenons. Ma femme, Isabelle, reste, elle aussi à La Chapelle-d’Aligné (72) : cela ne va pas être simple de fêter Noël en famille cette année ! (rires).

Nous avons l’habitude de vous voir à Pau. Mais beaucoup moins à Cagnes. Pourquoi ?

Ce n’est pas une première pour moi à Cagnes puisque j’étais venu en 2010-2011. Ozamo (Alamo Bay) avait d’ailleurs gagné ses premières courses là-bas. Je n’y suis pas revenu depuis car je n’avais pas les chevaux pour faire ce meeting. Cette année, le confinement y est pour beaucoup, avec beaucoup de 3ans qui n’ont pas pu débuter au printemps. Certains ont couru une fois ou deux depuis et d’autres pas du tout. Il faut bien qu’ils enchaînent en compétition maintenant.

Comment sélectionnez-vous les chevaux pour Cagnes ? Et pour Pau ?

Les deux tracés sont complètement différents. À Cagnes, chez les vieux chevaux, il y a toujours de bons lots. Chez les 3ans, nous voyons généralement clair dès la première réunion. Il est coutume de dire qu’il faut des chevaux vite sur l’obstacle à Cagnes, mais il y est quand même possible de revenir de l’arrière. Tout dépend de l’état du terrain. Il faudrait que ça s’assouplisse un peu pour les chevaux et afin que ça aille moins vite. Cela devrait être le cas vendredi avec beaucoup de pluies prévues. Pour Pau, il faut des sauteurs un peu plus respectueux, avec un peu plus de tenue.

Pouvez-vous nous citer quelques chevaux qui seront présents lors de ces deux meetings ?

À Cagnes, Diamant Brut (Voix du Nord) va courir les handicaps et on verra après avec ce cheval qui s’adapte un peu à tout. J’aime bien la 3ans qui débute vendredi, Hermina Bella (Masked Marvel). Elle a un peu de gaz et provient d’une bonne souche mais elle n’est pas toujours commode. Il faut donc voir comment elle va se comporter en compétition. Concernant Pau, j’aurais quelques chevaux de cross-country, dont Dyams d’Anjou (Ballingarry). À l’aise là-bas, elle va prendre la température face aux vieux chevaux samedi. Si elle n’a pas la pointure, elle ira sur les cross intermédiaires. Fortuna Bella (Soldier of Fortune) a gagné à Lignières récemment et peut faire une jument de grand cross à l’avenir. Dundee (Balko), qui reste sur trois victoires dans la spécialité, a un peu de classe. Chez les jeunes, Galcoflaur (Falco) avait bien débuté sur le cross en gagnant à Saumur, ainsi que Free Allen (Lord du Sud) qui a bien couru à Durtal. Âgée de 3ans, Baby Queen (Masked Marvel) débutera samedi. Elle a l’air intéressante le matin au travail. Début janvier, l’AQPS Hillico (Lord du Sud), qui avait débuté par une victoire en plat à Craon, fera ses premiers pas sur les obstacles.