Précisions sur les encouragements

Autres informations / 12.12.2020

Précisions sur les encouragements

L’interview d’Édouard de Rothschild, publiée hier dans nos colonnes, a suscité plusieurs questions et réactions de la part de nos lecteurs.

Tout d’abord, il est important de préciser que, contrairement à ce qui était écrit, LeTrot a décidé de payer les allocations du premier trimestre 2021 sur la base de celles du premier trimestre 2019. Il n’appliquera donc pas de retenue provisoire.

Ensuite, le président de France Galop a évoqué un versement du PMU vers les sociétés mères qui pourrait être supérieur de 20 millions aux estimations initiales. Certains socioprofessionnels se sont donc étonnés que France Galop ne reverse « que » 8 millions d’euros en allocations. En réalité, ce différentiel de 20 millions doit être partagé entre les deux sociétés mères. Donc France Galop ne recevra, au maximum, que 10 millions d’euros, soit la moitié des 20 millions. Par ailleurs, au moment où nous écrivons ces lignes, ce montant de 10 millions est encore provisoire, puisque l’année n’est pas terminée et que personne n’est totalement certain que le PMU sera capable de délivrer ce bonus. C’est pourquoi, par prudence, France Galop a décidé de ne bonifier les allocations qu’à hauteur de 8 millions d’euros. Cela lui permettra d’être certain de tenir ses engagements.

Enfin, on notera que les deux sociétés mères ont fait le même choix de ne pas baisser les allocations ni d’effectuer une retenue provisoire lors des premiers mois de l’année. Du côté du Trot, on ne veut pas pénaliser les professionnels dans ces mois où sont distribuées de fortes allocations (Meeting d’hiver). Et, au Galop, on maintient les allocations en se disant que la prise de risque est faible, puisqu’il s’agit des mois de l’année les plus faibles en termes de distribution d’allocations. Comme quoi, malgré deux situations opposées, on peut prendre la même décision !