À la Une : meilleurs v(i)eux 2021 !

International / 25.01.2021

À la Une : meilleurs v(i)eux 2021 !

La saison de plat européenne est encore loin… Mais on en rêve déjà ! Voici un point sur les meilleurs 4ans et plus européens (ayant obtenu un rating – provisoire – de 120 et plus lors de la dernière publication des classements internationaux) qui devraient nous donner rendez-vous en 2021.

SPRINTERS & FLYERS

BATTAASH (H7)

Dark Angel & Anna Law, par Lawman

Propriétaire : Cheikh Hamdan Al Maktoum/Éleveur : Ballyphilip Stud/Entraîneur : Charles Hills

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : faire aussi bien qu’en 2020 !

Il y a eu des questionnements sur l’impact qu’ont pu avoir – ou non – les courses à huis-clos sur le moral d’un cheval : pas de public, pas de bruit, moins de stress. Dans le cas d’une boule de nerfs et de vitesse comme Battaash (Dark Angel), qui a à peine 1.000m dans les jambes, la question a le droit de se poser. En 2020, il a couru trois fois pour trois succès. Il n’avait jamais gagné à Royal Ascot ? C’est chose faite, devant des tribunes vides et aussi, cela joue, sans le spécialiste de la piste Blue Point (Shamardal). Il avait déjà survolé les 1.000m d'York pour les Nunthorpe Stakes (Gr1) en 2019 mais, auparavant, il avait été nettement battu deux fois dans l’épreuve. Pas de souci en 2020… En 2021 – on l’espère ! –, Battaash devrait retrouver un peu de son public qui saura où le trouver : côté programme, il n’y a rien à inventer…

OXTED (H5)

Mayson & Charlotte Rosina, par Choisir

Pr. : S. Piper, T. Hirschfeld, D. Fish & J. Collins/Él. : Homecroft Wealth Racing/Entr. : Roger Teal

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : confirmer

Oxted (Mayson) fait partie des révélations 2020. Bon cheval de handicap surtout, finalement peu expérimenté, il a remporté son premier Groupe dans les Abernant Stakes (Gr3), à la reprise des courses britanniques puis, après une impasse sur Royal Ascot, a gagné la July Cup (Gr1) facilement. Cela lui vaut un rating de 120 franchement difficile à juger : il n’a couru ensuite que dans le British Champion Sprint (Gr1), se classant cinquième en terrain collant… On devrait dans un premier temps le revoir à Riyad, dans le Riyadh Dirt Sprint (1.200m dirt) ou le Turf Sprint (1.351m gazon).

SPACE BLUES (M5)

Dubawi & Miss Lucifer, par Noverre

Pr./Él. : Godolphin/Entr. : Charlie Appleby

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : être le roi sur 1.300m à 1.400m

Une mauvaise sortie à Dubaï au mois de mars sur 1.200m… Puis du 4/4 en Europe sur 1.300m (Larc Prix Maurice de Gheest) et 1.400m (y compris Lennox Stakes et Prix de la Porte Maillot). Space Blues (Dubawi) a dû faire l’impasse sur l’automne et le Qatar Prix de la Forêt (Gr1), sur une distance de 1.400m qui aurait été parfaite. Il apparaît dans la catégorie sprinter mais c’est un flyer, et un pur cheval de 1.300m à 1.400m n’a pas forcément un programme très riche. Charlie Appleby n’aura pas grand-chose à inventer en 2021. Space Blues est à Dubaï… Mais son premier objectif de l’année sera le "1351 Turf Sprint" de la réunion de la Saudi Cup : comme son nom l’indique, la course se dispute sur 1.351m, soit le compromis parfait !

MILERS

PALACE PIER (M4)

Kingman & Beach Frolic, par Nayef

Pr. : Cheikh Hamdan bin Mohammed Al Maktoum/Él. : Highclere Stud & Floors Farmings/Entr. : John Gosden

Rating provisoire : 126

Son année 2021 : 1.600m… ou 2.000m ?

Lors des Queen Elizabeth II Stakes (Gr1), au mois d’octobre, il s’est embourbé dans le terrain très collant d’Ascot et y a même laissé un fer ! Palace Pier (Dubawi) vaut bien mieux que cela. La Covid-19 ne l’a pas aidé puisqu’il a dû faire l’impasse sur les 2.000 Guinées de Newmarket (Gr1), faute de pouvoir bénéficier d’une préparatoire au préalable. Impressionnant dans les St James’s Palace Stakes (Gr1), il a été l’éclair de classe du meeting de Deauville en survolant le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1) où il a pourtant détesté le terrain détrempé par des pluies diluviennes. Palace Pier a été un excellent 3ans mais John Gosden, au moment du Marois, pensait déjà à 2021… Peut-être sur 2.000m.

ALPINE STAR (F4)

Sea the Moon & Alpha Lupi, par Rahy

Pr./Él. : Famille Niarchos/Entr. : Jessica Harrington

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : l’embarras du choix

Si l’on présente une photo d’Alpine Star (Sea the Moon) et une d’Alpha Centauri (Mastercraftsman), difficile de croire que les deux sont sœurs tant elles sont différentes. Mais elles ont un point commun : avoir démoli l’opposition dans les Coronation Stakes (Gr1). Pour le reste, la petite alezane et l’imposante grise divergent : l’une était une vraie miler, l’autre est capable d’aller jusqu’à 2.000m. Alpine Star n’a pas toujours eu de chance après Royal Ascot. Elle a été battue d’un rien par Fancy Blue (Deep Impact) dans le Diane, après avoir porté le poids de la course, elle est tombée sur Palace Pier dans le Marois, étant battue de trois quarts de longueur tout en laissant Circus Maximus (Galileo) à cinq longueurs – Alpine Star aurait été une très bonne gagnante de Marois ! Et dans le Prix de l’Opéra (Gr1), elle a buté sur une Tarnawa (Shamardal) au sommet. Efficace de 1.600m à 2.000m, elle aura une multitude d’options en 2021.

ORDER OF AUSTRALIA (M4)

Australia & Senta’s Dream, par Danehill

Pr. : Derrick Smith, Mme John Magnier, Michael Tabor & Ann-Marie O’Brien/Él. : Whisperview Trading Ltd/Entr. : Aidan O’Brien

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : confirmer l’exploit américain

Ceux qui ont suivi la Breeders’ Cup sur Equidia ont entendu Dominique Bœuf dire, sur Order of Australia (Australia) confié à P.-C. Boudot dans le Breeders’ Cup Mile (Gr1) : « S’il gagne avec Order of Australia, il va trouver le vaccin contre la Covid. » Ce n’est pas sans rappeler le plus célèbre des journalistes milanais qui avait dit : « Si Abo Volo gagne le Prix d’Amérique, je mange un rat. » Nous ne savons pas ce qu’il en est du rat et les laboratoires n’ont pas indiqué l’aide de "P.-C." après avoir développé les vaccins. Order of Australia avait été battu de 48 longueurs dans un Gr3 au Curragh avant la Breeders’ Cup, étant presque arrêté. Son entourage a dit qu’il avait aimé courir sur un anneau américain. Au vu de sa précédente performance, le Lasix a pu aussi être une aide précieuse. Depuis, il a été nettement battu à Hongkong. En 2021, ce sera mission confirmation.

THE REVENANT (H6)

Dubawi & Hazel Lavery, par Excellent Art

Pr./Él. : Al Asayl Bloodstock/Entr. : Francis-Henri Graffard

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : continuer ainsi !

On ne peut rien reprocher à The Revenant (Dubawi) en 2020, d’autant plus qu’il n’a pas été très chanceux : le confinement, l’arrêt des courses et la reprise aux beaux jours l’ont privé des terrains assouplis de la traditionnelle première partie de saison et il a dû attendre l’automne avec, en point d’orgue, sa victoire dans les Queen Elizabeth II Stakes (Gr1). Étant hongre, il n’a pas beaucoup d’options au niveau Gr1. Pour le début de saison 2021, Francis-Henri Graffard nous a dit dans JDG Radio : « C’est vraiment un super cheval. En 2020, il a couru deux fois pour deux victoires. Et pourtant, la saison a été hyper frustrante. Dans le contexte de 2020, il n’a pas pu courir quand il est revenu à l’entraînement au printemps. Il a fallu le renvoyer au pré pour se concentrer sur l’automne. Nous en avons été récompensés. Soit il sera rallongé un petit peu pour l’Ispahan, soit il ira disputer les Lockinge Stakes (Grs1) à Newbury. »

DISTANCE INTERMEDIAIRE (2.000M ET +)

ADDEYBB (H7)

Pivotal & Bush Cat, par Kingmambo

Pr. : Cheikh Ahmed Al Maktoum/Él. : Rabbah Bloodstock Ltd/Entr. : William Haggas

Rating provisoire : 125

Son année 2021 : tour du monde

Fin 2020, William Haggas évoquait un retour en Australie avec Addeybb (Pivotal), avec comme but de défendre son titre dans les Queen Elizabeth Stakes (Gr1). Le retour en Australie est toujours certainement possible, mais Addeybb a un nouveau premier objectif avant cela : la Saudi Cup, fin février, où il sera associé à Tom Marquand. C’est un pari amusant : comment ce super cheval qui adore les pistes pénibles va-t-il réagir au dirt de Riyad ? Addeybb est comme le bon vin : il se bonifie avec l’âge et, depuis l’été 2019, il ne cesse de repousser ses limites, lui qui a été si impressionnant dans les Champion Stakes (Gr1) 2020.

LORD NORTH (H5)

Dubawi & Najoum, par Giant’s Causeway

Pr. : S.A. Cheikh Zayed bin Mohammed Racing/Él. : Godolphin/Entr. : John Gosden

Rating provisoire : 123

Son année 2021 : défendre son titre, pour commencer

Entre le Lord North 2019 et le Lord North 2020, il y aurait presque une ligne droite ! Le hongre a signé un printemps parfait : un Gr3 pour sa rentrée avant de laisser Addeybb (Pivotal) à presque quatre longueurs dans les Prince of Wales’s Stakes (Gr1). Troisième des Juddmonte International Stakes (Gr1) – avec une chaussure en moins –, il a été moins brillant à l’automne, mais comme un certain nombre des pensionnaires de John Gosden. En 2021, il n’y aura probablement pas grand-chose à inventer avec lui : il est hongre, les options sont limitées.

SKALLETI (H6)

Kendargent & Skallet, par Muhaymin

Pr. : Jean-Claude Seroul/Él. : Guy Pariente/Entr. : Jérôme Reynier

Rating provisoire : 121

Son année 2021 : viser l’automne

Cela ne s’est pas bien passé dans la Hong Kong Cup (Gr1) : il n’a déjà pas eu un voyage facile de Marseille jusqu’au Far East, est tombé sur une course qui n’a pas roulé – un comble à Sha Tin ! – et a été brillant. On oublie. Le reste de la saison de Skalleti est à l’image de sa carrière : irréprochable. Le cheval répond toujours présent, même si ce modèle imposant peut avoir besoin de se remettre en route. Mais quand il arrive à son sommet et, bonus, trouve un terrain souple qu’il aime particulièrement, il est dur à battre ! Skalleti les avait tous enrhumés dans le Dollar (Gr2) avant de tomber sur le roc aux pieds palmés Addeybb dans les Champion Stakes.

Jérôme Reynier nous a dit : « Skalleti est en vacances pour le moment. Nous allons travailler en progression avec lui. Le voyage pour aller jusqu’à Hongkong n’a pas été facile : Royal Julius, qui a l’habitude de voyager, a bien récupéré mais ce fut moins simple pour Skalleti, c’est normal. Nous allons reprendre les canters en vue du mois de mars, où il y a l’Exbury (Gr3) et l'Edmond Blanc (Gr2). Je préfèrerais cependant aller sur les 1.600m plutôt que sur 2.000m : on sait qu’il peut courir frais pour ses rentrées. L’an dernier, nous voulions le faire rentrer aussi en mars mais tout est tombé à l’eau avec le confinement et l’arrêt des courses, raison pour laquelle il est revenu en mai pour le faire monter en puissance. Cela s’est ensuite plutôt bien goupillé à l’automne, donc nous devrions suivre une route similaire : tenter de décrocher un troisième Dollar (Gr2) et les Champion Stakes (Gr1), s’il n’est pas trop compliqué d’aller en Angleterre entre Brexit et Covid… Il mériterait son Gr1. »

JAPAN (M5)

Galileo & Shastye, par Danehill

Pr. : Matsuyama Matsushima, Derrick Smith, Mme John Magnier & Michael Tabor/Él. : Newsells Park Stud/Entr. : Aidan O’Brien

Rating provisoire : 121

Son année 2021 : rassurer

Si l’on enlève sa correcte troisième place dans les Eclipse Stakes (Gr1) derrière Ghaiyyath (Galileo) et à la lutte avec la rentrante Enable (Nathaniel), Japan (Galileo) nous a déçus en 2020. Nous n’avons pas revu celui qui, à 3ans, a remporté le Juddmonte Grand Prix de Paris, les Juddmonte International Stakes et n’avait pas démérité dans l’Arc de Waldgeist (Galileo), en terrain pénible. Sa dernière sortie, dans les Champion Stakes (Gr1, 9e) en terrain collant, est certainement trop mauvaise pour être exacte et il n’arrivait pas dans des conditions idéales, devant faire l’impasse sur l’Arc suite à l’affaire Gain. En 2021, il faudra rebondir…

MISHRIFF (M4)

Make Believe & Contradict, par Raven’s Pass

Pr. : Prince Faisal/Él. : Nawara Stud Ltd/Entr. : J. Gosden

Rating provisoire : 121

Son année 2021 : Saudi Cup… et les 2.400m ?

Lauréat du Prix du Jockey Club (Gr1), Mishriff (Make Believe) avait commencé sa saison 2020 du côté de Riyad… Et c’est de nouveau là-bas qu’il devrait faire sa réapparition en 2021 avec, comme premier objectif de l’année, la Saudi Cup. L’option Arc avait été envisagée pour Mishriff l’an passé mais son entourage a préféré le laisser sur 2.000m pour les Champion Stakes. Cette année, les 2.400m s’annoncent fort possibles… D’autant plus si son camarade d’entraînement Palace Pier passe sur 2.000m ?

TARNAWA (F5)

Shamardal & Tarana, par Cape Cross

Pr. : S.A. l’Aga Khan/Él. : Aga Khan Studs/Entr. : Dermot Weld

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : automne et Arc !

L’un des coups de cœur de la saison 2020. Tarnawa (Shamardal) avait déjà montré des moyens à 3ans mais a été impériale en 2020 : quatre courses, quatre victoires, dont le Qatar Prix Vermeille, le Prix de l’Opéra et le Breeders’ Cup Turf (Grs1) après des accélérations spectaculaires ! Après le Vermeille, on a espéré la voir dans l’Arc. Ce ne fut pas le cas. Après l’Opéra et la Breeders’ Cup, nous avons vraiment regretté de ne pas l’avoir eue au départ ! Il faudra attendre encore quelques mois… C’est l’objectif 2021, pour notre plus grand bonheur.

2.400M ET PLUS

STRADIVARIUS (M7)

Sea the Stars & Private Life, par Bering

Pr./Él. : Bjorn Nielsen/Entr. : John Gosden

Rating provisoire : 125

Son année 2021 : égaler le record de Yeats

L’attachant Stradivarius (Sea the Stars) revient en 2021. Oubliez sa tentative dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) ! Les 2.400m en terrain lourd dans une course sans rythme n’étaient pas faits pour ce stayer qui, même s’il possède une belle pointe, n’est pas taillé pour sprinter. Oubliez aussi sa tentative dans la glue d’Ascot, à 15 jours de l’Arc, dans la Long Distance Cup (Gr2). Non, on préfère se souvenir de sa démonstration à l’été dans la Gold Cup d’Ascot (Gr1), qu’il remportait pour la troisième fois consécutive. En 2021, il tentera d’y égaler le record de Yeats (Sadler’s Wells). Rien que cela !

LOVE (F4)

Galileo & Pikaboo, par Pivotal

Pr. : Mickael Tabor, Derrick Smith & Mme John Magnier/Él. : Coolmore/Entr. : Aidan O’Brien

Rating provisoire : 123

Son année 2021 : faire ses preuves face aux meilleurs

Elle nous a beaucoup manqué dans l’Arc 2020… Love (Galileo) revient en piste en 2021. Meilleure pouliche de 3ans de sa génération, elle n’a pas connu la défaite l’an passé : 1.000 Guinées, Oaks et Yorkshire Oaks (Grs1). Mais il lui reste une chose à faire : elle n’a jamais affronté les mâles… Et quasiment pas les femelles d’âge : dans les Yorshire Oaks, où elles n’étaient que six, elles avaient toutes 3ans à part Manuela de Vega (Lope de Vega), âgée de 4ans et bonne pouliche de Gr2/Gr3. Love n’a jamais affronté les cadors l’an passé… En bon terrain, ses limites restent inconnues et elle a tout pour être la nouvelle dame de fer de Coolmore. Nous allons rêver d’Arc sur le long terme, mais il faudra que les cieux soient plus cléments que lors de ces deux dernières années…

IN SWOOP (M4)

Adlerflug & Iota, par Tiger Hill

Pr. : Gestüt Schlenderhan/Él. : Stall Ullman/Entr. : Francis-Henri Graffard

Rating provisoire : 122

Son année 2021 : King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1) pour le début de saison

Avec un rating de 122, il est pour le moment considéré comme le meilleur mâle de 3ans européen sur 2.400m en 2020 : il faut attendre encore quelques heures et les ratings définitifs de 2020 pour savoir s’il garde ce titre, ou si un poulain comme Mogul (Galileo) peut le rejoindre, voire le dépasser après sa promenade de santé dans le Hong Kong Vase (Gr1). Poulain tardif, gagnant du Derby allemand et auteur de lignes droites impressionnantes dans le Juddmonte Grand Prix de Paris et le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Grs1) dont il s’est classé deuxième, il a tout pour être un excellent 4ans. Pour le reste, nous laissons la parole à Francis-Henri Graffard, lequel a dit il y a quelques jours dans JDG Radio : « J’avais reçu In Swoop au Noël de ses 2ans. Il était vraiment très tardif et ne montrait absolument rien. In Swoop ne fait que progresser. Pendant l’hiver, il a encore beaucoup changé, étant mieux dans son corps. On sent qu’il commence à venir en maturité. Il est évident que c’est un espoir sur la distance classique et j’espère qu’il va montrer qu’il reste compétitif. Les King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1) seront son objectif du début d’année. Il sera toujours temps de penser à l’Arc ensuite. »

MOGUL (M4)

Galileo & Shastye, par Danehill

Pr. : Michael Tabor, Derrick Smith & Mme John Magnier/Él. : Newsells Park Stud/Entr. : Aidan O’Brien

Rating provisoire : 121

Son année 2021 : Australie, Dubaï, Europe ?

C’est un poulain de 2.400m bâti comme un miler… Mogul (Galileo) a mis du temps à se remettre en route en début de saison et, quand on voit le "morceau", on comprend pourquoi ! Il s’est vraiment déclenché pour le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1) – au bon moment donc ! – où sa pointe de vitesse avait beaucoup séduit… Victime collatérale de l’affaire Gain, il nous a déçus dans la Breeders’ Cup Turf (Gr1) pour son premier essai face aux chevaux d’âge et a survolé le Hong Kong Vase (Gr1). C’était cependant un petit Hong Kong Vase. Quel chemin en 2021 ? Nous avons eu une petite surprise, fin 2020, en apprenant que l’option Australie et les riches Queen Elizabeth Stakes (Gr1) au mois d’avril étaient envisagées. Il s’agit d’une des courses de la réunion The Championship, où Aidan O’Brien n’a jamais eu de partants… L’avenir nous dira s’il tente le défi mais, avant le coup, il y a une autre route plus connue pour le poulain irlandais s’il doit courir durant l’hiver avant la saison européenne : la grande réunion de la Dubai World Cup à la fin du mois de mars.

SERPENTINE (M4)

Galileo & Remember When, par Danehill Dancer

Pr. : Mme John Magnier, Michael Tabor & Derrick Smith/Él. : Coolmore/Entr. : Aidan O’Brien

Rating provisoire : 120

Son année 2021 : faire honneur au Derby

Si on demandait quelle a été la performance la plus déroutante de l’année 2020, lors de la saison de plat en Europe, la victoire de Serpentine (Galileo) dans le Derby mériterait le titre. Après la course, le premier réflexe a été de se dire que le leader a joué un drôle de tour à tous les copains. En y repensant et en se souvenant que le poulain avait ouvert son palmarès une semaine auparavant, avec la tactique devant et méchant et les australiennes pour la première fois – artifice qu’il avait dans le Derby –, on ne savait plus quoi penser, si ce n’est qu’Aidan O’Brien est un diabolique génie. Quatrième correct du Grand Prix de Paris, Serpentine fait partie de ceux qui ont été touchés par l’affaire Gain. Redirigé sur les Champion Stakes (Gr1), en terrain collant, il n’a pas pu s’illustrer. Bon gagnant de Derby ? Mauvais gagnant de Derby ? On le saura en 2021.